A crazy world



515.Never Let me go (2010).

19637981

   Adapté du roman de  l’auteur japonais Kazuo Ishiguro, Never Let me go (Auprès de moi toujours), est une histoire de science-fiction dramatique.Une fable de la société humaine dans ce qu’elle peut avoir de pire…Le film soulève d’importantes questions éthiques, comme de savoir ce qu’est la liberté, notamment.

   Au début de cette histoire, il y a une découverte scientifique d’un genre nouveau, en 1952, permettant de soigner n’importe quelle blessures.Ce qui conduit l’humanité à vivre de plus en plus vieux.Cette avancée majeure n’a été permise que parce qu’une série de clones, élevés à l’intérieur d’un internat à Hailsham (Royaume-Unis), serviront de donneurs d’organes, à des personnes malades, et au bout de 3, voir 4 dons, mourront.Toute une vie conditionnée à un seul et unique but.

neverlet-me-go-featured

   Le film est vu du regard de Kathy H. (Carey Mulligan), qui raconte son histoire, elle qui s’apprête désormais à donner ses organes.Son enfance a été partagée entre sa copine Ruth (Keira Knightley) et son meilleur ami, Tommy (Andrew Garfield).Une enfance et une adolescence très belle en apparence, et pourtant allant inexorablement vers un destin tragique et tout tracé.Mais aucun d’eux ne le sait encore.Miss Lucy, leur professeure et gardienne, trouvant la situation révoltante, essaye de les conscientiser, mai finira par être renvoyée.

   Il apparaît alors clairement que Kathy a des sentiments pour Tommy, et que ce dernier les partage également…mais Ruth est envieuse et parvient à séduire le garçon et à le voler à son amie.Une relation se tisse alors, sous le regard triste de la gentille Kathy, qui ne dit rien.Cette relation prend fin lorsqu’ils sont envoyés dans une ferme appelée le cottage, endroit où ils peuvent prendre le temps de découvrir un peu le monde et de sortir un peu, avant de procéder à leur premier don.Mais très vite, ils ne pensent qu’à une chose : avoir plus de temps, grâce à un sursis, comme le semble indiquer certaines rumeurs, pour les clones qui sont ensemble et partagent un amour véritable et pouvant le prouver.

   Pour Tommy, cela ne fait aucun doute : il n’a rien à perdre et c’est une occasion à saisir.Il se met en tête que la galerie d’art de son ancien internat, où les oeuvres des anciens élèves sont conservées est le lieu où l’on examine si les clones peuvent avoir un amour véritable et où les âmes sont scrutées de fond en comble.Le garçon réalise alors énormément de dessins.Il passe à l’acte avec Ruth et consomme leur union…Pour Kathy, c’est très difficile à vivre, et elle se dispute avec sa meilleure amie.Elle fait le choix de devenir accompagnante : elle aura plus de temps pour vivre, mais elle devra assister ceux qui donnent leurs organes, les accompagner jusqu’à la mort.Peu de temps après, coup de théâtre, Tommy rompt avec Ruth.

   Une décennie plus tard, Kathy est toujours accompagnante.Elle retrouve Ruth, et l’accompagne pour son dernier grand voyage.Cette dernière avoue qu’elle n’était pas amoureuse de Tommy, mais simplement jalouse, de voir une idylle germer entre ses deux meilleurs amis, et est venue briser leur amour naissantMais elle aimerait réparer cette erreur et permettre à Kathy et à Tommy d’obtenir un sursis.Elle lui donne l’adresse de la propriétaire de la galerie.Tommy a déjà fait deux dons mais de consistance solide : il  accepte de faire le voyage, pleins d’espoir.Ses sentiments pour Kathy émergent peut à peut.

   À destination, toujours pleins d’espoir, ils rencontre Madame de Hailsham.Celle-ci est rongée par la tristesse de leur raconter qu’il n’existe aucun sursis, qu’il n’y a qu’un seul destin qui les attend…la galerie d’Hailsham n’existait que pour montrer que les clones étaient humains et avait une âme…ce qui était inacceptable dans les autres internats.Peu de temps après la mort de Ruth, Tommy rend également son dernier soupir.Kathy apprend également qu’elle va devoir effectuer son premier don…Perdue dans ses pensées, songeant à son passé, elle s’interroge sur sa vie et se demande si la sienne est différente de celles de ceux qui ne donnent pas leurs organes, parce que, in fine, la conclusion est toujours la même : la mort.

never-let-me-go

   Chronique d’une vie dont la conclusion est déjà écrite, Never Let Me go pose beaucoup de question sur la condition humaine.Ses héros sont prisonniers d’un destin qu’ils savent tragiques, et ne peuvent rien faire pour le changer.Beaucoup de personnes dans notre monde sont encore esclaves, et peu sont réellement libre.D’ailleurs, qu’est-ce que la liberté ? Concept des concepts, elle a plusieurs visages, plusieurs couleurs.Liberté de choix, d’opinion,…elle peut correspondre à une multitudes de droits fondamentaux que chaque être humain peut jouir et doit respectés (mais si on est soumis à un ordre qui nous est supérieur, sommes-nous vraiment libre ?).Une utopie pour la plupart des gens.Même celui qui se sent libre est toujours contraint : l’avare dépend de l’argent et est poussé par sa cupidité,…

   Avec ce film, le réalisateur, Michel Romanek (à qui l’on doit une pluie de clips musicaux, du Scream de Michael Jackson, au récent Can’t stop the Feeling de Justin Timberlake), signe une histoire d’anticipation qui est à la fois belle et pourtant, paradoxalement choquante.Il montre que ces clones sont en réalité de véritables humains, éprouvant des sentiments typiquement humains : l’amour- même si la romance ne durera que peu de temps-, pour Kathy et Tommy.La jalousie pour Ruth, pouvant s’expliquer par une affection lui ayant fait défaut dans son enfance.Ces personnes ne sont pas parfaites, elles ne suivent pas une sorte de code de conduite comme les lois de la robotiques d’Asimov.Elles connaissent leur conditions, et pourtant prennent conscience que la vie est trop courte et qu’il faut en profiter, raison pour laquelle le sursis a énormément d’importance pour eux.Ils voient ce qui est réellement important dans une vie, même si elle est toute tracée.

   Échec à sa sortie, Never let me go n’en demeure pas moins un chef-d’oeuvre, où l’on voit la nature humaine dépeinte dans ce qu’elle a de meilleure et parfois de pire.Un film sur le temps qui passe, inéluctable…et pourtant si important.On souhaiterait tous avoir plus de temps pour faire ce que l’on veux.Mieux, avoir plusieurs vies…mais cela est impossible.Au fond, il y a un caractère tragique à l’existence. (notre note : 9,4/10).

Never-Let-Me-Go-andrew-garfield-20864713-1276-544


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema