A crazy world



514.Wild (2014) : entre aventure et nostalgie…

wild_ver2_xlg__span

 En racontant l’histoire, vraie, de Cheryl Strayed, Jean-Marc Vallée (à qui l’on devait déjà Dallas Buyers Club) signe avec Wild un film touchant et plein de vie.C’est une histoire de volonté, de courage dont le thème principal est le voyage, la route de la vie.

   Après son divorce et le décès de sa mère Bobbi (Laura Dern), Cheryl (Reese Witherspoon), ancienne toxico, décide de se donner un nouveau départ dans la vie : elle veut parcourir 4200 km, seule, à travers le Pacific Crest Trail, célèbre route de randonnée aux USA.Au cours de ce voyage, elle espère se montrer capable d’accomplir quelque chose qui la dépasse, et qui la fera évoluer.

   Cette odyssée sera un voyage initiatique pour Cheryl.Mais elle ne sera pas de tout repos.La demoiselle n’est pas une fille « de la nature », mais de la ville…on a beau se préparer à tout avant le voyage (le sac à dos rempli et lourd, plus lourd que Cheryl est d’ailleurs assez comique), quand on est sur le terrain toutes les difficultés surgissent ( les chaussures usées, la chaleur, le manque d’eau, la rencontre avec de mauvaises personnes,…).

   Lisant énormément (et déchirant et jetant à chaque étape les pages lues des livres qu’elle transporte), Cheryl garde dans sa tête la phrase de la poétesse américaine Emily Dickinson : » si ta volonté te lâche, dépasse ta volonté ».Ce sera un moteur pour elle, quand la fatigue, la faim, la peur la guettera…ne jamais s’arrêter, continuer ! La route, c’est la vie, comme le pensait Jack Kerouac.

   Au cours du voyage, ce sera l’occasion pour  elle de faire le deuil de sa mère, décédée à 45 ans d’un cancer des poumons.Une femme incroyable, ayant élevé 2 enfants seules, après avoir fuit un mari violent.Sa famille possédait bien peu de chose, et les temps étaient durs, mais elle avait toujours le sourire, et débordait d’une joie sans limite. Cheryl ne la comprenait pas, puisque rien ne pouvait le justifier…et pourtant, sa mère avait décidé d’être heureuse.Et de tenter de transmettre au moins cela à ses enfants.

   Film à la fois émouvant et plein d’espoir, Wild dévoile toute la richesse des paysages américains : ces grandes étendues de friches d’arbres, de terrains rocailleux (où se cache de nombreux serpents…) et arides, où il n’y a pas âme qui vive.Portée par l’un des tubes du groupe Simon & Garfunkel, l’excellente chanson El condor passa, qui illustre le fait que l’on souhaite toujours être autre chose que ce que l’on est, et  que l’on ne parvient pas à être, car l’essentiel est de rester soi-même (9/10).

wild-8


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema