A crazy world


404.Michel Sardou-Musulmanes.

Image de prévisualisation YouTube

403.La loi de Murphy…concept intéressant mais qu’est-ce donc ?

792494039_small

   Il n’est pas de concepts scientifiques qui soit simple au premier abord.Mais si on creuse un peu, les choses s’éclaircissent et parviennent à trouver sens dans la réalité dans laquelle elles s’exercent.La loi de Murphy (plus connue sous le nom de « loi de l’emmerdement maximum« ) dit à peu près ceci : « tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera nécessairement mal ».Elle fait l’apologie du pessimisme.On la doit à l’ingénieur Edward Aloysius Murphy Junior (1918-1990).

   En gros, ce principe prévoit que face à un problème il faut envisager l’hypothèse pessimiste, à savoir qu’on ne trouvera pas la solution, que le pire peut arriver.Si il y a plusieurs façon de faire une chose et que l’une d’elle conduit à la catastrophe, quelqu’un l’emploiera.Si une manière de réaliser un projet échoue, on utilisera la loi de Murphy.Dans les recherches scientifiques, on doit tenir compte de pleins de paramètres et si l’expérience ne marche pas, c’est que un événement improbable en est la cause.

   Avez-vous compris ? Si ce n’est pas encore le cas, cela ne saurait tarder, car la loi de Murphy compte 4 aspects :

-fataliste : c’est la fatalité qui a fait que l’expérience fut un échec.

-statistique : si il y a plusieurs façon de procéder et que l’une de ses façons entraîne une erreur, il bien au moins une personne qui agira ainsi.

-psychologique : « l’événement échoue » est en corrélation avec la loi de Murphy.

-humain : si on fait une erreur, ça nous stresse et on est susceptible d’en refaire d’autres.

   En France, on la dénomme aussi loi de la tartine beurrée car lorsqu’une tartine tombe sur le sol, elle tombe du côté beurré ! Ou quand un objet tombe d’un meuble, il se va se fourrer en dessous du meuble, difficile d’accès.


402.Il y a 40 ans disparaissait Mike Brant…

C’était le 25 avril 1975 que le chanteur Mike Brant tirait sa révérence.Ce chypriote israélien avait conquis les français avec de grandes chansons telles que « laisse-moi t’aimer » (1 millions d’exemplaires écoulés) ou encore « qui saura ».Sa voix, unique était reconnaissable entre milles.Il chanta énormément l’amour, les petits aléas de la vie, le bonheur… Mais le succès l’aura consumé.Dépressif, il tentera de mettre fin à ses jours à plusieurs reprises, jusqu’à ce terrible jour où tel Icare, il chuta du 6e étage de son immeuble et  s’en alla vers d’autres horizons…à 40 ans.R.I.P.

Après cette petite évocation, nous vous proposons d’écouter quelque unes des principales chansons de ce chanteur extraordinaire à la voix pas ordinaire.Certains et certaines seront nostalgiques et entameront sans doute un slow langoureux, d’autres regarderont le ciel en repensant à leur jeunesse et quelques uns entendront certainement ces mélodies pour la première fois…mais pas la dernière.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

401.Star Wars-épisode VII : une première « vraie » bande-annonce pour le film.

On se demandait quand est-ce qu’on pourrait enfin avoir les premières images du nouveau film de Star Wars (dont la sortie est attendue pour décembre prochain) quand son réalisateur, J.J. Abrahams a dévoilé lors de la convention Star Wars en Californie…la vidéo a été vue plus de 28 millions de fois sur la toile en un jour ! Il faut dire que ce film va faire date puisqu’il se veut être la suite de « Star Wars : épisode VI : le retour du jedi » sorti en 1983 ! On y retrouvera donc les personnages de Luke, Han Solo, Leia, Chewbacca, R2D2 et C3PO.Mais aussi de nouveaux venus.

 

La bande annonce est marqué par une certaine nostalgie, plusieurs clins d’oeil renvoyant aux autres films de la saga.On y  voit tout d’abord les débris d’une ancienne bataille, un X-Wing écrasé, Luke Skywalker donnant son sabre de jedi à une nouvelle recrue.Il n’y a plus d’Empire mais il semble avoir perduré une « nouvelle organisation » (le Premier Ordre) avec une flotte de Stormtrooper.D’autres personnages du films se dévoilent…vraisemblablement des amis de Luke, un nouveau droïde apparaît furtivement…On y croise le méchant du film, le sith Kylo Ren.Et en apothéose finale, on peut entendre et voir un Han Solo grisonnant accompagné de son fidèle Chewbacca…ça promet !

Image de prévisualisation YouTube

400.Petit best of des articles 300 à 399.

Et voilà, nous voici au 400e article du blog…même si beaucoup sont juste des vidéos ou des textes littéraires et que les vrais articles sont moins nombreux qu’ils n’y paraissent.Aussi, nous en profitons pour faire un petit best of de tout ceux qui ont été publiés entre juin 2014 et avril 2015.11 articles pour 11 mois.Bonne lecture !

1.Aung San Suu Kyi : the lady. (qui est l’opposante birmane ? Quelle est son histoire ? Quelle chanson de U2 lui rend hommage ?)

2.L’abbé Pierre : un modèle pour notre société d’aujourd’hui (le parcours du père, hiver 54)

3.Monty Python : pour ceux qui ne connaîtraient pas encore…

4.Spectaculaire : la Barbie humaine et le Ken humain.

5.Misery : chef-d’oeuvre de Stephen King.

6.Edward aux mains d’argents.

7.Shining : autopsie d’un roman de Stephen King.

8.La nouvelle chanson des Enfoirés fait débat : pourquoi ?

9.Whiplash : l’un des meilleurs films de 2014.

10.Retour vers le futur : cours-métrage rejouant une scène-clé du film !

11.Lindsey Stirling, incroyable violoniste.

 


399.Décès de Percy Sledge…une voix de la soul s’est éteinte.

Il chantait « When a men loves a woman »…grand standart de la soul.Percy Sledge n’est plus.Le chanteur avait débuté sa carrière dans les années 60 et avait connu un succès foudroyant…il avait commencé sa carrière dans…une église ! Malheureusement, Percy se battait contre un cancer du foie depuis quelque temps déjà.Il avait 73 ans.

Image de prévisualisation YouTube

398.Les affiches des films Star Wars en Lego.

L’idée est originale et on s’étonne même qu’elle n’ait pas été réalisée plus tôt.La société Lego a recrée les affiches des 6 films Star Wars à la sauce petites briques empilées…et le résultat est plutôt amusant.Les fans apprécieront et les autres souriront.

le Time consacre d’ailleurs un très chouette article visible ici : http://time.com/3817150/star-wars-lego-posters/

 

affiche-Lego-Star-Wars

 

affiche-Lego-Star-Wars-2

 

3

 

affiche-Lego-Star-Wars-4

 

affiche-Lego-Star-Wars-5

 

affiche-Lego-Star-Wars-6

 

 


397.Paddington.

paddigton

synopsis : Il y a bien longtemps, Montgomery Clyde, un explorateur anglais parti au Pérou découvrit une espèce d’ours brun encore inconnue.Épris d’affection pour un couple,l’homme les nomma Pastouso et Lucy et leur enseigna comment faire de la marmelade.Il leur fit la promesse de les héberger si jamais un jour leur habitat naturel venait à disparaître.Les années filent et les deux ours vivent joyeusement avec leur neveu, le petit Paddington.Mais suite à la chute de leur arbre, Pastouso décède et Lucy décide d’aller à la maison de retraite des ours.Le petit Paddington décide alors d’entreprendre un voyage jusqu’à Londres où il espère rencontrer Clyde.Après maintes péripéties, l’ours fait la rencontre d’une famille, les Brown, dont la femme décide de l’héberger.Le mari se montre moins enclin à cette idée mais elle finit par le convaincre que c’est juste pour une nuit…mais les jours passent et Paddington se révèle être un ours bien maladroit, provocant énormément de catastrophes.Les Brown décide de l’aider à trouver Clyde.Pendant ce temps, une taxidermiste du nom de Millicent a apprit que l’ours est à Londres…elle n’a qu’une idée en tête : lui mettre le grappin dessus, le tuer et l’empailler afin de le mettre dans un musée…et cela pour se faire un nom dans l’histoire des sciences, comme celle ayant découverte une nouvelle espèce d’ours…ce que n’avait pas voulu faire son père…l’explorateur Montgomery Clyde, aujourd’hui décédé. Paddington, un soir, après avoir vu les Brown se disputer à cause d’une nouvelle gaffe décide de partir et d’aller chez Clyde, dont il a l’adresse.Il ne le sait pas encore mais il vient de se jeter dans la gueule du loup.Les Brown parviendront-ils à le sauver  ?

PADDINGTON

distribution :

  • Nicole Kidman : Millicent
  • Ben Whishaw  : Paddington
  • Michael Gambon : l’oncle Pastuzo
  • Sally Hawkins  : Mme Brown 4
  • Julie Walters : Mme Bird
  • Jim Broadbent  : M. Gruber
  • Hugh Bonneville : M. Brown
  • Peter Capaldi : M. Curry
  • Imelda Staunton : la tante Lucy
  • Matt Lucas : le chauffeur de taxi
  • Madeleine Harris : Judy Brown
  • Samuel Joslin : Jonathan Brown
  • Matt King : André

pad

à propos du film :

-réalisé en 2014 par Paul King.

-durée : 1h30.

autour du film :

Paddington c’est d’abord une série de livres pour enfants (25 en tout) écrit par Michael Bond et commencée en 1958 ! Le succès a été tel (plus de 35 millions d’exemplaires vendus !) que la télévision s’en est très vite emparée et en a tiré de très sympathiques séries animées (en 1975,1989 et 1997) (présentant d’ailleurs beaucoup de similitudes avec le film).Le nom du personnage est tiré de la station de métro Paddington, à Londres tandis que son allure est celle d’un ours en peluche que Bond aurait acheté à sa femme en 1956..

téléchargement

 

Il faut dire que le petit ours est attachant et très amical avec les gens.Et qu’il parle aussi ! Avec l’imagination, tout est possible.Paddington provoque toujours des catastrophes partout où il va et toujours involontairement…souvent due à sa maladresse où sa curiosité…il raffole également de marmelade et a d’ailleurs toujours une tartine fourrée de cette délicieuse confiture sous son chapeau.

ci-dessous quelques épisodes de la série télevisée « Paddington » (1975-1986).La durée des épisodes étaient très courte.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

notre avis : 9,1/10.

Paddington est un film génial (alors qu’on aurait pu s’attendre à pire…) avec des personnages fantastiques.Son héros, un ours est très attachant et provoque toute sortes de gaffes (d’ailleurs très drôles).Il y a aussi Mr Brown, personnage coincé pensant avant tout à la sécurité de ses enfants et à la menace que peut constituer la présence de Paddington chez eux..mais en fait c’est quelqu’un de très brave (il aidera à plusieurs reprise l’ours) et finira par changer d’avis sur le petit ours.Madame Brown est quant à elle la gentillesse incarnée, faisant confiance à Paddington dès le moment où elle l’aperçoit à la gare, sur le quai.Elle est altruiste.Ses 2 enfants sont différents : le garçon apprécie l’ours dès le début car il fait beaucoup rire mais la fille se montre plus obtue, en pleine adolescence et ne l’apprécie pas trop…mais passé ces quelques « à priori », elle finit par le trouver cool (lorsqu’il démasque -bien malgré lui- un pickpocket).Nicole Kidman se révèle une parfaite méchante pour le film en taxidermiste chevronnée, bravant tout les obstacles pour essayer de débusquer l’ours dans la maison des Brown, qui se sauvera par une catastrophe qu’il aura lui même provoqué.Madame Bird, gouvernante, se révélera être une alliée pour Paddington tandis que Mr Curry pour  Millicent (dont il tombe amoureux dès qu’il tombe nez-à-nez sur elle dans la cabine téléphonique sur un air du « Hello » de Lionel Richie)…tout les ingrédients sont donc posés pour faire un mélange pétaradant ! Bref, au final, Paddington se révèle être un film drôle et touchant !

paddington-hair


396.Les malheurs de Sophie-Chapitre 1 : la poupée de cire.

 « Ma bonne, ma bonne, dit un jour Sophie en accourant dans sa chambre, venez vite ouvrir une caisse que papa m’a envoyée de Paris ; je crois que c’est une poupée de cire, car il m’en a promis une.

La Bonne.

Où est la caisse ?

Sophie.

Dans l’antichambre : venez vite, ma bonne, je vous en supplie. »

La bonne posa son ouvrage et suivit Sophie à l’antichambre. Une caisse de bois blanc était posée sur une chaise ; la bonne l’ouvrit. Sophie aperçut la tête blonde et frisée d’une jolie poupée de cire ; elle poussa un cri de joie et voulut saisir la poupée, qui était encore couverte d’un papier d’emballage.

La Bonne.

Prenez garde ! ne tirez pas encore ; vous allez tout casser. La poupée tient par des cordons.

Sophie.

Cassez-les, arrachez-les ; vite, ma bonne, que j’aie ma poupée.

La bonne, au lieu de tirer et d’arracher, prit ses ciseaux, coupa les cordons, enleva les papiers, et Sophie put prendre la plus jolie poupée qu’elle eût jamais vue. Les joues étaient roses avec de petites fossettes ; les yeux bleus et brillants ; le cou, la poitrine, les bras en cire, charmants et potelés. La toilette était très simple : une robe de percale festonnée, une ceinture bleue, des bas de coton et des brodequins noirs en peau vernie.

Sophie l’embrassa plus de vingt fois, et, la tenant dans ses bras, elle se mit à sauter et à danser. Son cousin Paul, qui avait cinq ans, et qui était en visite chez Sophie, accourut aux cris de joie qu’elle poussait.

« Paul, regarde quelle jolie poupée m’a envoyée papa ! s’écria Sophie.

Paul.

Donne-la-moi, que je la voie mieux.

Sophie.

Non, tu la casserais.

Paul.

Je t’assure que j’y prendrai bien garde ; je te la rendrai tout de suite. »

Sophie donna la poupée à son cousin, en lui recommandant encore de prendre bien garde de la faire tomber. Paul la retourna, la regarda de tous les côtés, puis la remit à Sophie en secouant la tête.

Sophie.

Pourquoi secoues-tu la tête ?

Paul.

Parce que cette poupée n’est pas solide ; je crains que tu ne la casses.

Sophie.

Oh ! sois tranquille, je vais la soigner tant, tant que je ne la casserai jamais. Je vais demander à maman d’inviter Camille et Madeleine à déjeuner avec nous, pour leur faire voir ma jolie poupée.

Paul.

Elles te la casseront.

Sophie.

Non, elles sont trop bonnes pour me faire de la peine en cassant ma pauvre poupée.

Le lendemain, Sophie peigna et habilla sa poupée, parce que ses amies devaient venir. En l’habillant, elle la trouva pâle. « Peut-être, dit-elle, a-t-elle froid, ses pieds sont glacés. Je vais la mettre un peu au soleil pour que mes amies voient que j’en ai bien soin et que je la tiens bien chaudement. » Sophie alla porter la poupée au soleil sur la fenêtre du salon.

« Que fais-tu à la fenêtre, Sophie ? » lui demanda sa maman.

Sophie.

Je veux réchauffer ma poupée, maman ; elle a très froid.

La Maman.

Prends garde, tu vas la faire fondre.

Sophie.

Oh non ! maman, il n’y a pas de danger : elle est dure comme du bois.

La Maman.

Mais la chaleur la rendra molle ; il lui arrivera quelque malheur, je t’en préviens. »

Sophie ne voulut pas croire sa maman, elle mit la poupée étendue tout de son long au soleil, qui était brûlant.

Au même instant elle entendit le bruit d’une voiture : c’étaient ses amies qui arrivaient. Elle courut au-devant d’elles ; Paul les avait attendues sur le perron ; elles entrèrent au salon en courant et parlant toutes à la fois. Malgré leur impatience de voir la poupée, elles commencèrent par dire bonjour à Mme de Réan, maman de Sophie ; elles allèrent ensuite à Sophie, qui tenait sa poupée et la regardait d’un air consterné.

Madeleine, regardant la poupée.

La poupée est aveugle, elle n’a pas d’yeux.

Camille.

Quel dommage ! comme elle est jolie !

Madeleine.

Mais comment est-elle devenue aveugle ! Elle devait avoir des yeux.

Sophie ne disait rien ; elle regardait la poupée et pleurait.

Madame De Réan.

Je t’avais dit, Sophie, qu’il arriverait un malheur à ta poupée si tu t’obstinais à la mettre au soleil. Heureusement que la figure et les bras n’ont pas eu le temps de fondre. Voyons, ne pleure pas ; je suis très habile médecin, je pourrai peut-être lui rendre ses yeux.

Sophie, pleurant.

C’est impossible, maman, ils n’y sont plus.

Mme de Réan prit la poupée en souriant et la secoua un peu ; on entendit comme quelque chose qui roulait dans la tête. « Ce sont les yeux qui font le bruit que tu entends, dit Mme de Réan ; la cire a fondu autour des yeux, et ils sont tombés. Mais je tâcherai de les ravoir. Déshabillez la poupée, mes enfants, pendant que je préparerai mes instruments. »

Aussitôt Paul et les trois petites filles se précipitèrent sur la poupée pour la déshabiller. Sophie ne pleurait plus ; elle attendait avec impatience ce qui allait arriver.

La maman revint, prit ses ciseaux, détacha le corps cousu à la poitrine ; les yeux, qui étaient dans la tête, tombèrent sur ses genoux ; elle les prit avec des pinces, les replaça où ils devaient être, et, pour les empêcher de tomber encore, elle coula dans la tête, et sur la place où étaient les yeux, de la cire fondue qu’elle avait apportée dans une petite casserole ; elle attendit quelques instants que la cire fût refroidie, et puis elle recousit le corps à la tête.

Les petites n’avaient pas bougé. Sophie regardait avec crainte toutes ces opérations, elle avait peur que ce ne fût pas bien ; mais, quand elle vit sa poupée raccommodée et aussi jolie qu’auparavant, elle sauta au cou de sa maman et l’embrassa dix fois.

« Merci, ma chère maman, disait-elle, merci : une autre fois je vous écouterai, bien sûr. »

On rhabilla bien vite la poupée, on l’assit sur un petit fauteuil et on l’emmena promener en triomphe en chantant :

 

Vive maman !
De baisers je la mange.
Vive maman !
Elle est notre bon ange.

 

La poupée vécut très longtemps bien soignée, bien aimée ; mais petit à petit elle perdit ses charmes, voici comment.

Un jour, Sophie pensa qu’il était bon de laver les poupées, puisqu’on lavait les enfants ; elle prit de l’eau, une éponge, du savon, et se mit à débarbouiller sa poupée ; elle la débarbouilla si bien, qu’elle lui enleva toutes ses couleurs : les joues et les lèvres devinrent pâles comme si elle était malade, et restèrent toujours sans couleur. Sophie pleura, mais la poupée resta pâle.

Un autre jour, Sophie pensa qu’il fallait lui friser les cheveux ; elle lui mit donc des papillotes : elle les passa au fer chaud, pour que les cheveux fussent mieux frisés. Quand elle lui ôta ses papillotes, les cheveux restèrent dedans ; le fer était trop chaud, Sophie avait brûlé les cheveux de sa poupée, qui était chauve. Sophie pleura, mais la poupée resta chauve.

Un autre jour encore, Sophie, qui s’occupait beaucoup de l’éducation de sa poupée, voulut lui apprendre à faire des tours de force. Elle la suspendit par les bras à une ficelle ; la poupée, qui ne tenait pas bien, tomba et se cassa un bras. La maman essaya de la raccommoder ; mais, comme il manquait des morceaux, il fallut chauffer beaucoup la cire, et le bras resta plus court que l’autre. Sophie pleura, mais le bras resta plus court.

Une autre fois, Sophie songea qu’un bain de pieds serait très utile à sa poupée, puisque les grandes personnes en prenaient. Elle versa de l’eau bouillante dans un petit seau, y plongea les pieds de la poupée, et, quand elle la retira, les pieds s’étaient fondus, et étaient dans le seau. Sophie pleura, mais la poupée resta sans jambes.

Depuis tous ces malheurs, Sophie n’aimait plus sa poupée, qui était devenue affreuse, et dont ses amies se moquaient ; enfin, un dernier jour, Sophie voulut lui apprendre à grimper aux arbres ; elle la fit monter sur une branche, la fit asseoir ; mais la poupée, qui ne tenait pas bien, tomba : sa tête frappa contre des pierres et se cassa en cent morceaux. Sophie ne pleura pas, mais elle invita ses amies à venir enterrer sa poupée.


395.The last Goodbye (bande originale du Hobbit : la bataille des 5 armées)-Billy Boyd

Image de prévisualisation YouTube

12

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema