A crazy world


  • Accueil
  • > art
  • > 265.Autopsie d’un tableau : le cri (1893).
« | Accueil | »

265.Autopsie d’un tableau : le cri (1893).

Peinture de l’illustre Edvard Munch (1863-1944), « Le cri » n’en finit plus de fasciner.Et pour cause, cette étrange oeuvre d’art a d’ailleurs été vendue pour près de 119,9 millions de dollars au enchères en 2012.4 versions différentes de ce tableau existent

The_Scream

   On le sait moins, mais « le Cri » a été volé (2 fois ) (ainsi qu’un autre tableau de Munch, « La Madone » en 2004) avant d’être retrouvé en 2006.

   Quand on le questionnait sur ce qu’il l’avait poussé à réaliser « le Cri », Munch aimait raconter qu’il se promenait sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait —  et que tout à coup le ciel devint rouge sang et qu’il s’arrêta, fatigué, et  s’appuyant  sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord  bleu-noir de la ville — ses amis continuèrent pendant que lui, tremblant d’anxiété, sentait un cri infini qui se passait à travers l’univers et qui déchirait la nature. »

   À bien y regarder, le sens de cette peinture est extrêmement complexe : elle symbolise l’angoisse par rapport au sentiment de n’être plus sois-même dans le monde et que ce dernier n’est plus réel.Le personnage à l’avant-plan est déshumanisé :  il n’a plus d’ongles, ni de cheveux, est plutôt cadavérique et tel une âme tourmentée, il semble flotter, glisser sur le sol.Affichant une expression de stupeur, sa bouche est grande ouverte et l’être semble évacuer ses terreurs les plus noirs, poussant…un cri.

   Et comment ne pas reconnaître l’effet d’enroulement du tableau, un peu comme si on ne pouvait échapper à son destin, à ce flot d’angoisse qui tel un tourbillon nous mène dans un cercle vicieux duquel on ne peut échapper.Difficile de ne pas reconnaître l’allégorie de la mort (représentation concrète d’une idée abstraite).

Et dire que les Nazis avaient retiré ses tableaux des musées, qualifiant son art de « dégénéré ».Aujourd’hui encore, l’influence du cri est partout : au cinéma (Scream (en anglais « le Cri » se traduit par « the Scream), l’Étrange noël de Monsieur Jack,Persepolis Les Looney Tunes passent à l’action,...), à la télévision (les Simpsons, Nicky Larson,…), dans la littérature, en musique (Clair Obscur) où même dans la rue comme en témoigne le graffiti ci-dessous.

450px-Graffito_Condemned_to_Agony


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema