A crazy world


  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 17 septembre 2016

529.Dolly Parton-The Bargain Store.

Image de prévisualisation YouTube

Chanson issue de la série « Strangers Things ».


528.New York, New York…quand Scorsese rendait un vibrant hommage au jazz.

new

   Cinéaste touche à tout, Martin Scorsese a réalisé des films très variés dans les genres, passant du film de gangster (Les Affranchis, Casino, Les infiltrés), au film historique (Gang of New-York), lorgnant vers le thriller (Shutter Islands) ou le biopic (Kundun, Aviator, Le loup de Wall Street) durant sa longue carrière.Alors qu’il prépare son long-métrage suivant, le très attendu Silences, retour sur le très connu New York, New York, incursion dans le monde musical, et plus particulièrement du jazz,sorti en 1977.

   L’histoire : Jimmy (Robert De Niro) tente tant bien que mal de séduire Francine (Lisa Minnelli). qui résiste à ses avances.Mais on ne peut rien au destin, les 2 personnages vont se recroiser assez souvent, et Francine finira par l’accompagner à une audition où il montrera tout son talent en tant que joueur de saxophone, cette dernière se révélera être une chanteuse exceptionnelle.Ils vont alors s’éprendre l’un de l’autre et former un couple.De nombreuses difficultés viendront les freiner dans leurs ambitions et le caractère impulsif de Jimmy n’arrangera pas les choses.Celui-ci se montrera très jaloux à plusieurs reprise et aura des comportements digne d’un fou.Le succès arrivant peu à peu pour chacun, Francine lui annonce attendre un enfant…ce qu’il ne supportera pas, le bébé arrivant au mauvais moment, au point de décider de partir à sa naissance.Après plusieurs années, alors que Francine chante lors d’un concert la chanson New York, New York, et reçoit une ovation d’applaudissement, Jimmy refait surface, et tente de renouer avec elle,…mais sans succès.

   New York, New York, c’est l’histoire d’un couple voué à la dérive…dès le départ, la femme ne veut pas de l’homme.Il doit tout essayer pour la séduire, et lui apparaît davantage oppressant qu’autre chose.Mais chez Jimmy, ce qui impressionne, c’est sa ténacité ! Il n’est pas du genre à baisser les bras, et quand il veut une chose, l’homme l’a.C’est un joueur de saxophone hyper doué, ressortant parmi tout les autres dans l’orchestre, et extrêmement créatif.Mais tout ça est entaché par un énorme défaut : c’est un emmerdeur.Il chicane tout le temps, se montre grossier avec les gens et s’emporte vite.Et même si il aime sa femme, sa passion passe avant tout.Ce qui est étrange, c’est qu’il aura fallu que soit révélée au grand jour leurs talents mutuels, à lui et à elle, chacun entendant l’autre, pour que leur couple émerge.Et pourtant, tout au long du film…on trouve qu’ils sont mal assortis…qu’ils n’ont rien à faire ensemble.Et pourtant chacun aime l’autre.Mais Jimmy va devenir de plus en plus égoïste, ne penser qu’à sa réussite et son succès, et à lui, même si Francine va aussi quelque peu y contribuer.Le fait qu’il parte le jour de l’accouchement de sa femme, sans voir leur fils, va enterrer définitivement leur union…même si pour Francine, le choc sera plus difficile à combler, la belle ne se remettant d’ailleurs avec personne.

   Chanson du crooner Frank Sinatra, New York, New York est l’hymne de ce film et trouve dans l’interprétation de Lisa Minnelli (fille de la célèbre Judy Garland), l’une de ses meilleures reprises.C’est une chanson qui évoque un nouveau départ, un renouveau et la naissance d’une certaine grandeur pour la personne qui la chante, qui connait succès et gloire, dans le pays de l’oncle Sam…elle illustre bien le rêve américain.

Image de prévisualisation YouTube

   Échec à sa sortie, et film désormais peu connu, Nex York, New York est pourtant un bel hommage à la fois aux spectacle de music-hall et aux comédies musicales des années 40-50, à travers le personnage de Francine à la voix de crooneuse, et au jazz, via le personnage de Jimmy, qui fait chanter le saxophone.La musique est omniprésente dans le long-métrage, accompagnant les personnages.Le jazz est une musique beaucoup plus triste, le son groove illustrant une belle mélancholie.Sans happy end, ce film se laisse pourtant redécouvrir avec un certains plaisir, De Niro sachant être drôle avec un personnage très fort.

Image de prévisualisation YouTube

   Même Scorsese n’aime pas ce film, qu’il considère comme étant le plus faible de sa longue filmographie…pourtant, ce serait aller vite en besogne que d’écouter son avis.New York, New York dépeint à la fois l’histoire d’un couple, l’histoire d’un succès, des désillusions, et d’une chanson éponyme (que Francine compose avec l’aide de Jimmy).New York, c’est la ville qui a vu naître Martin Scorsese, et à laquelle il rend en quelque sorte un hommage.Il semblerait qu’à cette époque, le cinéaste ait connu un certains nombre de problème et une peur de ne pas pouvoir réaliser les films qu’il souhaitait, car en panne de reconnaissance.Dans ce cas, cela transparaîtrait alors dans New York, New York : la peur de ne pas pouvoir s’adonner totalement à son art, à son oeuvre…de s’accomplir comme on le souhaite.D’ailleurs, De Niro choisit de laisser sa famille, pour sa passion, pour la musique, un art.C’est un peu ce que fait Francine, quand à la fin du film, Jimmy l’invite au restaurant (notre avis : 8/10).


Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema