A crazy world


  • Accueil
  • > Archives pour février 2018

635.Gary Jules- Mad World.

Image de prévisualisation YouTube

634.Wonder.

Wonder est une merveille ! Un film incroyablement beau, touchant et drôle à la fois. Stephen Chbosky, le réalisateur (et auteur) de Le monde de Charlie, revient, avec une nouvelle pépite. Il part pourtant d’une situation très simple, mais entraînant une avalanche de complexité.

ohf

Le soleil

Son film raconte l’histoire d’August Pullman (Jacob Tremblay), 10 ans, qui va, pour la première fois de sa vie aller à l’école…il n’y avait jamais mis les pieds avant car ses parents,  Nate (Owen Wilson) et Isabel (Julia Roberts) craignaient que les autres élèves ne se moquent de lui. Sa mère lui a jusqu’à présent fait la classe. En effet, le petit garçon est atteint du syndrome de Treacher Collins, une maladie qui provoque des malformations faciales…il a depuis sa naissance, du subir près de 27 opérations chirurgicales pour pouvoir respirer, entendre et avoir un visage à peu près normal, bien que ce dernier soit quelque peu déformé.

Surnommé Auggie, le petit garçon ne sort jamais sans son casque d’astronaute, qui lui masque la face, évitant ainsi que les gens ne le dévisage. Il va devoir, ici, pour la première fois de son existence, sortir de sa zone de confort et affronter le regard des autres. Dévisagé, faisant l’objet de multiples moqueries, et seul, le petit garçon sera rejeté. Le temps d’adaptation sera long et éprouvant…pourtant, peu-à-peu, il trouve ses marques : il ne passe pas pour l’intello de service en restant discret, sauf au cours de sciences, où il laisse éclater tout son savoir. Il finit même par se faire un ami : un garçon de sa classe, surnommé Jack Will. Mais les choses ne sont pas aussi simple qu’il n’y parait…

Même si August se sent seul, ses parents veillent sur lui : ils se tracassent lorsqu’il ne se sent pas bien, ressentent sa souffrance, ses difficultés, jouent avec lui, le bordent, et le consolent. Son père passe beaucoup de temps avec son fils, lui transmettant sa passion pour Star Wars. Le petit garçon est un soleil, une boule d’énergie, autour de laquelle gravitent d’autres astres…il est au centre de l’attention des siens.

Les astres gravitant autour de lui

L’entourage d’August veille sur lui : sa mère a mis de côté sa carrière et n’a jamais pu terminer son mémoire, dernière étape pour avoir son diplôme. Elle n’a fait que s’occuper de son petit garçon, lui donnant un million de plus d’attention que sa fille ainée, Olivia. Son père, est un homme plus pragmatique, qui rassure son fils, lui donnant une certaine force de caractère pour faire face « aux autres », lui conseillant de recourir à la violence et se défendre, plutôt que de laisser dire sans réagir.

Sa soeur, Olivia -surnommée Via- adore August. C’est elle, qui à l’âge de 4 ans, à demandé à avoir un petit frère. La jeune fille lui consacre énormément d’attention, le console et l’aide également quand cela ne va pas. Mais elle regrette ce trop plein d’attention, car personne ne se soucie vraiment de son existence…passant toujours au second plan, de façon involontaire et inconsciente de la part de ses parents, un peu comme la lune, astre qu’on ne voit pas aussi bien que le soleil. Sa grand-mère était la seule personne qui s’intéressait à elle, lui offrant la place qu’elle méritait vraiment. Depuis sa mort, un vide s’est installée dans sa vie…Ajouter à cela que sa meilleure amie depuis l’enfance, Miranda (qui a offert le casque d’astronaute à Auggie !), semble prendre ses distances, ne lui adressant plus la parole, depuis son retour d’un camp de vacance. Délaissée, elle fait la rencontre de Justin, un garçon qui la pousse à faire du théâtre…sa motivation principale étant due au fait que Via tombe amoureuse de lui.

Jack Will va devenir ami avec Auggie un peu par hasard : il va bénéficier de l’aide de ce dernier, durant une interro de science, durant laquelle il est incapable de répondre. Les 2 garçons vont ensuite sympathisé, et deviendront les meilleurs amis possibles. Jack Will veillera aussi sur August, même si il le blessera,…sans le savoir…

Le principal de l’école se montrera compatissant à l’égard d’August. Lui aussi à fait l’objet de moqueries dans sa jeunesse, du à son nom de famille, et il est bien placé pour comprendre ce qu’il ressent. Ses professeurs seront aussi bienveillant à son égard, lui donnant plus de considérations qu’aux autres. August ne sera jamais comme tout le monde…

Mécanismes de défense

Que faire lorsque les gens vous regarde avec deux grands yeux écarquillés, vous dévisageant et éprouvant à la fois de la pitié et une envie de moquerie à votre encontre ? Il faut être fort pour affronter cela…au début, Auggie n’y est absolument pas préparé, et cette fois-ci, son casque ne l’empêchera pas de disparaître. Il va lui falloir avoir de la répartie, et éviter de leur accorder de l’importance. Le garçon sait que les gens finiront par s’habituer à son visage….du moins il l’espère.

Si les cours en classe  lui paraîtront vite agréables, la cour de récréation ou la cantine seront plus difficile à faire passer…toute l’école rassemblée, jouant entre eux et le laissant bien seul, à l’écart, comme le vilain petit canard…Auggie s’imaginera de petits films dans sa tête pour faire passer le temps, où il sera accueilli, tel l’élève le plus populaire,  mais fera preuve de compréhension, s’imaginant la réaction des gens si Chewbacca, le wookie de Star Wars, débarquait dans son école…En réalité, en fan de la saga Star Wars, cela lui permettra de s’évader, de vivre les choses différemment, de façon plus détournées, comme une sorte de déni.

Lorsqu’il est effacé de la photo de classe, humilié par les messages stigmatisant du méchant Julian, August réagit en le dénonçant, lui faisant ainsi payé tout ce qu’il a subi sans broncher.

Amitié

Même si il est différent, August est un petit garçon, comme toute personne, méritant d’avoir des amis. Il ne sera donc pas longtemps seul…Jack Will viendra vers lui, et ils deviendront inséparables. Malheureusement, la bande de Julian, le plus grand hypocrite de l’école, ne digère pas cette trahison de celui qui restait autrefois avec eux. Le jour d’Halloween, fête préférée de August, car tout le monde est déguisé, et donc personne ne se juge car on ne se reconnait pas, il surprend Jack Will parlant de lui à Julian, et où il tient des propos vraiment très méchant à son encontre, reconnaissant qu’il traine avec lui juste parce que le principal le lui a demandé…dévasté, il rentre chez lui, et se jure de ne plus jamais lui adresser la parole. Le lendemain, à l’école, Jack Will ne comprend pas pourquoi Auggie refuse de lui parler et l’évite. Il ne sait pas qu’il l’a surpris en train de dire du mal à son sujet…en vérité, Jack a été « influencé » par les autres, mais dans le fond il adore August et souhaite réellement être son ami. Entre temps, ce dernier s’est fait une nouvelle copine : Summer, une fille qui souhaite être amie avec une bonne personne qui sera sincère…

Happy end

Avec un titre comme le sien, le film Wonder (qui signifie Merveille et qui est l’adaptation du roman éponyme) ne pouvait que bien se terminer. Offrant une vision un poil idéaliste peut être, mais néanmoins souhaité par chacun. Le long-métrage est touchant de bout-en-bout…jusqu’à la scène finale, où chacun reconnait Auggie et l’accepte enfin pleinement, sans le juger à cause de son visage. Un film qui rappelle le bien connu Mask, et que la moquerie peut être facile à faire subir lorsqu’une personne est différente. Les jugements ne sont que des à priori desquels il faut se défaire et donner à chacun une place, égale à celle des autres (notre note : 10/10).

nb


633.The Shape of Water.

Dernier film de Guillermo Del Toro (qui a notamment réalisé Le labyrinthe de Pan), The Shape of Water (la forme de l’eau) est une oeuvre pleine de poésie. Elle raconte l’histoire d’amour (presque impossible) entre une femme et un monstre marin…une sorte de La Belle et la belle, en plus moderne, et plus audacieux aussi.

pza

Un conte de fée.

Belle balade dans le fantastique, le film présente Elisa (Sally Hawkins), muette (suite à une effroyable tragédie), ne s’exprimant que par des signes, qui travaille comme femme de nettoyage, dans une structure gouvernementale, avec Zelda (Octavia Spencer), femme à la personnalité bien trempée. Un jour, une sorte d’aquarium est amené, dans le plus grand secret, et une équipe de scientifiques se met à effectuer des travaux sur son mystérieux occupant…il s’agit d’une créature, mi-homme, mi-amphibien, arraché de l’Amérique du Sud, sa terre natale, où il était vénéré comme un dieu par les indigènes locaux. Le colonel Richard Strickland (Michael Shannon) se charge de la sécurité des opérations, martyrisant la pauvre créature…Intriguée par ce qui se trame dans le laboratoire, Elsa, qui nettoie le sol, fini par voir l’étrange monstre marin, et est fasciné par lui…elle va l’amadouer, lui apprendre à s’exprimer dans la langue des signes,…prenant conscience qu’il est plus qu’un simple animal. Éprouvant peu-à-peu des sentiments pour lui, elle viendra lui rendre visite tout les jours.

En pleine guerre froide, les américains et les russes sont en conflits. Si ce sont les premiers qui détiennent la créature, les seconds voudraient la leur dérober…entre complots, mensonges et secrets, ils vont chacun en venir à la même conclusion : il faut tuer l’homme amphibien. Elisa, apprenant la nouvelle, décide de la délivrer, et de la cacher chez elle…à près tout, qui pourra la soupçonner ?

Parallèles.

Ce qui fascine, à priori, c’est la façon dont Elisa se retrouve attiré par l’homme amphibien (joué par Doug Jones, un habitué de ce genre de rôle). Elle n’a jamais rien vu de tel, et n’a pas peur de lui, ne le craint pas…en fait, la jeune femme se retrouve en lui, ne voyant pas ce qui les différencie : elle ne sait pas parler, et si elle essaye, c’est une sorte de cri d’animal venu du fond de sa gorge qui risque d’être entendu,…tout comme lui. Elisa voit les mauvais traitements que Strickland lui fait subir, et ressent la souffrance qu’il ressent…comprend qu’on ne peut pas infliger cela à un être vivant. Bien sur, elle sait aussi que les enjeux sont très grand : on pourrait la tuer si on la surprend en train de le libérer.

Mais malgré tout, l’amour germe…la musique aura une grande importance, Elisa réalisant dansant sur le son que passe le tourne-disque, devant l’homme amphibien, qui est un être intelligent, doté d’une conscience, et capable d’émotions. Lorsqu’elle l’amène dans sa maison, après l’avoir fait libérer, la jeune femme sait pertinemment très bien que cela n’est que temporaire…il ne peut pas rester très longtemps hors de l’eau, car son métabolisme n’est pas adapté pour cela…et elle ne peut pas respirer sous l’eau. Tout deux se laissent pourtant emporter par leurs sentiments respectifs, succombant même au plaisir de la chair, dans une scène très poétique, où Elisa empli la salle de bain d’eau, du sol au plafond, et où elle retient son souffle.

Le titre du film vient du fait que l’eau, en tant qu’élément, bien que prenant la forme de ce qui la contient, est très puissant, et capable de s’adapter. Ce qui est  également le cas de l’amour, s’adaptant, quelque soit la situation, pouvant avoir différentes formes, que l’on soit amoureux d’une femme, d’un homme, ou d’un…homme amphibien.

piu

Un monstre ?

Chez Del Toro, la fascination pour les créatures mythologiques, les monstres improbables, s’est faite ressentir dès son second film, Mimic, où des insectes géants génétiquement modifiés semaient la panique. Depuis, il n’a jamais cessé de faire des histoires avec un bestiaire foisonnant, tout droit sortie de son imagination sans limite (en témoigne les vampires de Blade 2).

Dans La forme de l’eau, il crée à nouveau un homme amphibien (comme dans Hellboy), assez proche du désign de celle de L’étrange créature du lac noir, un vieux film de 1954 dont le cinéaste semble être fan. Il y a d’ailleurs un hommage au cinéma des années 50 dans l’histoire, puisque l’on voit des extraits de vieilles comédies musicales, où de vieux péplums de l’époque. Guillermo Del Toro est un cinéaste ayant un grand amour pour le 7e art…la musique, pleine de jazz, offre de très jolis titres, comme une reprise de La Javanaise.

Sa créature est pourtant loin, malgré son aspect bestial, d’être un monstre : c’est au contraire un être plein d’humanité, capable d’attachement, et de sympathie. Il possède de multiples pouvoirs, ce pour quoi on comprend mieux que les aborigènes le vénérait comme un dieu…sauvage, l’homme amphibien est parfois brutal lorsqu’il se sent menacé (comme quand il mange le chat…). Capable de regret, il sait se rendre utile et aider ceux qui compte pour lui…

inf

Le mal

La figure du malin, de l’opposant vient de l’horrible Strickland, un individu guidé par le prestige et l’honneur de son grade. Il va, du début à la fin du film être un être sans scrupule, terrorisant le pauvre homme amphibien, le rabaissant, l’électrocutant, le passant à tabac. Plein d’idées préconçues, c’est un homme de la vieille école, qui est persuadé d’incarner la « virilité. Il a peu de considération pour les femmes qu’ils considèrent comme de simples objets (on peut le voir lorsqu’il fait des avances, tel une sorte de gros pervers, à Elisa).

Lorsque la créature lui file entre les doigts, il va tout faire pour la retrouver…passant au crible tout le personnel, recourant à la menace, à la pression, allant même jusqu’à torturer des scientifiques…sa réputation et sa place sont en jeu…si on les lui retire, il n’est plus rien, à part un être sans sens.

Au début de l’histoire, lors d’une confrontation avec l’homme amphibien, Strickland a deux doigts arrachés…Elisa les retrouve, en nettoyant le labo avec Zelda, et les lui ramène, pour qu’on les lui recousent. Mais ils ne tiendront jamais vraiment…plus dans le film il deviendra méchant, plus ses 2 doigts rafistolés deviendront noirs, pourrissant, finissant par mourir, gorgés par le pu…

La différence

Presque tout les personnages du film ont un point commun : ils sont différent des individus coulés dans le moule de la société. Ils sont à la marge de celle-ci, traité différemment. Si cela ne fait aucun doute pour l’homme amphibien, ou Elisa, car cette dernière est muette,  considéré par la plupart comme une simple d’esprit et vit donc une vie solitaire et reclue, c’est également le cas de Zelda, qui fait l’objet de racismes, étant afro-américaine, à une époque où les gens de couleurs ne pouvaient pas aller dans les mêmes cafés que les « blancs ». Le voisin d’Elisa, Giles (Richard Genkins),  vieil artiste sur le déclin, vit mal son homosexualité, rejeté par presque tout le monde, vu comme un « monstre » par certains, qui croient que c’est un comportement anormal…le contexte de l’histoire (on est en pleine guerre froide) était propice à voir toutes ses différences exacerbées, afin de montrer que la condition humaine est fondamentalement bafouée, à partir du moment où l’on considère qu’il faut être dans le moule de l’américain moyen, bon père de famille, travaillant, marié à une femme et père de deux enfants…valeurs qu’incarne le méchant du film, le Colonel Strickland.

Del Toro pose la question de la différence, et de son acceptation : Elisa tombe amoureuse de la créature. Impossible à avaler pour les gens qui ne voient qu’avec leurs yeux, sans regarder la où le plus profond se trouve, c’est-à-dire le coeur…un film magnifique qui a déjà raflé de nombreuses récompenses (notre note : 9,4/10).


Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema