A crazy world



601.Little Evil.

Parodiant les plus grands films d’horreurs du cinéma (tels que ShiningPoltergeistLa malédiction ou encore l’Exorciste), Little Evil est une belle comédie horrifique, signée Eli Craig (un habitué du genre puisqu’il a commis Tucker et Dale fightent le mal, en 2004). Le film évite de tomber dans la caricature pure et simple, comme ce fut le cas avec les Scary movies, parvenant à conserver son identité propre.

zqa

L’histoire débute avec Gary (Adam Scott), qui vient tout juste de se marier avec la femme qu’il aime, la jolie Samantha (Evangeline Lilly).Bien décidé à être le beau-père du fils de cette dernière, le petit Lucas, l’homme peine à communiquer…il faut dire que l’enfant de 5 ans est très particulier, ne parlant presque pas, et adoptant un comportement étrange, qui peut effrayer…ainsi, lorsque Gary va le voir, il parle, par l’intermédiaire de sa peluche, une effroyable chèvre, et lui demande de partir ! Ou lors de son anniversaire, le clown destiné à amuser les enfants se met à prendre en feu ! De plus, tout les anciens petits amis de Samantha sont morts dans des circonstances terrifiantes…excepté un. Gary se décide à le rencontrer…celui-ci vit reclus dans un monastère, et à leur rencontre leur hurle de toutes ses forces que Lucas n’est rien d’autre que l’Antéchrist lui-même et que la fin des temps est proche…bien que se refusant à croire cette thèse au départ, de plus en plus de choses, et notamment les tragiques événements survenu lors de son propre mariage avec Samantha, vont l’amener à devoir reconsidérer la chose…

Little Evil constitue donc un film très agréable à regarder, avec de belles surprises sur le plan visuel. Il constitue un hommage aux films d’horreur des années 70-80, tout en restant inventif. Le personnage de Gary, confronté à toutes ces mésaventures, fait preuve d’un courage exemplaire (il faut le voir se faire enterrer par son propre beau-fils, dans le jardin, pour comprendre). Le petit Lucas rappelle, par son look, le personnage de Damien dans La malédiction (d’ailleurs le film est cité) et celui de Danny Torance dans Shining (où l’enfant a un ami imaginaire qui parle à travers lui, le faisant changer de voix). Il passe très bien du petit garçon attendrissant au monstre hargneux ne faisant que le mal…toutefois, le film ne fait pas peur et est même regardable par n’importe quel public. Netflix confirme, à nouveau, sa capacité à réaliser de bons programmes (notre avis : 7,2/10).

sqr


  1. Rencontres et sorties entre amis écrit:

    En fait, je n’ai pas trop aimé ce film. Peut-être parce que j’ai bien apprécié « Tucker and Dale vs Evil » et j’attendais beaucoup d’Eli Craig mais, malheureusement, je n’ai pas trouvé ce long-métrage original.

    Dernière publication sur Découvrez tous les bons plans à travers toute la France  : Sortie sportive : rendez-vous au Marathon Touraine Loire Valley

    Citer | Posté 19 septembre 2017, 19 h 53 min

    Répondre

Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema