A crazy world



576.Spider-man 2.

oiu

     2 ans après le premier volet, Sam Raimi remettait le couvert, en 2004, pour un nouvel épisode des aventures de l’homme-araignée.Le film reprend quelques temps après la mort de Norman Osborn : Peter Parker ne s’en sort plus financièrement.Ayant pris un petit studio, il peine à trouver l’argent pour payer le loyer et doit cumuler son travail de photographe avec celui de livreur de pizza…tout en étant Spider-man.De plus, il suit des cours à l’université, mais n’arrive plus à être un bon étudiant, arrivant sans arrêt en retard…Sa tante non plus ne s’en sort pas et est contrainte de vendre sa maison…Mary-Jane, de son côté, réalise son rêve de devenir actrice en décrochant le rôle principal d’une pièce de théâtre.Elle a du mal à oublier Parker, mais étant donné que ce dernier ne veut pas sortir avec elle, se réfugie dans les bras de John Jameson, astronaute et fils de J. Jonah Jameson, qu’elle doit bientôt épouser. Afin d’aider Peter pour un devoir, Harry lui présente le docteur Otto Octavius (Alfred Molina), dont les recherches sur la création d’une source d’énergie d’une grande puissance sont fructueuses. Il doit justement en faire une démonstration en public, où il invitera scientifiques et presse.Mais pour manipuler la source, il a l’idée d’utiliser des bras mécaniques, qu’il se greffe sur la colonne vertébrale, doté d’une puce inhibitrice pour que ce soit l’hôte humain qui les contrôle.Mais l’expérience tourne mal,  la boule d’énergie devenant autonome et prenant des proportions gigantesques…Spider-man n’a pas d’autre choix que de mettre un terme à cette catastrophe, Octavius étant au passage électrocuté, détruisant sa puce inhibitrice et tuant sa propre femme accidentellement…à son réveil, il constate que des chirurgiens tentent de lui extraire ses bras mécaniques. Mais à l’aide de ces derniers, il les tue tous, un par un…désemparé, il ne sait que faire…les bras mécaniques, très intelligents, agissent sur son intellectuel, et le pousse à refaire l’expérience…il refait de nouveaux calculs, conscient qu’il avait fait une erreur lors de la tentative précédente.Peter Parker perd de plus en plus confiance en lui et ses pouvoirs disparaissent…il décide alors de jetter son costume de Spider-man à la poubelle et de penser un peu à lui.Il se reprend en main…il tente de reconquérir Mary-Jane, mais pour celle-ci, cela est trop tard, car elle va bientôt se marier…Le nouvel ennemi de l’araignée, que Jameson prénomme le docteur Octopus, cherche du tritium pour pouvoir réaliser à nouveau sa création…Harry Osborn s’engage alors à le lui fournir, à la condition qu’il lui ramène Spider-man vivant…car il veut se venger de l’assassin de son père.

aop

     En proie au doute, Peter Parker se cherche encore dans ce film : être un super-héros l’empêche de penser à sa vie personnelle et le jeune homme a du renoncer à sa vie affective…cela l’empêche de vivre.Il n’était que Spider-man, l’être derrière le masque étant totalement effacé, telle une ombre. Cette situation étant absolument invivable…tout étant de plus, en train de lui échapper.Il n’a aucun équilibre et finit par craquer, jetant son costume dans une poubelle…où il sera découvert et rapporté à Jameson (qui au passage, jubilera et clamera sa victoire, lui qui calomniait l’homme araignée, et proclamera la suprématie  de la presse, 4e pouvoir au États-Unis). La goutte d’eau qui fait déborder le vase est bien évidemment l’éloignement progressif de Mary-Jane, celle qu’il aime.

     Le docteur Octavius, alias Docteur Octopus, est le nouvel ennemi de Spider-man (historiquement, dans les comics, c’est son premier ennemi, avant le bouffon vert) : c’est un homme que Parker a de nouveau bien connu (comme Norman Osborn) et qui l’appréciait.Mais à cause de l’accident survenu lors de l’échec de son expérience, il est désormais contrôlé par ses 4 bras mécaniques.C’est une sorte de créature de Frankenstein. Visuellement très réussi, les effets spéciaux résident dans la conception de ses membres, tentaculaire et tout en métal, cinglant l’air avec un bruit sourd, s’enfonçant dans les murs, lui permettant de se mouvoir très rapidement et de soulever des objets très lourds (comme lorsqu’il jette des voitures sur Spider-man).Grâce à eux, il est presque indestructible.Pour la petite histoire, il s’agit de véritables bras mécaniques, d’une trentaine de kilos, et mesurant près de 4 mètres chacun.Ils étaient articulés grâce à des techniciens, pièce par pièce (une septantaine par bras).Le film obtint d’ailleurs l’oscar des meilleurs effets visuel en 2005.

     Harry Osborn, désemparé depuis la mort de son père change totalement dans ce film : il est plein de tristesse et de rancœur, décidé à tuer l’homme-araignée (même après que ce dernier lui sauve la vie). Il devient agressif envers Parker, dont il sait que Spider-man lui permet de le photographie, par conséquent le connaît personnellement et qui ne veut pas lui révéler la véritable identité du super-héros.   .

     La scène la plus impressionnante du film est probablement celle où Spider-man doit arrêter, à l’aide de sa seule force et de celle de ses toiles, un train lancé à  pleine vitesse par le docteur Octopus.Il doit mettre toute son énergie dans cette entreprise, tentant de le freiner à mesure qu’il se rapproche du bout des rails, aboutissant dans le vide.Il tisse des toiles sur tout les bâtiments aux alentours, arrachant des murs par la force du moyen de transport.Son costume craque de partout, il se mord les lèvres, il hurle…mais accomplit l’impossible.Pour information, cet acte, pour des étudiants de physique, ayant fait quelques calculs savants, par rapport à la résistance des fils de toiles d’araignée, serait possible !

zer

     De la même façon que pour le précédent film, plusieurs personnalités font un petit caméo dans Spider-man II : Stan Lee (sauvant une dame des frasques de Octavius, braquant une banque), Bruce Campbell (Star de Evil Dead, acteur fétiche de Raimi, dans le rôle d’un portier au théâtre, empêchant Parker de rentrer voir la pièce de Mary Jane car il a du retard).John Landis joue également un des chirurgiens tentant d’extraire les bras mécaniques d’Octavius, sans succès…

     In fine, avec une histoire bien réfléchie, cette suite reste dans l’esprit du premier film, permettant de découvrir de nouveaux aspects du personnage principal, et qu’il n’est pas que Spider-man : il est aussi Peter Parker. Mais que Spider-man fera toujours partie de sa vie, sans effacer complètement sa personne. (notre note : 8,6/10).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema