A crazy world


« | Accueil | »

569.Pirates des Caraïbes : la malédiction du Black Pearl.

pireeask

  En 2003, les studios Disney remettait à flot un genre cinématographique presque oublié : le film de pirates.Inspiré d’une attraction à Disneyland datant de 1967, la saga des Pirates des Caraïbes voyait le jour…4 volets devaient suivre, avec à la clé un immense succès. Dirigé par Gore Verbinski, la malédiction du Black Pearl introduisait à l’écran le personnage de Jack Sparrow, pirate loufoque et maladroit.

     Dans cette histoire rocambolesque,  le capitaine Jack Sparrow (Johnny Deep) souhaite récupérer son bateau, le Black Pearl, que son second, Barbossa (Geoffrey Rush) lui a chipé au cours d’une mutinerie.Il se rend donc à Port Royal, fief du gouverneur Swann (Jonathan Price), où la piraterie est pourtant punie de la peine de mort.Arrêté pour s’être fait repéré en plongeant sauver la fille du gouverneur, Elisabeth (Keira Knightley), il est condamné à être exécuté. Celle-ci est alors enlevée par l’équipage du Black Pearl. Will Turner (Orlando Bloom), fou amoureux d’Elisabeth, décide de la sauver, mais ne sait comment retrouver le navire…il sollicite donc l’aide de Jack Sparrow, prisonnier dans la prison. Une fois l’avoir délivré, ce dernier s’engage à l’aider pour retrouver sa dulcinée. Se rendant sur l’île de Tortuga, repaire de piraterie, où se trouve les pires forbans du monde, il se constitue un équipage afin de pouvoir récupérer le Pearl. Pendant ce temps, à bord du Pearl, Elisabeth comprend la raison de son enlèvement : les pirates du Black Pearl sont maudits, immortels morts-vivants, dont la véritable apparence physique en décrépitude est révélée à la nuit tombée, ne ressentant aucune douleur, ni aucune émotion, ne pouvant plus jouir des plaisirs de la vie, puni pour avoir dérobé le trésor de Cortés. Barbossa pense, qu’en raison du fait qu’Elisabeth possède un médaillon qui est en fait la dernière pièce du trésor, qu’elle est le moyen de leur délivrance.Que cette dernière serait la fille de Bill Turner, dit Bill le Bottier…et que son sang immaculant le trésor reconstitué devrait les aider à retrouver une vie normale…mais la pièce, Elisabeth l’a chipée à Will le jour de leur rencontre, où enfant, ce dernier à été trouvé par le navire de son père et où il avait ce « médaillon » autour du cou…signe que le petit était un pirate. Afin de lui éviter la mort, Elisabeth l’a cachée.

     Avec ce film, Gore Verbinski (à qui l’on devait le très culte La souris) signe une aventure fantastique à la fois drôle et pleine de fantaisie.Ses personnages sont forts en couleurs, à commencer par le capitaine Jack Sparrow : avec un look inspiré de Keith Richards, le guitariste de The Rollings Stones et des cheveux rasta à la Bob Marley, il est totalement loufoque avec son pistolet armé d’une seule balle, de son compas n’indiquant pas le nord, et de sa dégaine très maniérée et excentrique. Ses pitreries sont pourtant amusante et le héros se révèle pourtant moins idiot qu’il n’y parait : il est prêt à tout pour arriver à ses fins, même si il difficile de savoir si il planifie tout à l’avance, où si la chance lui sourit. Souvent confronté à des situations extrêmes, il est prêt à laisser tomber n’importe qui pour s’en sortir…le personnage mène sa barque comme il l’entend, mais implique toujours de nombreuses personnes dans ses frasques. C’est à chacun de décider si il est une bonne ou une mauvaise personne… Barbossa, quand à lui, est un véritable pirate : un forban, insultant son équipage, et possédant un petit singe du nom de Jack (pour ridiculiser Sparrow), qui est encore plus fourbe que son maître.C’est l’ennemi naturel de Jack Sparrow, et leur opposition donne lieu à de nombreuses situations comiques. Depuis sa malédiction, il ne peut plus manger de pommes, son fruit préféré. Les autres personnages sont tout aussi fascinants : Pintel et Ragetti (possédant un oeil de verre qui ne tient pas dans son orbite), duo de pirates dignes de Laurel et Hardy, ainsi que Gibbs, ami de Jack qui ne l’abandonne jamais, ou encore Will Turner, homme valeureux qui n’a pas froid au yeux et qui fait preuve d’un grand courage en toutes circonstances.

     La musique est signée Hans Zimmer (qui avait officié sur Le Roi Lion) et Klaus Badelt: celle-ci est assez dynamique, avec un thème se répétant de façon continuelle « he’s a pirate », décliné avec toutes les sonorités possibles, autour d’autres thèmes plutôt récurrents.

Image de prévisualisation YouTube

     La représentation que fait le film des pirates est celle d’hommes libres, agissant selon leur bon vouloir, et qui sont soumis à un code d’honneur de la piraterie (Elisabeth invoque d’ailleurs le fameux droit de pourparler, pour s’entretenir avec Barbossa). Pourtant, ils n’hésitent pas à voler, tuer, et à détruire tout navire se mettant sur leur route…la mer semble être leur repaire, et ils voguent sur les flots…Et même entre eux, parfois, ils violent les règles, à leur avantage, n’hésitant pas à se rebeller contre leur propre capitaine (ce dont Sparrow avait fait les frais avec Barbossa). Leurs relations avec les femmes est chaotique, ne les respectant que très peu et changeant de partenaires régulièrement, sans jamais rester plus de quelques jours avec l’une d’elle…les nombreuses conquêtes de Jack à Tortuga attendent encore de ses nouvelles.

     Le film est bien calibré, sans aucun temps mort : on suit les aventures du capitaine Jack avec un immense plaisir, riant de ses pitreries et de ses échanges verbaux avec Barbossa. Le couple formé par Will et Elisabeth fonctionne assez bien, cette dernière révélant un sacré caractère derrière ses allures de Lady. Ce qui probablement constitue la meilleure représentation des pirates au cinéma. La transformation des pirates maudits en squelettes est probablement l’un des scènes les plus réussie du film.

notre note : 9,3/10.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema