A crazy world



610.Spider-Man Homecoming.

dsz

En ressuscitant la franchise Spider-Man (pour la 3e fois !), oubliant l’épouvantable The Amazing Spider-man 2,  les Studios Marvel-Disney ont trouvé le bon filon, insérant les aventures de l’homme-araignée dans l’immense patchwork qu’est l’Univers Marvel avec ses Avengers. John Watts, au poste de réalisateur, concocte un film à la fois drôle et touchant…annonçant de potentielles suites.Pour incarner Peter Parker, c’est le jeune Tom Holland qui a été choisi, et reprend ainsi le rôle après sa furtive apparition dans Captain America : Civil War.

Le film reprend ainsi après Civil War, où le jeune Peter Parker s’imagine déjà devenir un Avengers, sous la houlette de Tony Stark (Iron Man). Ce dernier lui offre d’ailleurs un costume super-équipé avec de nombreuses fonctionnalités. Mais alors que le Spider-Man s’attend à ce voir confier des missions d’envergures, Stark préfère le « préparer » au mieux, le laissant régler de petits problèmes locaux totalement mineur (comme indiquer le chemin à une vieille dame,…), le faisant néanmoins surveiller à distance par son assistant, Happy ((John Favreau).Tout les jours, Parker le bonbarde de SMS, lui racontant ses prouesses en insistant bien sur le fait qu’il est capable de faire beaucoup plus de choses.Exaspéré, Happy ne prend même pas la peine d’y répondre…mais les lit toutefois.

Conciliant sa vie de super-héros et sa vie sociale, Peter, 15 ans, est avant tout un jeune lycéen …aimant en secret la jolie Liz Allen, la fille la plus populaire de son école.Avec son meilleur ami, Ned, il joue encore au Lego, s’amusant à construire l’Étoile de la mort…notre héros a donc encore le temps de grandir.Sa tante May (Marisa Tomei), veuve depuis peu, tente de l’éduquer du mieux qu’elle peut, tant bien que mal,…le voyant fuguer chaque soir pour aller dans des lieux étranges, pour d’obscures raisons- loin de se douter qu’il exécute sa mission de super-héros- l’obligeant à s’inquiéter pour celui qu’elle considère comme son fils.

mph

Alors qu’il pensait n’avoir que des missions misérables, Peter trouvera un adversaire à sa taille : un personnage d’envergure, ce faisant appelé le Vautour (joué par le génial Michael Keaton). De son vrai nom, Adrian Toomes, celui-ci fabrique des armes, recourant à une technologie avancée, celle des Chitauris, qu’il revend ensuite, où s’en sert pour commettre des braquages…avec son costume, une combinaison ailée, il a tout du charognard près à bondir sur sa proie…

Spider-Man : Homecoming fait le pari de faire revivre un personnage pour lequel tout (ou presque) a déjà été raconté…faisant l’impasse sur la transformation du héros (scène vue et revue ou Peter se fait mordre par une araignée génétiquement modifiée), le long-métrage se concentre directement sur son intrigue, faisant la part belle à l’humour et au gag (on est très loin du Spider-Man sombre et torturé de Sam Raimi). Par exemple, le jeune homme recourt à son téléphone pour se filmer en train d’imiter les autres super-héros des Avengers, se moquant d’eux et réussissant à nous faire rire ! Son amitié avec Ned est aussi l’un des ressort humoristique du film : inséparable, les 2 jeunes ont leur « petit truc », consistant à faire une sorte de salut en se tapant dans la main, chacun ayant la photo de l’autre comme écran sur son téléphone…d’ailleurs Ned saura rapidement la véritable identité de Peter, et en sera fasciné, posant des questions très pointues (et drôles) sur le sujet.

mbv

Michael Keaton, ressuscité depuis son rôle dans Birdman, campe à nouveau un rôle à sa hauteur, jouant le méchant de l’histoire: un personnage qu’il incarne avec brio, sachant le rendre glacial quand il faut, mais qui -il faut bien l’avouer- est très différent des ennemis habituels que l’on a pu voir dans les films de l’homme-araignée : comme opposant, il n’est pas le « fou qui veut anéantir » le monde. C’est un bandit, un petit criminel notoire, mais sans trop se faire remarquer. En fait, sans Spider-Man, personne ne saurait qu’il existe…d’ailleurs, pour un méchant, il se montrera fair-play vis-à-vis de son ennemi, lui donnant même une chance si il le laisse tranquille…chose qui sera impensable pour l’homme-araignée…Les scènes où Adrian revêt le costume du vautour sont très réussies, et le résultat très crédible.Il a réellement l’air d’un oiseau, embrassant l’air avec l’envergure de ses ailes, et ses serres sont acérées…comme prêtes à bondir sur sa proie.

Le costume de Peter, automatisé et répondant au nom de Karen est l’une des grandes trouvailles de l’histoire. C’est un personnage à part entière, écoutant Peter et lui donnant des conseils, et pas uniquement un armada de gadgets (dont le très utile chauffage…permettant d’être sec et réchauffé lorsque l’on a été mouillé).

À noter aussi, la traditionnelle apparition de Stan Lee, qui est assez facile à repérer. La musique est très en adéquation avec l’histoire, donnant un coup de modernité à la franchise, une sorte de peps, d’énergie (notamment avec le très rock Blitzkrieg Bop des Ramones), collant bien avec le personnage principal et sa personnalité. Tom Holland en fait un personnage très à la mode, et définitivement très cool. Ajouter à cela quelques scènes de bravoure (celle du Ferry par exemple) et vous obtenez un très bon cru (notre note : 8,4/10).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema