A crazy world


« | Accueil | »

557.Split : le grand retour de Shyamalan au cinéma.

     Le génial réalisateur M. Night Shyamalan renoue enfin avec le succès ! Le créateur de Sixième sens et Incassable s’était quelque peu perdu ces dernières années avec des productions mineures, allant d’échecs en échecs (PhénomènesLa jeune fille de l’eauAfter Earth,…),tant sur le plan scénaristique que sur le plan du box-office…avant d’offrir le petit film d’horreur The Visit.Avec Split, il tient enfin une histoire originale, maintenant le spectateur en haleine tout au long du film.Il est également attendu, un peu plus tard cette année, avec la nouvelle mouture de la série télévisée Les contes de la crypte.Un revival très attendu, en somme.

bg

     Ici, dans Split, on suit 3 jeunes femmes, Casey, Marcia et Claire, qui, après avoir été  chercher de la nourriture dans un fast food rentrent dans la voiture du père de l’une d’elle, attendant que ce dernier monte à bord également…mais à leur surprise, c’est une autre personne qui s’assied  sur le siège conducteur : un type qu’elle n’ont jamais vu (James McAvoy), lunettes et crâne rasé.Celui-ci les gazent afin de les endormir et les conduits dans un lieu secret où il les enferme dans une pièce close, sans fenêtre.Les 3 jeunes femmes découvre alors que leur bourreau (qui s’appelle en fait Kevin) possède en fait 23 personnalités différentes : tour-à-tour déguisé en femme austère dénommée Patricia, devenant Denis,  type baraqué ne supportant pas la saleté, en petit garçon baptisé Hedwig…l’homme semble complexe à cerner et difficile à duper…Casey, plus réfléchie que ses 2 comparses, va essayer de le tromper à plusieurs reprises, étant donné que lorsqu’il prend l’apparence d’un gosse, il est plus facile à manipuler et bien moins fort …les jeunes filles vont devoir faire vite, car le bourreau, qui a juré de ne pas leur faire de mal annonce l’arrivée de la bête, être qui lui n’hésitera pas une seule seconde à se nourrir d’elles, les impures…

     Non loin de là, le docteur Karen Fletcher (Betty Buckley), psychiatre qui suit de nombreuses années Kevin Wendell Crumb, reçoit de nombreux mails de ce dernier affirmant qu’il souhaite la voire de toute urgence, signe d’un problème…il s’agit en fait de toutes ses personnalités, affirmant que Kevin se fait dominer par 2 d’entre-elles, Denis et Patricia, souhaitant que ce dernier s’accomplissent, et deviennent la bête, 24e personnalité…encore jamais rencontrée jusqu’alors.Un surhomme, à la peau écaillées et dure comme de l’acier, capable de grimper sur n’importe quelle surface lisse.Mais à chaque fois que Kevin rencontre le docteur Fletcher en séance, il le fait sous les trait de Barry, extraverti…mais cache en fait la personnalité de Denis imitant Barry ! La psychiatre n’est cependant pas dupe et va tenter de démêler le vrai du faux…et découvrir la vérité.

azs

     Avec ce 12e long-métrage, Shyamalan signe un véritable thriller : à la fois huis-clos (la plus grande partie de l’intrigue se passe dans le repaire de Kevin, un lieu exigu et confiné) et film pshychologique, le spectateur est tenu en alerte dès le début du film (l’entrée en matière est très rapide) !

     Son personnage principal, Kevin, est fascinant : sa personnalité est morcelée en 23 entités distinctes, mais qui cohabitent chacune dans sa tête, comme assissent chacune sur un siège, attendant son tour pour entrer dans la lumière et se matérialiser dans la vrai vie…il est convaincu, lorsqu’il fait corps avec l’une d’entre-elle, d’être ce qu’elle représente : ainsi, lorsqu’il est enfant, il se sent frêle et faible…alors que lorsqu’il devient la bête, il ressemble à un véritable fauve, ne ressentant même pas la douleur que des balles venant se loger dans sa poitrine pourraient lui procurer.C’est en réalité un être qui a connu une très grande souffrance lors de sa petite enfance…raison pour laquelle il semble d’ailleurs en vouloir à la terre entière.

     Le docteur Fletcher a vouée sa vie à ses patients : ils sont tout pour elle, et les considèrent comme ses enfants qu’elle n’a jamais eu.Les personnes ayant des personnalités multiples possèdent des facultés incroyables, contrastant avec ce qu’ils peuvent être dans la vraie vie : ainsi, l’un de ses patient était allergiques aux piqûres d’abeilles  pour l’une de ses personnalités, et tout à fait insensible aux dards de ses insectes pour toutes les autres personnalités…La vieille dame est rusée, faisant preuve de beaucoup de patience pour obtenir le résultat qu’elle souhaite…sa finalité ultime serait de recentrer toutes les personnalités, amenant ainsi Kevin à une forme d’équilibre…une harmonie entre chaque entité.

z

 

     James McAvoy livre une prestation saisissante : changeant de voix et d’accent pour chacune de ses personnalités, il est très crédible dans le rôle de cet homme habité, qui s’est perdu et fondu derrière ces dissociations d’identités…la façon dont il fait ressortir ses veines est littéralement bluffante !

    Shyamalan fait en fait, avec Split, un film sur la différence : le regard des autres sur tout ce qui est différents offre un poids extrêmement lourd à supporter.Le personnage de Kevin est un reclus du système, un isolé…hormis le docteur Fletcher, personne ne tient à lui.À chaque apparition d’une de ses personnalité correspond un élément traumatisant en ayant donné naissance…rien n’est dû au hasard…D’ailleurs, pour lui, les impurs sont ceux qui ont une belle vie, sans incident ni traumatisme, ceux qui ont pu vivre aimés et choyés…Kevin tient en quelque sorte une petite vengeance sur un monde qui lui en a fait voir des choses très sombres.

Dans la toute dernière scène, tel un twist final (une méthode particulière propre à Shyamalan, consistant à ajouter, à la toute fin d’un film, un élément nouveau, inattendu pour les spectateurs), apparaît le personnage de David Dunn (sous les traits de Bruce Willis), le héros d’Incassable…annonçant une probable suite dans les années à venir combinant les 2 univers .

(notre avis : 9/10)


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema