A crazy world


492.Une musique en or…le bon, la brute et le truand

Image de prévisualisation YouTube

L’italien Sergio Leone est entré dans la légende en 6 films seulement (même si il en a réalisé 10) : parmi ceux-ci, il y a bien évidemment « le bon, la brute et le truand », western réalisé en 1966., et racontant les aventures, pendant la guerre de Sécession. d’un chasseur de prime, d’un bandit plutôt comique et d’un effroyable bandit.À la baguette, un autre italien : Ennio Morricone (87 ans aujourd’hui ! ).On lui doit la musique de la plupart des films de Leone (ils se connaissaient depuis l’école primaire), de Tarantino (Kill Bill, Inglorioust Basterd, Django Unchained et Les 8 salopards), de quelques longs-métrage de Brian de Palma, de nombreux films français (le professionnel, la cité de la joie,…) et « The Thing » (la chose), film culte de John Carpenter.

images (2)

Dans ce film, Morricone signe une musique que l’on pourrait qualifier d’épique (qui a été composée avant que le tournage ne commence !) :D ans le thème principal (de 2 notes) on entend des sifflements d’un soliste, de l’harmonica qui forme un son qui évoque  le hurlement d’un coyote, et surtout l’effet que procure le Yodel (technique de chant permettant de passer d’un son plein, comme les ténors, à un son plus aigu).C’est l’Ouest, dangereux et imprévisible.Il s’y passe quantité de choses…il y a milles et un rebondissements.Des voix se font entendre, semblant imiter le coyote.Dans « le bon, la brute et truand », les 3 personnages éponymes ont chacun droit à ce thème, joué  avec une sonorité différente, pour chacun (une flûte, un ocarina et le chant humain).En un mot,  cette musique à plusieurs couleurs est un patchwork de sons qui porte le film et qui nous fait planer, dans le ciel, avec les anges.

Image de prévisualisation YouTube

D’autres thème du film :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

 


491.Bud Spencer, un joyeux tireur.

Image de prévisualisation YouTube

Bud Spencer, acteur italien connu pour ses westerns avec Terence Hill, son compère de toujours, s’en est allé à 86 ans.Son dernier mot a été un sobre « merci ».De son vrai nom Carlo Pedersoli a d’abord été champion de natation et a remporté de nombreux titres.

En 1967, ce géant (1,92 m) commence une carrière d’acteur avec le film « Dieu pardonne…moi pas », un western spaghetti ( qui doit son nom a ses origines italiennes).Il se choisit un nom : celui de Bud Spencer (en hommage à Spencer Tracy et à la bière Budweiser ») et enchaîne les rôles, sans toujours respecter son texte à la lettre.

En 1970, Spencer joue dans « On l’appele Trinita ».Il est Bambino, le rustre mais qui a du coeur, et au côté de Terence Hill (qui lui est toujours de ce monde) pour la première fois.Le duo se retrouvera dans 17 autres films, jusque 1994.Sorte de « Astérix et Obélix », l’alchimie entre les 2 fonctionne bien.Le succès, malgré des critiques pas toujours élogieuses, sera au rendez-vous.Détail anecdotique, étant donné son accent napolitain, la voix de Bud Spencer a été doublée par Glauco Onorato, pour que ses personnages, quand ils étaient américain, n’aient pas l’accent italien.

Dans les années 2000, Bud Spencer a même tenté l’expérience de la politique et s’est présenté aux élection générales italienne de 2006, sans succès.


490.Manuel de survie à l’apocalypse zombie.

377885

   Petite comédie horrifique, « Manuel de survie à l’apocalypse zombie » est une farce bien remplie d’hémoglobine et de tripes.Un film qui ne se prend pas trop au sérieux et où l’humour est très présent.Le film de zombie, qui a déjà connu un nombre de déclinaisons incalculables, est ici réinventé avec beaucoup d’inventivité.

   On y suit Ben Goudy, Carter Grant et Augie Foster, tous trois scout sous l’autorité du chef scout Rogers. Depuis des années, ils essayent tant bien que mal d’augmenter le nombre de membres de leur club, mais sans jamais y arriver.Mais à presque 18 ans, en dernière année de lycée, Ben et Augie pensent sérieusement quitter le groupe afin d’être des adolescents ordinaires, sans leur accoutrement.Ils n’ont jamais connu la moindre fille, et subissent les moqueries de leurs camarades de classes.

téléchargement (1)

   Non loin de là, dans un laboratoire, un scientifique fait des expériences sur un moribond.Et un homme de ménage faisant sa besogne finit par se retrouver seul avec le cadavre, qui se réveille et n’a qu’une seule idée en tête : manger de la chair humaine.Et comme dans tout bon film de zombie, il faut respecter deux règles, ce film-ci n’y déroge pas : « 1.Une personne mordue par un zombie devient un zombie.2.Pour tuer un zombie, il faut toujours viser la tête ».Ainsi, les zombies se mettent à se multiplier de façon exponentielle.

   Ben est amoureux depuis son enfance de la sœur de Carter, la belle Kendall .Mais celle-ci le considère comme un petit frère, et sort déjà avec quelqu’un d’autre, un type du nom de Jeff.Un jour, Ben a un accident de voiture en percutant un cerf (qui meurt sur le coup), ce qui lui vaut de devoir changer un pneu.Par chance, Kendall et Jeff passant par là leur donne un coup de main.En discutant avec ce dernier, Carter parvient à se faire inviter avec Ben à leur fête privée.Mais Jeff lui donne une fausse adresse…

téléchargement (2)

   En camp scout avec Augie, qui lui est toujours heureux d’être scout et se voit l’être jusqu’à la mort, les 2 compères projettent de filer en douce pendant la nuit pour aller à la fête.Mais ils se font griller.Ils avouent alors tout à Augie : qu’ils ont aimés être scout quand ils étaient enfant mais qu’aujourd’hui, il est temps pour eux pour voler vers d’autres horizons.Ce dernier est triste et déçus de ceux qu’ils considéraient comme ces meilleurs amis…il part donc chez le  chef scout Rodger lui annoncer la mauvaise nouvelle.Mais ce dernier est également devenu un zombie…

   Pendant ce temps, Ben et Carter vont à l’adresse que leur à indiqué Jeff…avant de se rendre compte qu’il leur a menti et les considère pour des imbéciles.Déçus, les 2 jeunes décident cependant d’aller dans la boîte de striptease  en face, étant donné que le videur est au abonné absent. Mais à leur grande surprise, il n’y a personne à l’intérieur…enfin presque, puisqu’une streateaseuse zombie apparaît, bien décidée à manger de la chair humaine.Heureusement pour eux, la barmaid, Denise, les sauve et s’enfuit avec eux à bord de leur voiture.Ils n’ont plus qu’un seul objectif : sauver la soeur de Carter, qui est à la fête.Mais pour cela, il faut déjà savoir où elle aura lieu : et là, il faudra aller fouiner dans le journal intime de la demoiselle, qui est dans sa chambre.Commence alors une nuit plutôt mouvementée et cauchemardesque pour les 3 personnages…

1439835773-Scouts_vs._Zombies_CampaignHeader_2048x1152

   Réalisé par Christopher B.Landon (qui n’est autre que le fils de Michael Landon), à qui l’on devait déjà les scénarios de certains épisodes de la franchise « Paranormal Activity » et qui a dirigé le spin-off « l’empreinte du démon », montre ici qu’il est capable du meilleur, puisqu’il livre une histoire originale, gore à souhait et avec un parti prit : celui de l’humour.Il est omniprésent dans le film : que ce soit avec le chef scout Rodger, fan de la chanteuse Dolly Parton et dont la maison ressemble d’avantage à un musée plein de statues à son effigie avec une Dolly grandeur nature, où encore lorsque Augie tente d’apprivoiser un zombie en chantant du Britney Spears, ou bien lorsque que les héros se font attaqués par des chats zombies, il y a de réels moments de rigolades.

   Pourtant, à aucun moment on ne tombe dans de la parodie, comme dans la franchise des « Scary Movies ».C’est une histoire originale, où des scouts, qui sont très futés, doivent sauver leur peau et accessoirement celle des autres.Sorte de MacGiver du 21e siècles, Ben, Carter et Augie utilise les matériaux à leurs dispositions pour se fabriquer des armes plutôt originales.En Mode Rambo, ils débarquent à la fête où se trouve la soeur de Carter et se affrontent les terribles zombies.

scouts-guide-to-the-zombie-apocalypse-sarah-dumont-tye-sheridan-david-koechner-blake-anderson-workaholics-cloris-leachman-horror-comedy-film-2015-movie-review

  Le thème de l’amitié est très présent dans ce film : Ben, Carter et Augie se connaissent depuis leur enfance et ont vécu énormément de chose ensemble.Chacun d’eux sait qu’il pourra compter sur l’un des 2 autres.Augie, qui a perdu son père, sait qu’il peut en parler avec eux si il ne se sent pas bien.Celui de l’adolescence aussi, à travers les bêtises que l’on peut faire à cet âge là, à la découverte du sentiment amoureux et des premières expériences sexuelles…

Scouts-Guide-to-The-Zombie-Apocalypse-5

   En somme, « Manuel de survie à l’apocalypse zombie », qui n’a pas rencontré un grand succès est un bon petit film, sorte de petit teen movie, qui mérite d’être vu.Il est inventif, drôle et bien mené.

notre note : 8,4/10

 


489.How I live now.

 

 

How-I-Live-Now-affiche

téléchargement

   Adapté du roman de Meg Rossof, How I live now (que l’on a traduit en français par « Maintenant, c’est ma vie ») raconte l’histoire de Elisabeth (jouée par Saoirse Ronan), surnommée « Daisy » new-yorkaise qui part vivre chez sa tante, Penn, à la campagne, pendant les vacances en Angleterre.Elle y fait la connaissance de ses cousins : Isaac, Edmond, Joe et Piper, la benjamine.D’abord austère avec eux, elle finit par les apprécier et tombe amoureuse d’Edmond…et cet amour est réciproque.Sa tante est peu présente et toujours occupée et finit par partir pour Genève.C’est alors que le pire se produit : le début de la troisième guerre mondiale, menée par des terroristes provoquant une pluie d’attentat.Séparés des garçons, Daisy et Piper se retrouvent hébergées dans une famille d’accueil et à travailler  dans un camp pour collecter de la nourriture pour les survivants.Mais elle projette de s’évader de ce camps avec sa cousine afin de retrouver ses cousins.

   Dans ce film, Kevin Mcdonald, réalisateur à qui l’on devait déjà « le dernier roi d’Écosse », livre ici une histoire assez dramatique.Le personnage de Daisy est celui d’une fille à qui la vie n’a pas fait de cadeau : sa mère est morte à sa naissance, son père se fiche de sa fille et elle est obligée de se débrouiller seule.C’est une rebelle.Elle a un caractère fort et n’a pas peur de recadrer les gens (en témoigne cette scène où arrivant à l’aéroport, son cousin Isaac (Tom Holland) vient la chercher en voiture, et où, elle lui explique que même si ils ne voient que peu de filles elle ne se fera pas « sauter » par eux).Cette force lui permettra d’accomplir bon nombre de choses, et de pousser d’autres à en accomplir.

   La vie à la campagne se révèle être un paradis : un monde en dehors du monde, qui sera d’ailleurs surpris lorsque la guerre éclatera.Cet Eden permettra aux héros de vivre heureux, dans la nature.

   Il est assez inconcevable dans l’esprit des gens que des personnes de la même famille nouent une relation sentimentale.Pourtant, lorsque Edmond pose ses yeux pour la première fois sur Daisy, c’est le coup de foudre.Le garçon ne sait plus rien dire.Elle aussi tombe amoureuse de lui, mais de façon progressive.La fille se montre d’abord austère, combative, ayant du mal à faire confiance aux gens.Et puis, elle finit par s’ouvrir, telle une fleur (c’est d’ailleurs l’image que l’on peut voir sur l’affiche du film).

images (1)

   Mais cet idylle est assez courte, puisque le pire arrive : la 3e guerre mondiale.Et vu ici sous l’angle du terrorisme.Cette peur qu’on les gens de ce mal est un sujet toujours d’actualité, et lorsque l’on voit que le film a été réalisé en 2013, on se dit qu’on est toujours menacé par cette abomination.Il y a d’ailleurs une scène où l’on voit un jeune garçon qui crie vers les terroristes et les insulte car ils ont tués son chien…le garçon est abattu…alors qu’il n’a pas la moindre arme sur lui et n’a que la peau sur les os.Ils tuent sans raison…

   La ferme assiégé par des militaires qui disent « les sauver », Piper et Daisy sont séparés des garçons et cette dernière promet à Edmond de le retrouver plus tard en vie.Une promesse pleine d’incertitudes.La grande veillera sur la petite, la protégera, la rassurera et lui mentira à maintes reprises…il est parfois difficile d’expliquer à un jeune enfant la vérité sur les conséquences de la guerre.

   Mais c’est cet espoir de revoir Edmond qui poussera Daisy a fuir du camps et de la famille d’accueil.Traqué dans les bois, elle devra faire face à de nombreux danger, à des imprévus…et aux fait de devoir survivre sans manger ni boire, étant donné que l’eau a été contaminée par les terroristes.

images

   Au final, cette histoire d’amour dans un monde qui a changé est une petite merveille.Simple, mais belle.

notre note : 8/10.


488.Maria S’Agapo.

Image de prévisualisation YouTube

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema