A crazy world


640.Annihilation : Nathalie Portman en mode « commando » dans une sci-fi intellectuelle.

Porté par Nathalie Portman, actrice de la prélogie Star Wars, V for Vendetta et ThorAnnihilation est un film de science-fiction dont les premières images nous avaient emballés, tant le projet semblait avoir du potentiel, la promesse d’une histoire plus originale, renvoyant à la couleur tombée du ciel de Lovecraft…en plus, le long-métrage était l’adaptation d’un roman de Jeff VanderMeer. Malheureusement, en raison de projection test n’ayant pas convaincu, il ne sortira pas en salle en Europe…mais sera disponible sur la plateforme Netflix.

mp

Mystère.

Lena (Nathalie Portman), biologiste, croit que son mari, Kane (Oscar Isaac), militaire, est mort à la guerre. Ce dernier avait pour habitude de ne jamais lui dire où il devait accomplir sa tâche. Le temps passant, tout espoir de le voir rentrer s’est estomper. Jusqu’au jour où ce dernier rentre, totalement déboussolé, sans lui raconter ce qui lui est arrivé ni où il est allé. Ce dernier est le même physiquement parlant, est loin de celui qu’il était autrefois. Il tombe subitement malade et est à l’article de la mort…appelant l’ambulance, Lena voit des agents fédéraux débarqué, lui administrant un puissant somnifère et s’emparant du brancard sur lequel repose Kane.

À son réveil, elle est dans une pièce où se trouve le docteur Ventress (Jennifer Jason Leigh), une psychiatre qui est chargée d’enquêter sur un étrange phénomène ayant frappé les côtes américaines, sur un territoire désormais baptisé « Zone X », suite au crash de quelque chose venu d’ailleurs (qui pourrait dès lors bien être extra-terrestre), qui semble croître à une vitesse impressionnante,  sans que l’on ne voit se qui se passe à l’intérieur, tant ce que l’on y voit est semblable à un voile, dont mille et une couleur se dégage. On appelle, ce phénomène, le miroitement. De plus, de tout les scientifiques et militaires rentré dans la zone, aucun n’est ressorti, excepté un seul : Kane. Mais ce dernier ne se rappelle pas se qui s’est passé, et son état s’est rapidement dégradé.

Afin de savoir ce qui se passe dans la mystérieuse « Zone X », Lena va accompagner le docteur Ventress, et un groupe de scientifiques.

Désolation : un champ de ruine sous une beauté colorée.

Ancienne militaire, Lena est plus qu’une scientifique. Elle a suivi une formation et sait très bien manier une arme. Mais le groupe de femme qui l’accompagne vient dans un objectif scientifique, afin de comprendre ce qui se passe dans la « Zone X » et où sont passés tout les militaires qui en ont foulé le sol, lors des expéditions précédentes. Chacune est une écorchée vive par la vie (ancienne alcoolique, dépressive, mère ayant vu son enfant mourir,…) et n’a rien à perdre à entrer dans la zone.

À première vue, l’endroit est semblable à ce qu’il était avant, bien que l’écosystème ait subi un certains nombres de mutations. Même les animaux semblent être victime de cet étrange phénomène. Tout est étonnamment riche de couleurs.Mais sous le calme apparent des lieux se cache un danger encore plus grand, menaçant leur intégrité physique mais aussi mentale…tout semble les conduire vers le phare, où s’est écrasée l’entité extra-terrestre…

Explication sur la fin (à ne lire qu’après avoir vu le film).

Les jeunes femmes disparaissent toutes, les unes après les autres, laissant Lena seule. Le phare cache bien des secrets : Lena y découvre une caméra, dont l’objectif est disposé face à un squelette  assis en tailleur. En visionnant la vidéo, la jeune femme y voit son mari, Kane, qui s’est immolé par le feu, n’en pouvant plus, face à un être qui lui ressemble en tout point mais qui n’est pas lui. Ce qui signifie que l’homme qui est rentrée chez elle n’était pas son époux, mais un extra-terrestre ayant pris son apparence, un double.

Lena s’enfonce alors dans une sorte de puits dans le phare, creusé par la météore qui s’était abattu là, à l’origine. Elle y retrouve Ventress (ou un double de celle-ci ?) , complètement paranoïaque et délirante à propos d’une force qui les annihilera tous. La psychiatre fini d’ailleurs par changer de forme, devenant 1 forme sans structure, jusqu’à disparaître…comme détruite de l’intérieur (on la savait atteinte d’un cancer). Quand à Lena, elle voit un double d’elle-même se créer à partir d’une goutte de son propre sang. L’affrontant, elle parvient à s’enfuir et à sortir du miroitement qu’elle détruit…et part retrouver Kane, qui semble aller mieux…bien qu’il ne soit pas le vrai Kane.

Film post-apocalyptique, Annihilation est déconcertant et mystérieux. Réalisé par Alex Garland (qui reste dans la veine de la science-fiction intelligence, après le très réussi Ex machina), le film met en scène un groupe de femme qui se retrouve dans la zone x, un endroit à la végétation luxuriante, avec des arbres et des plantes ayant subi des transformations génétiques. Le miroitement réfracte la lumière et les ondes qui tente de le traverser (il est donc impossible de communiquer avec l’extérieur). Le temps semble ne pas avoir d’effet sur cet endroit, et les gens qui y passent ne se rappelle pas de tout ce qu’il leur est arrivé (au moment où elles entrent dans le miroitement, il s’écoule plusieurs jours, qu’elles ont l’impression de n’avoir pas vécu). En réalité cet endroit va les détruire toute, une à une, les poussant à la folie et à la mort. L’auto-destruction de soi, l’annihilation. Chacune des femmes sait qu’elles ont peu de chance d’en réchapper, mais toute y vont, comme si elles n’avaient rien à perdre, tant elles ont déjà subi : Lena, notamment, se sent coupable d’avoir tromper son mari et pense qu’elle est obligée d’aller dans la zone X afin de comprendre ce qui lui est arrivé, Josie qui a tenté de se suicider à plusieurs reprises, ou encore le docteur Ventress était chargé de choisir les personnes qui iraient dans le miroitement, et faire cela indéfiniment, envoyer des gens sans jamais les voir revenir, sans le moindre mot d’explication est un supplice sans fin.

Le miroitement accélère le processus d’auto-destruction de l’être humain pour en créer quelque chose de nouveau, quelque chose de différent (en témoigne les restes de cadavres que trouvent les jeunes femmes, complètement mutés). Si l’homme vieilli, c’est à cause d’une anomalie cellulaire, un dérèglement génétique. Comme si au fond de nous même, on s’auto-détruisait, lentement certes, mais volontairement. À la fin du film, quand Lena affronte son double, c’est un être qui lui demande de se tuer, de s’auto-détruire et de mettre fin à son humanité…pour être quelque chose guéri de ses douleurs intérieurs, de ses souvenirs qui ont fait d’elle la personne qu’elle a été. Cette entité extra-terrestre responsable du miroitement pose question : veut-elle prendre le contrôle de l’être humain en le remplaçant, où vise-t-elle la correction de cette anomalie, qui mène irrémédiablement à la mort ?

Par ailleurs, Lena est la seule membre de l’équipe à s’en sortir…aucune des femmes n’avaient de raison de vivre, à part elle. Voulant comprendre se qui est arrivé à son mari afin de le sauver et se faire pardonner ses infidélités, elle s’en tire, enterrant son passé fautif. Toutes les autres meurent, dans des circonstances reflétant leur « souffrance ». Radek, qui a essayé de se suicider, épouse une réplique du film qui explique qu’elle avait fait cela pour se sentir en vie, et devient une plante, un être vivant. Thorensen, ancienne droguée, devient folle et se met à délirer, ce qui la précipite dans sa chute. Thorensen disparaît sans crier gare, comme sa propre fille l’avait fait et Ventress est anéantie de l’intérieur, par son « cancer ».

Pourtant Lena tue son double, mais en réalité, c’est comme si elle se tuait elle-même ( une sorte de suicide). Cet être qu’elle détruit ne cherche pas à la tuer, il représente juste toute l’auto-destruction dont elle a fait preuve durant son existence. D’ailleurs, à la fin de l’histoire, face au double de Kane, elle ne sait quoi répondre lorsque celui-ci lui demande si elle est bien Lena. Leur yeux change tout deux de couleur dans la dernière séquence, illustrant l’impact que le miroitement à eu sur eux.

L’amour est également présent dans le film. Lena aime Kane, même si elle sait qu’elle ne pourra pas le sauver, car il est mort dans le phare. Pourtant, elle se rend compte qu’elle pourrait aimer son double, qui partage le même ADN que lui, semblable en bien des points mais lavés des impuretés qui étaient les sienne autrefois.

La raison pour laquelle le film n’est pas sorti en Europe tient à sa fin. Les producteurs ne voulaient pas de celle de Garland, pas assez vendeuse et proche de celle d’un film d’auteur…en offrant son film à Netflix, il a pu avoir son final cut. Un film ambitieux mais bien trop complexe au point d’en dérouter certains…

(notre note : 8/10).


12

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema