A crazy world



481.Philomena.

téléchargement

   Avec « Philomena« , le réalisateur britannique Stephen Frears (« les liaisons dangereuses », « Tamara Drewe ») signe un drame d’une grande intensité.Porté par 2 comédiens hors-pairs (Judi Dench et Steve Coogan), le film raconte l’histoire vraie de Philomena Lee, irlandaise qui a passé toute sa jeunesse dans un couvent, avec des sœurs autoritaires.À 16 ans, la dame a donné naissance à un petit garçon, baptisé Anthony, dans ce couvent de Roscrea, en Irlande.Philomena est obligé de signer un papier où elle s’engage à renoncer à ses droits sur Anthony, car elle n’est pas marié et que par conséquent cet enfatn est l’enfant du pêcher.Mais chaque jour, elle peut le voir et s’occuper de lui, une heure ou deux, avant de travailler à la blanchisserie du couvent.Mais un jour, un couple adopte Anthony, qui s’en va loin de sa mère biologique.

   Les années passent et Philomena reste muette sur cette histoire.Elle se marie et a une fille, Jane.Mais elle ressent un profond chagrin au fond d’elle-même et avoue tout à sa fille…elle voudrait savoir ce qu’est devenu Anthony…est-t-il heureux ? À quoi ressemble-t-il ? Que fait-t-il comme métier ? Est-t-il toujours vivant ?  50 ans se sont écoulés depuis la dernière fois où elle l’a vu…

   Nous sommes en 2002.Martin est journaliste…du  moins il l’était car il vient de perdre son emploi.L’homme répète inlassablement à qui veut l’entendre qu’il va écrire un livre sur l’histoire de la Russie.Mais le plus dur est de s’y mettre…Contacté par la fille de Philomena qui lui demande si il voudrait mener une enquête pour retrouver Anthony, Martin hésite d’abord avant de se raviser en vue de la perspective d’écrire un article sur le sujet qui devrait faire sensation.D’autant que la rédactrice en chef d’un journal se montre plus qu’intéressée par le sujet.

   Commence alors une véritable quête, ou Martin et Philomena parte du point de départ : le couvent de Roscrea.Cela fait plusieurs années que Philomena y va, afin d’avoir des réponses…qu’elle n’obtient jamais.Les sœurs affirment que les archives ont brûlées, à cause d’un incendie.Dans un pub irlandais à proximité, le barman leur apprend que ce sont les sœurs elles-même qui ont volontairement mis le feu aux archives…car elles ont beaucoup de choses à cacher, notamment le fait d’avoir fait adopter illégalement, moyennant payement, des enfants, par de riches américains.

   Heureusement Martin a été en parallèle de ses activités de journaliste, conseiller politique de Tony Blair, premier ministre du Royaume-Unis.Cela lui permet d’avoir accès à certaines informations grâce à ces quelques relations.À Washington, Martin apprend que le petit Anthony a été adopté par un couple d’américain et qu’ils l’ont rebaptisé Michael.Mais ce qu’ils vont découvrir par la suite sera des plus choquant pour tout les deux…

(la suite de ce résumé dévoile la plupart du contenu du film…à ne lire qu’après avoir vu le film)

téléchargement (1)

images (2)

img_25

 

Judi-Dench-Philomena

 

   Michael, avocat de formation, a été un haut fonctionnaire dans l’administration Reagan (il était conseiller juridique en chef).Sur le plan professionnel sa vie a été une grande réussite.Homosexuel, il a connu une relation discrète avec un homme dénommé Peter Olson. Mais atteint du sida, Michael s’est éteint en 1995.

   Philomena est quelque peu sous le choc après ses révélations et souhaite que Martin ne raconte pas son histoire…même si elle se doutait bien que son fils serait homosexuel ! Car quand il était tout petit, il avait toujours été très sensible.Néanmoins, elle voudrait en savoir plus sur lui et décide de rencontrer des gens qui l’ont bien connu : ils vont voir sa sœur Mary (également adoptée en même temps que Michael), et Peter Olson. Mais Philomena s’interroge : est-ce que Michael a-t-il essayé de la retrouver ? Avait-t-il conscience qu’il avait des racines irlandaises ? Mary ne répond pas à la question…

   Mais Peter Olson leur apprend que Michael en avait bien conscience ! Et qu’il s’est personnellement rendu au couvent de Roscrea dans l’espoir d’obtenir des informations sur sa mère biologique afin de la retrouver.Mais les religieuses ne l’ont pas été  à la retrouver, lui affirmant qu’elles ne disposaient pas de la moindre information sur Philomena, et pire, que cette dernière l’avait abandonné …À sa mort, Michael a demandé à reposer dans la terre de ses origines…il repose donc au cimetière du  couvent de Roscrea !!!

   Philomena et Martin retourne donc à leur point de départ, finissant par rencontrer la terrible sœur Hildegarde, responsable de tout ceci.La femme, très vieille a encore toute sa tête…et elle ne regrette rien ! Elle est même convaincue que Philomena a mérité tout ça car Michael était l’enfant du pêcher…alors Martin est en colère, Philomena pardonne à la sœur et part se recueillir sur la tombe de son fils.Finalement, la vieille dame demande à Martin de raconter son histoire au monde entier…ce qu’il fera.

   Histoire vraie, « Philomena » est un drame puissant et pourtant il n’est pas que ça…et cela réside dans la force de son héroïne : Philomena Lee.La femme, malgré les difficultés reste très digne et très en phase avec la réalité.Elle fait même l’impensable : pardonner à ses bourreaux, alors que ces derniers n’ont aucun remords et lui ont caché la vérité durant toute ces années, sous son nez.On ne vire jamais trop dans le larmoyant, on oscille même de temps à autre avec l’humour (grâce au personnage de Martin)

   Ce qui est intéressant dans ce film, c’est l’opposition flagrante entre les 2 personnages principaux : si Martin se révèle être un athée, peu sensible et très froid finalement.Il n’aime pas les romans à l’eau de rose, Philomena, à l’inverse est une grande catholique croyante-pratiquante, très sensible et d’une grande chaleur humaine.Elle adore les romans à l’eau de rose.La foi lui permet d’avancer et de faire face aux difficultés…L’une des forces du film, réside dans les discussions entre ces deux protagonistes, qui finissent par bien s’entendre.

   Penser que des sœurs ont pu faire une chose aussi abominable est inconcevable : pourtant, c’est à une véritable « vente d’enfants » qu’elles se se sont livrées en Irlande à cette époque.Mettre à jour cette vaste entreprise n’est que justice…la vérité doit toujours être révélé, afin qu’on n’oublie jamais ce qui s’est passé, qu’on se souvienne…même à titre posthume.

   À la fin du film, ce qui est très beau également, c’est le fait que Philomena se rapproche de son film, bien que ce dernier soit six pieds sous terres depuis belle lurette.Unis, à travers le temps et l’espace, bien qu’ils ne se rencontreront jamais.Mais malgré tout, grâce à son voyage, Philomena en aura apprit suffisamment sur son fils pour pouvoir avoir une image de lui dans son esprit…

(notre note : 9,2/10)


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema