A crazy world



523.Shine.

shine

   Biopic sur la vie du pianiste juif David Helfgott, Shine est un drame intense signé Scott Hicks (à qui l’on doit entre autre Cœurs perdus en Atlantide).La musique est parfois la seule amie que l’on a dans une vie…elle ne nous trahit jamais, nous aide parfois à surmonter nos difficultés, et parfois à mieux oublier…

   David Helfgott (joué tour-à-tour lorsqu’il est jeune par Noah Taylor et plus vieux par Geoffrey Rush) est un virtuose : il excelle au piano et a tout le potentiel d’un futur grand pianiste.C’est son père, Peter (Armin Mueller-Stahl), qui lui à tout apprit.Et pourtant, ce dernier n’a jamais prit un seul cours de musique, son paternel le lui refusant et ayant détruit son violon.Suite à un récital, le petit se fait remarquer et même si il ne gagne pas, marque les esprits.Un professionnel aimerait le prendre sous son aile pour lui enseigner la musique, mais doit se heurter au refus de son père, qui finit néanmoins par accepter.Peter est un homme autoritaire avec son fils, n’hésitant pas à le battre (pensant que c’est pour son bien), et qui n’a qu’une seule hantise : que son fils s’en aille et quitte sa famille si jamais il a du succès.Mais ce jour arrive, puisque David reçoit une bourse pour aller à Londres au collège royal de musique.Peter le menace et lui fait du chantage : si il s’en va, il sera mort pour lui.Mais David part et devient un pianiste de renommée mondiale, écrivant des lettres chaque semaine à son père, sans jamais avoir la moindre réponse, lui envoyant des enregistrements sur bobines des morceaux qu’il joue, afin de voir son évolution.Sa seule amie est une écrivaine du nom Katherine Prichard, qui le comprend un peu.David s’attaque alors à un morceau d’une (trop) grande envergure pour lui : le concerto pour piano n°3 de Rachmaninov, morceau extrêmement complexe, de plus de 40 minutes.Son professeur, Cyril Smith le prépare pendant des mois, le poussant à l’apprendre par coeur, à l’exécuter presque de façon machinale et de moins mettre l’accent sur l’émotion, comme il avait l’habitude de le faire.Le concerto-examen est un succès pour David qui remporte une médaille.Mais peu-à-peu, il sombre dans la folie, repensant à son père, à ce manque de reconnaissance qu’il a pour lui, au morceau qui l’a totalement imprégné…commence une descente aux enfers dans les hôpitaux psychiatriques, où on lui interdit de jouer du piano.La clé de sa rédemption sera précisément la musique, et une femme du nom de Gillian (Lynn Redgrave).

   Film en 2 temps (le David jeune et qui a pleins de rêves, et le vieux David qui a perdu la raison), Shine est une oeuvre complexe et bouleversante : Son personnage principal est un être qui a eu une adolescence bouleversée par un père qui a été trop possessif vis-à-vis de lui et qui l’a empêché de se réaliser complètement.David est donc un être incomplet, qui ne parvient pas à affronter le monde et qui se réfugie dans la musique, son amie qui ne l’a jamais abandonnée.Véritable virtuose, il « est » la musique.Ses doigts se mettent à bouger, et tel un automate, il exécute la partition (il faut le voir quand il joue, cigarette à la bouche et que ses mains continuent à appuyer sur les touches du piano, même si son esprit est ailleurs).Sa maladie est complexe : il n’est pas dangereux, mais est comme déconnecté de la réalité, bégayant sans cesse pour parler, répétant les mêmes phrases…mais au fond, c’est un être conscient de tout et qui accuse d’une grande souffrance.

Shine (1)

   L’histoire de David, c’est celle d’un homme qui a connu le succès, et qui se fait oublier avant de revenir sur le devant de la scène.Beaucoup de films suivent également ce schéma : Rocky, De l’ombre à la lumière,…c’est l’histoire d’un rédemption, d’un guérison après un mal qui a rongé l’individu.David Helfgott est toujours vivant aujourd’hui et profite de la vie, avec sa compagne.Dans le film, on voit que son père a également été un obstacle pour sa vie amoureuse, faisant fuir la moindre prétendante pour son fils.

   Il y a dans Shine, des thèmes récurrents à l’oeuvre de Scott Hicks, son réalisateur : l’histoire est décousue et entremêlée et n’est donc pas linéaire , puisqu’il a recourt à de nombreux flashback (retour en arrière) et flashforward (retour en avant) ; les parents et l’impact qu’ils peuvent avoir sur leur enfant ; la solitude du héros qui se retrouve coupé de tous (au fond, David est un solitaire, malgré la présence de la musique) ; et le temps qui passe (sauf qu’il est symbolisé par une musique virevoltante et rapide).

   Si Noah Taylor nous livre un David désemparé plus que convainquant, c’est surtout la prestation de Geoffrey Rush (qui remporta un oscar pour son rôle) qui marque les esprits : le fou bègue et pourtant d’une gentillesse inébranlable, maladroit avec les femmes (mais qui passe vite à l’action pour les aborder) et virtuose du piano.Les 2 acteurs ont pratiquement le même temps à l’écran, incarnant un même personnage, mais à 2 époques différentes, mais qui à évoluer.In fine, Shine est décidément un très très grand film (notre note : 9/10).

Image de prévisualisation YouTube

(le concerto n°3)

Image de prévisualisation YouTube

(la scène où David le joue dans le film)


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema