A crazy world


  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2015

451.Boris Vian- le déserteur.

Image de prévisualisation YouTube

450.Ride.

2015-05-02-1430600031-6587715-rideposter

Ride est un film de (et avec) Helen Hunt sorti en 2015.C’est une comédie dramatique, mais de bonne facture.On y suit les tribulations de Jackie (Hele Hunt) , la cinquantaine, rédactrice de la revue The New Yorker, divorcée et élevant seul son fils Angelo (Brenton Twaites)  à New York.Ce dernier ce rêverait écrivain et entreprend des études pour cela.Il essaye d’écrire une histoire où l’on verrait les derniers instants d’une femme lorsqu’elle se suicide en sautant du toit de son immeuble, et Jackie, lectrice, corrige son travail au fur et à mesure.Son problème est qu’elle est une véritable mère poule, ayant une relation incroyable avec son fils…qui n’en peut plus.

Sans la prévenir, il abandonne ses études, et en panne d’inspiration (il n’a pas d’idée pour la fin de son histoire), décide d’aller vivre quelques temps à Los Angeles, où son père vit avec sa nouvelle femme et ses enfants.Apprenant la nouvelle par hasard, Jackie est furieuse (elle le croyait à son kot en train de poursuivre ses études) et part à Los Angeles pour le résonner.

téléchargement (10)

Sur place, elle découvre qu’il semble prendre du bon temps, sur la plage…où il s’adonne à sa nouvelle passion : le surf.Il ne veut pas vivre pour travailler mais bien travailler pour vivre…mais il n’écrit pas ! Angelo s’amuse avec ses amis, rencontre des filles et est un grand rêveur.Sa mère, épaulée par son chauffeur de limousine fait suivre son fils, mais ce dernier finit par s’en rendre compte et est furieux.Il appelle désormais sa mère « Jackie », et la croit incapable de comprendre et de savoir faire du surf.

maxresdefault (1)

Piquée au vif, Jackie met son emploi entre parenthèse (bien que son patron veuille pouvoir la joindre à tout moment par téléphone…) et tente d’apprendre par elle-même le surf.Bien qu’elle pense savoir tout faire d’elle même, Jackie se rend compte que le surf est plus compliqué qu’il n’y paraît et se décide à prendre des cours auprès d’un instructeur (Luke Wilson).Les premiers cours sont difficiles, Jackie buvant les tasses par litres…mais la blonde persévère et progresse.Elle tente aussi de renouer le contact avec son fils, voulant lui donner un coup de pouce auprès d’un éditeur, à condition qu’il écrive une fin correcte à son histoire…Angelo se fâche de nouveau.

RIDE

Devenue une surfeuse, Jackie semble trouver peu à peu beaucoup de charme à Los Angeles, ville qu’elle méprisait pourtant.Une complicité s’installe entre elle et son instructeur, et une liaison se crée.Angelo admire beaucoup un écrivain local, qui travaille pour vivre, admiré de tous, écrivain dans cet endroit de rêve…mais il ignore que ce dernier vit surtout de ses ventes de drogues…Jackie, jouant un peu trop avec son patron, finit par perdre son emploi et décide de s’installer à Los Angeles.Son fils, décide de faire la paix avec elle et de lui  lui parler.Jackie lui  montre qu’elle sait le comprendre en faisant son ses yeux du surf comme une pro, et annonce son intention d’habiter Los Angeles, et qu’il pourra mener la vie comme il  l’entend, qu’elle ne sera pas toujours dans ses pieds comme à New York, que son propre fils peut même faire comme si elle n’existait pas…bref qu’elle le laisse vivre sa vie comme il l’entend.Angelo ne souhaite pas cela.Sa mère l’étouffe mais il l’aime.Le jeune homme l’informe de sa grande résolution : reprendre ses études et vivre à New York.Les 2 se verront souvent, le plus possible.

Avec ce film, Helen Hunt signe une histoire teinté d’humour et de drame autour d’une mère trop présente dans la vie de son fils.Angelo est tout pour Jackie, c’est le fils qui lui reste…la dame a perdu un enfant (il s’est étouffé pendant qu’elle pensait qu’il était avec son père, et que ce dernier le croyait avec sa mère) et ne s’en est jamais totalement remis.Elle a d’ailleurs conservé les cendres de sa petite progéniture et les a toujours à portée de main.Jackie s’est endurcie suite à cet événement et est en contact permanent avec son fils, l’étouffant un peu.Angelo a d’ailleurs l’impression de ne pas vivre sa vie, d’être sous le contrôle de Jackie et qu’il se doit de couper le cordon.Cela explique son souhait de changer de vie du jour au lendemain.

images (7)

Il est inconcevable pour sa mère de comprendre ce choix qu’elle juge irrationnel.Jackie est sidérée par l’attitude du père d’Angelo, qui prend tout cela à la légère.Elle pense savoir comment doivent aller les choses, avoir un contrôle permanent dessus, sans se rendre compte d’être trop « présente » dans la vie de son fils.Le surf aura sur elle un impact positif puisqu’elle ne saura plus avoir de contrôle sur les choses (la mer est imprévisible).Il va la calmer, lui faire goûter au bonheur, et lui permettre de faire son deuil.

Pour son fils, il va goûter à une vie nouvelle, plaisante et pleine de joies.Des nouvelles connaissances, le soleil de Los Angeles, et surtout sa passion :  le surf,…il va tenter beaucoup d’expériences et se laisser distraire.Angelo croit que cette vie lui plaira puisqu’elle est synonyme de liberté et de non-contrôle sur les choses…mais en vérité, il se rendra compte qu’il doit devenir ce qu’il souhaite, être un écrivain accompli, ayant apprit l’écriture.Cette vie est une illusion, la vraie vie est celle auquel sa mère essaye de le préparer.

ride-helen-hunt-surfing-620

La dispute et la rupture du lien parental entre Angelo et sa mère est au coeur de l’intrigue…le garçon souhaite juste prendre un peu de distance par rapport à sa mère, tandis que cette dernière croit qu’il est fâché contre elle.Il ne coupe d’ailleurs jamais totalement le contact avec elle, lui envoyant de nombreux sms par téléphone, et voulant, in fine lui parler.Sa famille, c’est sa mère.Mais il a juste besoin de grandir et de voler de ses propre ailes…

Hullamlovasok_7

 

notre note : 8/10.


449.Scream.

En 1996, Wes Craven redonnait vie aux slashers movies en inaugurant une nouvelle saga de films (il y en aura 4) mettant en scène un tueur fou terrorisant de jeunes adolescents…

images (5)

   L’action de « Scream » se situe à Woodsboro, petite ville sans histoire mais qui se prépare à être -sans le savoir- sous le coup des projecteurs.Une nuit,Casey, une adolescente est seule chez elle en train de faire du pop-corn quand le téléphone sonne.A l’autre bout de la ligne, un type qu’elle ne connaît pas lui propose de jouer à un jeu de questions-réponses autour des films d’horreurs…la jeune fille croit d’abord à une blague, mais l’individu se montre agressif et lui fait comprendre que si elle répond mal, elle mourra. Casey raccroche alors et décide de laisser tomber cette histoire quand le téléphone se remet à sonner…l’homme au bout du fil lui propose une nouvelle question, qui s’y elle répond bien, permettra de sauver son petit ami, ligoté sur une chaise dans le jardin.Paniquée, l’adolescente répond mais se trompe…son petit ami est tuée sous ses yeux.Le jeu n’est pas fini, puisque l’assassin lui pose une autre question : derrière quelle porte est-il ? Essayant d’échapper à son ravisseur, Casey finit par perdre et à être assassinée, par un mystérieux homme en noir portant un masque blanc, armé d’un couteau de boucher.

   Avec cette seule séquence introductive, Wes Craven ressuscite un genre : le slasher.S’inspirant d’un fait divers, il tue la mignonne Drew Barrymore dans une sorte de quizz sanglant.Récit reconnaissable par sa structure similaire à chaque film, le slasher est divisé en 2 parties : tout d’abord un événement passé qui à laissé des traces, et ensuite un événement présent, où le tueur se met en route, traquant chaque victimes pour la tuer, se faisant démasquer et tué , mais in fine, le héros du film n’est pas débarrassé du criminel.

téléchargement (6)

   L’histoire prend alors une tournure classique et donc marquée par le suspens et le mystère : toute la ville est secouée par ces événements tragiques, la journaliste locale Gale Weathers (Courteney Cox) ne manquant pas de mettre son nez partout où elle peut.Mais celui qui ce fait appelé « Ghostface » souhaite maintenant s’en prendre à une autre étudiante : Sidney Prescott (Neve Campbell),Cette dernière a vécu un drame effroyable il y a un an de cela : sa mère a été assassinée, par plusieurs coups de couteaux, et son meurtrier présumé, Cotton Weary a été condamné à la peine capitale grâce au témoignage de la fille qui avait vu un homme portant le même blouson que lui ce jour là.Sidney passe donc la soirée seule chez elle quand elle reçoit des coups de téléphone d’un homme qui la menace et fini par pénétrer dans la maison et essayer de la tuer…Sidney s’en sort en appelant la police, mais le criminel la suit jusque dans sa chambre, qu’elle bloque.Son petit ami Billy entre alors par la fenêtre et Sidney le prend alors pour le détraqué qui a essayé de la tuer…le garçon est arrêté et mit en prison.La jeune fille passe alors le reste de la nuit chez Tatum (Rose McGowan), sa meilleure amie, dont le frère est le shérif adjoint (David Arquette).Mais elle reçoit un coup de fil de « ghosface »…ce qui innocente Billy ! Peu de temps après, le principal du lycée annonce la suspension des cours et la mise en place d’un couvre-feu…mais il est tué par ghostface dans son propre bureau ! Gale Weathers, qui prépare un livre sur le meurtre de la maman de Sidney, une femme « facile », pense que le meurtrier n’est pas Cotton Weary et qu’il court toujours.Mieux, qu’il s’agirait de ghostface ! Sidney commence alors à douter et se demande si elle n’a pas envoyé un innocent à la mort…d’autant que l’origine des appels téléphoniques viendraient selon la police du père de Sidney, pourtant parti le week-end…

Scream-cast-at-fountain

    »Scream » a connu à sa sortie un succès critique et commercial très important (plus de 10 fois son budget initial qui était riquiqui).Il a été fait par un maître et amateur du film d’horreur.Wes Craven fait plusieurs fois références à d’autres films : » Carrie au bal du diable », « Les griffes de la nuit », « vendredi 13″, « le bal de l’horreur » et bien sûr Halloween…que les amis de Sidney regardent avec elle et adulent Jamie Lee Curtis (reine du film d’épouvante), poursuivie par Michael Myers, son propre frère…autre slasher mais présentant bien des similitudes…

   Dans cette histoire, il y a des personnages à la personnalité et aux traits de caractères bien marqués : Sidney est calme et intelligente, mais fragile…elle se voile la face sur sa mère, femme facile du quartier.L’aveuglement sera pour elle très dur…elle a également du mal à s’engager de manière sérieuse avec son copain Billy.Sa copine Tatum est l’archétype de la fille facile et un peu bête…le shérif adjoint est un grand benêt qui tombera amoureux de Gale, la journaliste.Cette dernière est égoïste, méchante, populaire et ne pense qu’à avoir le scoop du siècle…elle ne ménage pas le pauvre cameraman qui oeuvre à ses côté…

   Craven sait décidément comment alimenter la peur…la musique du film est crispante et sème le doute dans nos esprit.On pense connaître le meurtrier mais rien ne peut nous préparer au dénouement final, grandiose…nous ne dévoilerons pas l’identité de ghostface mais allons s’intéresser à ses intentions : c’est un fou, fan de films d’horreurs, s’inspirant d’ailleurs de ceux-ci.Déguisé et transformant sa voix à l’aide d’un appareil il est difficile à identifier.Son masque est blanc, allongé, et rappelle le tableau « le cri ».Son arme de prédilection est le couteau de boucher et fait étonnant, il est assez maladroit…signe qu’on est en présence d’un tueur amateur…son mobile : laisser une trace dans l’histoire et se venger…dans ce genre de film, il y a un événement passé…et ce dernier a laissé des traces…

scream-1996-02-g

   Scream est donc un film captivant et oppressant…il n’est pas teinté d’hémoglobine à tout vent (on est loin du gore….) et son scénario est habilement construit.Wes Craven s’est réinventé et à tout comprit au film d’horreur, puisqu’il en livre ici l’une de ces meilleures visions…Craven se permet même d’apparaître en personne dans son film (façon Hitchcock), habillé avec les vêtements d’un autre de ses personnages fétiche : Freddy Krueger, méchant des « griffes de la nuit » de Wes Craven ! Un des personnage de « Scream » se permet même de dire que le premier film des Freddy est le meilleur et que les autres n’étaient pas biens…du grand art…

images (6)


448.l’homme irrationnel : bande-annonce.

Image de prévisualisation YouTube

447.Citation du jour.

Etudier sans réfléchir est vain,

réfléchir sans étudier est dangereux.

Confucius.


446.Christine.

Il y a 32 ans, John Carpenter donnait vie à la voiture la plus effrayante qui soit…retour sur un film culte.

christine_le_film

synopsis : Construite en 1957, Christine est une voiture flambant neuve : c’est une plymouth fury.Mais celle-ci est vivante, dotée d’émotion et possessive…plusieurs personnes y trouvent d’ailleurs la mort de manière étranges alors qu’ils étaient dedans.Les années passant, Christine est désormais une épave et son propriétaire est mort.En 1978, le frère de celui-ci la met en vente.Un jeune garçon du nom de Arnie Cunningham, timide, complexé et souffre-douleur de petites frappes à son école en à le coup de foudre et décide de racheter la carcasse et a en tête l’idée de la réparer dans un garage.Son meilleur et seul ami Dennis essaye de l’en dissuader mais Arnie ne renonce pas.Ses parents, et surtout sa mère tortionnaire sont furieux que à 17 ans il s’est offert une voiture.Mais leur fils leur tient tête pour la première fois et peut finalement réparer Christine.

John-Stockwell-christine

Il commence alors à changer : il prend de l’assurance, devient moins dégonflé et arrogant.Arnie sort même avec la plus belle fille du lycée, Leigh, qui devient folle de lui.Mais la fille déteste la voiture : elle manque d’ailleurs de s’étouffer à l’intérieur, sans pouvoir ouvrir les portes et les fenêtres, et Arnie ne réagit pas pour la sauver.Leigh lui demande de se débarrasser de Christine. mais Cunningham refuse et ne croit pas à ses histoires.Et puis, un soir, les petites frappes qui embêtaient Arnie à l’école entre dans le garage où ce dernier rangeait sa voiture et la détruise à coup de battes, sautent dessus, frappent de toutes leurs forces avec un pied de biches…Christine est fichue.Lorsque Arnie voit ça, il devient fou et la répare à nouveau…et le soir suivant, Christine, dans la nuit sombre, allume ses phares, passe de vieux airs des années 50-60, et fonce à tout allure pour tuer les 3 voyous qui l’ont abîmées…désormais Arnie et Christine son unis, rien ne pourra les séparer…pas même Leigh…car Christine est….jalouse.Dennis se décide alors à intervenir…

images (4)

distribution :

  • Keith Gordon : Arnold « Arnie » Cunningham
  • John Stockwell  : Dennis Guilder
  • Alexandra Paul  : Leigh Cabot
  • Robert Prosky  : Will Darnell
  • Harry Dean Stanton : Rudolph Junkins
  • Christine Belford  : Regina Cunningham
  • Roberts Blossom  : George LeBay
  • William Ostrander : Clarence « Buddy » Repperton
  • Malcolm Danare : Peter « Moochie » Welch
  • David Spielberg  : M. Casey

Christine 1983 real : John Carpenter keith gordon collection christophel

autour du film :

-réalisé en 1983 par John Carpenter (Halloween, La chose, L’antre de la folie, Prince des ténèbres,…)

-durée : 1h45.

à propos du film :

   C’est après avoir réalisé « la chose » en 1982, que John Carpenter se voit confier le projet d’une adaptation d’un roman de Stephen King : « Christine’.Tourné avec un budget de 10 millions de dollars, il aura un grand succès, bien que King sera déçu du film car Carpenter omet certains points du livre.

   Pourtant, il met en scène une histoire très captivante :  difficile de dire qui est d’ailleurs le héros du film.Est-ce la voiture ? ou Arnie ? La réponse serait peut être à rechercher du côté de Dennis, qui apporte un regard extérieur à cette histoire, voyant son ami changer complètement, ne le reconnaissant plus, mais cherchant jusqu’au bout à l’aider.Dennis, c’est le type populaire, qui peut avoir toutes les filles qu’il veut, jouant dans l’équipe de football américain et qui pourtant est ami avec Cunningham, que tous détestent.Les deux êtres sont aux antipodes l’un de l’autres et pourtant Dennis l’apprécie.

   Sa Plymouth Fury est tout d’abord une voiture magnifique : de couleur rouge sang, Christine a une vraie personnalité et se montre parfois susceptible.Elle se répare toute seule quand elle le souhaite, passe en boucle la radio avec les mêmes vieux airs de musique.Elle est immortelle, increvable et tueuse.C’est une véritable attraction de mécanique et  le ronronnement de son moteur parvient à nous faire comprendre qu’elle peut faire très mal…

   Buddy ses amis sont les « grands méchants » de ce film : ils en veulent à Arnie, sa tête ne leur revient pas…ils iront jusqu’à détruire Christine…mais cette dernière se reconstruira d’elle-même…et leur rendra la monnaie de leur pièce…

   Quand à Arnie, il devient comme « l’amant » de Christine, et elle, l’instrument de sa colère…le jeune est au début mal dans sa peau, faible, victime d’une mère acariâtre, de jeunes délinquants…et pourtant, il n’a rien fait pour ça.Christine va lui apporter de la confiance, de l’assurance, de la puissance…et puis le mener à la folie.

notre avis : 9/10.

Les films de Carpenter visent à effrayer le public en général…en témoigne d’ailleurs « Halloween », « la chose » ou encore « Fog »…ici aussi, mais pas exclusivement.Puisque avec cette histoire fantastique, Carpenter s’intéresse à l’adolescence (Arnie a 17 ans)  (et moins à la critique sociale que faisait le roman original) : à ses hauts, à ses bas et offre un spectacle saisissant.On apprécie, au passage, la musique du film (faisant penser à celle de Halloween) et les airs que passe Christine dans sa radio (qui sont endiablant).

carpenter_by_malevolentnate

 

(dessin issus de : http://malevolentnate.deviantart.com/art/CARPENTER-155579392)


445.Little bitty pretty one-Thurston Harris.

Image de prévisualisation YouTube

444.Bad to the Bone-George Thorogood & the destroyers.

Image de prévisualisation YouTube

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema