A crazy world



564.Passengers.

dv

    À bord du vaisseau Avalon, 5000 personnes sont en hibernation dans des caissons, attendant d’arriver vers une nouvelle planète…mais cette odyssée tranquille sensée durer 120 ans est perturbée par une collision avec des astéroïdes créant quelques problèmes dans le système qui se met à débloquer…provocant une panne dans l’un des caissons et obligeant son occupant, Jim Preston (Chris Pratt) à se réveiller plus tôt que prévu…celui-ci pense, au départ, que le vaisseau va bientôt arriver à destination…mais quand il apprend qu’il reste 90 ans avant d’arriver sur la planète Homestead II, celui-ci tente temps bien que mal de se remettre en hibernation…tâche malheureusement impossible.Il va donc vieillir et mourir dans le vaisseau au cours des 90 prochaines années…il tient une année complète, avec pour seule compagnie le robot barmaid Arthur qui lui sert à boire à volonté, à manger à volonté, jouer à des jeux vidéos, voir des films et faire du sport dans la piscine…mais la solitude lui pèse énormément…et il finit par regarder les autres caissons et tomber sur celui d’une jeune femme, Aurora Lane (Jennifer Lawrence)…dont il tombe amoureux.Mais ouvrir son caisson conduirait la jeune femme à vivre toute se vie et à mourir dans le vaisseau…mais n’y pouvant plus, Chris ouvre le caisson.Au départ distante, la dame fini par sympathiser avec lui et rapidement, une relation se noue entre eux…relation avec 2 épée de Damoclès : Que se passera-t-il si elle apprend la vérité sur l’ouverture de son caisson ?  Le vaisseau, après sa collision avec l’astéroïde, a subit énormément de dégât, et plus le temps passe, plus il se dégrade…

ml

     Véritable odyssée spatiale, inspirée d’une nouvelle de Philippe K.Dick (le père de Blade Runner et Total Recall ), Passengers constitue un incroyable film de science-fiction, de bout-en-bout : Visuellement splendide (tant l’espace que le vaisseau sont incommensurable, et emprunt de réalisme), le film pose aussi la question du choix au centre de ses préoccupations, et ce, à plusieurs moments : notamment, lorsque Jim, hésite d’ouvrir le caisson d’Aurora, passant par une phase de doute et de dépression…changeant d’avis régulièrement, presque indécis…Le choix de sortir avec Aurora, de nouveau, pour lequel Jim hésitera, mettra du temps, avant de passer à l’acte. Autre dilemne cornélien : qui doit aller dans le seul caisson restant, encore en activité (l’autodoc, machine révolutionnaire soignant les blessures corporelles), pour une seule personne ? La question du bonheur est également traitée : Aurora s’imaginait une vie nouvelle, sur une nouvelle planète, ayant abandonné les siens et la Terre…en quête de nouveau horizon.Vivre toute une vie dans un vaisseau spatial n’était pas son rêve initial…pourtant, elle va trouver plus à faire là-bas qu’elle n’aurait eu à faire dans sa vie d’avant…et écrira d’ailleurs un journal.

     Passengers constitue un voyage passionnant de bout en bout, plein de suspense (les 2 héros sauveront-ils le vaisseau ?  La tension est palpable à plusieurs moments et le dénouement imprévisible).Pourtant, aucun voyage sur aucune planète ne sera montré, aucune créatures extra-terrestre…toute l’action se passe dans le vaisseau Avalon, bâtisse gigantesque avec de multiples salles et couloirs (il est d’ailleurs amusant de constater que Aurora y fait son jogging quotidien…) constituant en cela un des plus gigantesque huis-clos de l’histoire du cinéma.Les acteurs sont excellents et cette histoire avec 2 personnages et 1 robot passe finalement assez vite, sans aucun temps mort.Jennifer Lawrence, confirme, une fois de plus, être l’une des meilleures actrices et les plus belles du moment.Une belle réussite (notre note : 8/10).


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema