A crazy world



634.Wonder.

Wonder est une merveille ! Un film incroyablement beau, touchant et drôle à la fois. Stephen Chbosky, le réalisateur (et auteur) de Le monde de Charlie, revient, avec une nouvelle pépite. Il part pourtant d’une situation très simple, mais entraînant une avalanche de complexité.

ohf

Le soleil

Son film raconte l’histoire d’August Pullman (Jacob Tremblay), 10 ans, qui va, pour la première fois de sa vie aller à l’école…il n’y avait jamais mis les pieds avant car ses parents,  Nate (Owen Wilson) et Isabel (Julia Roberts) craignaient que les autres élèves ne se moquent de lui. Sa mère lui a jusqu’à présent fait la classe. En effet, le petit garçon est atteint du syndrome de Treacher Collins, une maladie qui provoque des malformations faciales…il a depuis sa naissance, du subir près de 27 opérations chirurgicales pour pouvoir respirer, entendre et avoir un visage à peu près normal, bien que ce dernier soit quelque peu déformé.

Surnommé Auggie, le petit garçon ne sort jamais sans son casque d’astronaute, qui lui masque la face, évitant ainsi que les gens ne le dévisage. Il va devoir, ici, pour la première fois de son existence, sortir de sa zone de confort et affronter le regard des autres. Dévisagé, faisant l’objet de multiples moqueries, et seul, le petit garçon sera rejeté. Le temps d’adaptation sera long et éprouvant…pourtant, peu-à-peu, il trouve ses marques : il ne passe pas pour l’intello de service en restant discret, sauf au cours de sciences, où il laisse éclater tout son savoir. Il finit même par se faire un ami : un garçon de sa classe, surnommé Jack Will. Mais les choses ne sont pas aussi simple qu’il n’y parait…

Même si August se sent seul, ses parents veillent sur lui : ils se tracassent lorsqu’il ne se sent pas bien, ressentent sa souffrance, ses difficultés, jouent avec lui, le bordent, et le consolent. Son père passe beaucoup de temps avec son fils, lui transmettant sa passion pour Star Wars. Le petit garçon est un soleil, une boule d’énergie, autour de laquelle gravitent d’autres astres…il est au centre de l’attention des siens.

Les astres gravitant autour de lui

L’entourage d’August veille sur lui : sa mère a mis de côté sa carrière et n’a jamais pu terminer son mémoire, dernière étape pour avoir son diplôme. Elle n’a fait que s’occuper de son petit garçon, lui donnant un million de plus d’attention que sa fille ainée, Olivia. Son père, est un homme plus pragmatique, qui rassure son fils, lui donnant une certaine force de caractère pour faire face « aux autres », lui conseillant de recourir à la violence et se défendre, plutôt que de laisser dire sans réagir.

Sa soeur, Olivia -surnommée Via- adore August. C’est elle, qui à l’âge de 4 ans, à demandé à avoir un petit frère. La jeune fille lui consacre énormément d’attention, le console et l’aide également quand cela ne va pas. Mais elle regrette ce trop plein d’attention, car personne ne se soucie vraiment de son existence…passant toujours au second plan, de façon involontaire et inconsciente de la part de ses parents, un peu comme la lune, astre qu’on ne voit pas aussi bien que le soleil. Sa grand-mère était la seule personne qui s’intéressait à elle, lui offrant la place qu’elle méritait vraiment. Depuis sa mort, un vide s’est installée dans sa vie…Ajouter à cela que sa meilleure amie depuis l’enfance, Miranda (qui a offert le casque d’astronaute à Auggie !), semble prendre ses distances, ne lui adressant plus la parole, depuis son retour d’un camp de vacance. Délaissée, elle fait la rencontre de Justin, un garçon qui la pousse à faire du théâtre…sa motivation principale étant due au fait que Via tombe amoureuse de lui.

Jack Will va devenir ami avec Auggie un peu par hasard : il va bénéficier de l’aide de ce dernier, durant une interro de science, durant laquelle il est incapable de répondre. Les 2 garçons vont ensuite sympathisé, et deviendront les meilleurs amis possibles. Jack Will veillera aussi sur August, même si il le blessera,…sans le savoir…

Le principal de l’école se montrera compatissant à l’égard d’August. Lui aussi à fait l’objet de moqueries dans sa jeunesse, du à son nom de famille, et il est bien placé pour comprendre ce qu’il ressent. Ses professeurs seront aussi bienveillant à son égard, lui donnant plus de considérations qu’aux autres. August ne sera jamais comme tout le monde…

Mécanismes de défense

Que faire lorsque les gens vous regarde avec deux grands yeux écarquillés, vous dévisageant et éprouvant à la fois de la pitié et une envie de moquerie à votre encontre ? Il faut être fort pour affronter cela…au début, Auggie n’y est absolument pas préparé, et cette fois-ci, son casque ne l’empêchera pas de disparaître. Il va lui falloir avoir de la répartie, et éviter de leur accorder de l’importance. Le garçon sait que les gens finiront par s’habituer à son visage….du moins il l’espère.

Si les cours en classe  lui paraîtront vite agréables, la cour de récréation ou la cantine seront plus difficile à faire passer…toute l’école rassemblée, jouant entre eux et le laissant bien seul, à l’écart, comme le vilain petit canard…Auggie s’imaginera de petits films dans sa tête pour faire passer le temps, où il sera accueilli, tel l’élève le plus populaire,  mais fera preuve de compréhension, s’imaginant la réaction des gens si Chewbacca, le wookie de Star Wars, débarquait dans son école…En réalité, en fan de la saga Star Wars, cela lui permettra de s’évader, de vivre les choses différemment, de façon plus détournées, comme une sorte de déni.

Lorsqu’il est effacé de la photo de classe, humilié par les messages stigmatisant du méchant Julian, August réagit en le dénonçant, lui faisant ainsi payé tout ce qu’il a subi sans broncher.

Amitié

Même si il est différent, August est un petit garçon, comme toute personne, méritant d’avoir des amis. Il ne sera donc pas longtemps seul…Jack Will viendra vers lui, et ils deviendront inséparables. Malheureusement, la bande de Julian, le plus grand hypocrite de l’école, ne digère pas cette trahison de celui qui restait autrefois avec eux. Le jour d’Halloween, fête préférée de August, car tout le monde est déguisé, et donc personne ne se juge car on ne se reconnait pas, il surprend Jack Will parlant de lui à Julian, et où il tient des propos vraiment très méchant à son encontre, reconnaissant qu’il traine avec lui juste parce que le principal le lui a demandé…dévasté, il rentre chez lui, et se jure de ne plus jamais lui adresser la parole. Le lendemain, à l’école, Jack Will ne comprend pas pourquoi Auggie refuse de lui parler et l’évite. Il ne sait pas qu’il l’a surpris en train de dire du mal à son sujet…en vérité, Jack a été « influencé » par les autres, mais dans le fond il adore August et souhaite réellement être son ami. Entre temps, ce dernier s’est fait une nouvelle copine : Summer, une fille qui souhaite être amie avec une bonne personne qui sera sincère…

Happy end

Avec un titre comme le sien, le film Wonder (qui signifie Merveille et qui est l’adaptation du roman éponyme) ne pouvait que bien se terminer. Offrant une vision un poil idéaliste peut être, mais néanmoins souhaité par chacun. Le long-métrage est touchant de bout-en-bout…jusqu’à la scène finale, où chacun reconnait Auggie et l’accepte enfin pleinement, sans le juger à cause de son visage. Un film qui rappelle le bien connu Mask, et que la moquerie peut être facile à faire subir lorsqu’une personne est différente. Les jugements ne sont que des à priori desquels il faut se défaire et donner à chacun une place, égale à celle des autres (notre note : 10/10).

nb


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema