A crazy world


  • Accueil
  • > cinéma & télévision
  • > 642.SCRE4M : en 2011, soit 15 ans après le dernier opus, Wes Craven ressuscitait Ghostface, livrant son film-testament.
« | Accueil | »

642.SCRE4M : en 2011, soit 15 ans après le dernier opus, Wes Craven ressuscitait Ghostface, livrant son film-testament.

ms

Wes Craven (1939-2015) a été, tout au long de sa carrière, l’un des grand maître du film d’horreur, avec des longs-métrages comme Les griffes de la nuitLa colline a des yeux ou La dernière maison sur la gauche. Entre 1996 et 2001 il donnait un nouveau souffle à sa carrière avec la trilogie Scream dont le premier opus demeure incontestablement le meilleur et l’un de ses meilleurs films tout court. Le deuxième opus était une pale copie du premier, et le troisième s’engouffrait dans une intrigue sans queue ni tête, cousue de fil blanc. Il fallait donc laisser un peu de temps avant de remettre le couvert, le temps de trouver une bonne histoire.

C’est ce que fit Wes Craven, en réalisant d’autres films, avant de remettre le couvert en enrichissant la saga Scream d’un 4e épisode, en 2011, soit 10 ans après le dernier volet. Cette fois, le scénario tenait la route (surtout grâce au retour de Kevin Williamson, qui avait rédigé celui de Scream ). Retour du casting original, en ajoutant de nouveaux personnages, plus jeunes : Scream faisait son entrée dans le 21e siècle.

Craven parodie Scream et ses suites.

Le film s’ouvre sur de fausses bandes annonces, de Stab VI et VII (des films inspirés de Scream), où, à chaque fois, 2 filles dans leur maison (incarnées au passages par quelques actrices connues, venues se faire « tuer » pour la bonne cause) sont victimes d’un tueur masqué qui les harcèlent par téléphone avant de les poignarder violemment à l’aide de son arme de prédilection : le couteau de boucher . Ce petit jeu provoque une certaine tension sur le spectateur qui croit, à chaque fois, qu’il s’agit du véritable meurtre qui commencera l’histoire de Scream 4.

Pourtant, ces fausses bandes annonces sont imaginatives, pleines de clichés et montrant la bêtise des « héros » de films d’horreur, qui sont souvent des personnages idiots, qui se précipite sur le danger, et se font tuer avant d’avoir eu le temps de réagir ou de comprendre que l’assassin est face à eux.

La troisième attaque de Ghostface n’est toutefois pas une bande-annonce, mais fait bien partie de l’histoire…

Nouveau massacre.

Le film finit par démarrer : on y retrouve Sidney Prescott (toujours incarnée par Neve Campbell), survivante à 3 reprises de Ghostface, de retour dans la ville de Woodsboro, près de 10 ans après son départ,  dans une librairie, pour la promotion de son livre « Loin des ténèbres ». Le Shérif Riley (David Arquette), enquêtant sur les meurtres de la veille est parvenu à localiser le téléphone qui a servi pour terroriser les jeunes filles…et celui-ci est dans le coffre de la voiture de Sidney, avec pleins de photos couvertes de sang ! Ce qui fait de celle-ci la suspecte des meurtres, avant d’être innocentée…

Gale Weathers (Courteney Cox), marié à Riley depuis 10 ans, à mis sa carière de journaliste entre parenthèse. Elle souhaite pourtant reprendre du service, et reformer le duo d’enquêteur formé avec son mari lors des précédentes vagues de meurtres à Woodsboro, mais ce dernier ne veut pas de son aide, préférant celle de la shérif-adjoint Hicks.

Jill (Emma Roberts), la cousine de Sidney est victime, avec Olivia, une amie à elle, d’un appel de Ghosface ! Elles filent illico témoigner au poste de police, au se trouve Sidney. Elles souhaitent quitter la ville, mais Riley leur demande de rester, car n’importe qui peut être suspect…

Les meutres vont alors s’enchaîner, et au gré de ce terrible massacre, Sidney va découvrir une vérité aussi terrible que déconcertante.

Le jeu du chat et de la souris.

Comme à son habitude, Scream joue avec nos nerfs, confrontant Sidney, à plusieurs reprises à Ghostface, mais lui échappant sans cesse, jusqu’à la scène final, où elle doit affronter définitivement son bourreau. Comme victime, elle ne se laisse pas faire, loin des personnages qui fuient leur meurtrier en courant dans tout les sens, sans réfléchir, jusqu’à être coincée…Sidney se bat, utilise des armes, tombe mais se relève toujours.

Et comme toujours, le mobile de l’assassin a de quoi surprendre. Ici, il ne sera pas question de vengeance, mais de bien autre chose…

On retrouve aussi les mêmes personnages « typés » du premier film (bien qu’étant joué par une génération d’acteurs plus jeunes) : l’ado fan de film d’horreur, la jeune fille simple et gentille, la bombe atomique, le beau gosse un peu bête, l’intellectuel, et le brave gars (qui fait penser à Billy Loomis, le petit ami de Sidney dans le premier film).

Twist final.

Le spectateur joue un peu au détective, dans la saga Scream, amené à chaque moment du film a envisagé que chaque personnage peut constituer un suspect potentiel. La recette marche toujours autant, et on se rend compte, ici, que cela n’est pas aussi prévisible qu’il n’y paraît. On assiste réellement à un twist final (renversement de situation inattendue, façon Sixième sens) où le mal se cache là où on aurait jamais pensé regardé, tant les pistes étaient brouillées.

Remake déguisé (les règles sont d’ailleurs établies dans l’histoire), Scream 4 est donc un bon film d’horreur, et le chapitre final d’une saga, entrée dans la modernité. Bourré de références cinématographique, il se moque des suites de films et des reboot. Il renouvelle et rafraîchi (bien qu’étant plus sanglant avec des effusions d’hémoglobine) les slashers movies, en délivrant, au passage, une mise en garde sur l’usage des réseaux sociaux et de l’Internet…et tout cela reste crédible ! (notre note : 8/10)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema