A crazy world



621.Sage-femme.

ms

Claire (Catherine Frot) exerce, depuis de nombreuses années, l’un des plus beaux métier au monde : celui de sage-femme. Sa petite routine quotidienne se voit perturbée lorsque resurgit dans sa vie Béatrice Sobolevski (Catherine Deneuve), celle qui fut sa belle-mère après le divorce de ses parents, et qu’elle a considérée comme une vraie maman, avec qui elle partageait tout…quand cette dernière est subitement partie, rendant son père ivre de douleur au point de s’ôter la vie. 30 ans après ces événements, Béatrice, qui est atteinte d’un cancer, vient lui demander de l’aide…

Réalisé par Martin Provost (à qui l’on devait déjà Séraphine), Sage-femme est une comédie dramatique aigre-douce, parlant d’une relation brisée par une femme (Béatrice), qui a voulu vivre une vie de paria et de jeu, délaissant sa famille, se moquant de leur sort et ne pensant pas une seule seconde à ce qu’il adviendrait de ceux-ci (elle ne sait en effet pas que son ex-compagnon s’est suicidé…). Surtout de la petite Claire, qui a perdu d’une pierre, deux coups, les deux personnes les plus importantes au monde pour aller chez sa vraie mère, qu’elle n’a jamais aimée (et pour qui, de toute évidence, partageait le même sentiment). On comprend donc pourquoi, le retour de Béatrice, dans sa vie, fait rejaillir de vives douleurs…elle ne veut tout d’abord pas trop lui parler, avant de l’écouter de lui annoncer, tel un coup de poignard dans son cœur, la nouvelle de la mort de son père.

Béatrice va devoir faire face à l’inévitable : elle est atteinte d’un cancer et elle ne s’en tirera pas. Fauché, sans revenu, travail ou logement, elle va pourtant loger chez…Claire, qui prend pitié de ce qui lui arrive, tout en maintenant ces distances…il va falloir qu’elle apprenne à lui refaire confiance. Cette femme, délirante et pleine d’humour (que Catherine Deneuve incarne avec beaucoup de talent) est son exact opposée et qui incarne tout ce que, au fond d’elle-même, elle a toujours voulu éviter être. Peu-à-peu, au fur et à mesure qu’avance la maladie, les deux femmes vont se rapprocher…pour finalement se retrouver. Tout l’amour qui les unissaient est revenu à la vie. Claire apprend à mieux à accepter le passé, et à enfin avoir une vraie maman. Une personne qui l’aime, s’inquiète pour elle, et ne souhaite que son bonheur.

Et on se prend au jeu de redécouvrir l’autre, et de lui pardonner ces fautes. Cet égoïsme qui les a éloignée…et qui a fait, paradoxalement, que Claire a vouée sa vie aux autres, sans rien attendre en retour (presque de façon désintéressée). La tendance va enfin s’inverser : Claire va penser un peu à elle (notamment à établir une relation avec Paul -Olivier Gourmet-, son voisin), tandis que Béatrice va se rattraper et penser d’abord aux autres. Un très joli film (8,6/10).


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema