A crazy world


« | Accueil | »

653.Ready Player One : l’Oasis de Spielberg est pleine de surprises…

Adapter le roman de Ernest Cline, personne n’aurait pu le faire aussi bien, tant le projet semblait difficile, de par la richesse de l’univers et le scénario décalé. Mais Steven Spielberg l’a fait, et nous a offert, enfin, près de 13 ans après La Guerre des mondes, son retour à la science-fiction. Il a ainsi rendu un hommage vibrant à la pop culture et à son propre cinéma également…

rd

 

L’Oasis.

 

Ready Player One nous emmène en 2045, sur les traces de Wade Watts (Tye Sheridan), jeune lycéen qui, comme tout les citoyens du monde, s’évade de la réalité marquée par la guerre, la pauvreté, et la pollution, en mettant un casque de réalité virtuelle, afin de se connecter à l’Oasis, un monde composé de milliers d’univers où tout est possible, où l’on peut croiser des dragons, où se promener dans l’univers de Minecraft. Autrefois, c’était un jeux de rôle. Aujourd’hui, c’est un exutoire, où tout le monde se réfugie et peut être qui il veut. Ainsi, Wade a un avatar prénommé Parzival, à la chevelure argentée et qui est un véritable casse-cou.

Il va sans dire que le concepteur de l’Oasis, James Halliday (Mark Rylance) est l’homme le plus riche du monde. Mais un jour, il meurt et transmet un message aux utilisateurs de l’Oasis, par l’intermédiaire de son avatar, le magicien Anorak : il a caché, quelque part, dans son univers virtuel un œuf de pâques (un easter egg). Celui qui le retrouvera en premier héritera de l’Oasis et de sa fortune, élevée à 500 milliards de dollars. Pour y arriver, il faudra trouver 3 clés,  permettant d’ouvrir 3 portails successifs, menant à l’œuf. Suite à cette annonce, tout les utilisateurs de l’Oasis sont devenu des « chassoeufs », mais malheureusement sans succès…personne n’a trouvé la moindre clé jusqu’à présent. Pas même, la société Innovative Online Industries, concurrent direct de Halliday, dont le directeur, l’effroyable Nolan Sorrento, a déniché les plus grands spécialistes de Halliday, afin de trouver les précieuses clés.

La première épreuve consiste en une course de véhicule, aux multiples dangers, dont aucun concurrents n’est parvenu encore à atteindre la ligne d’arrivée. Il faut dire que King Kong veille à réduire tout candidat en bouillie…pourtant Wade y arrivera.

Film Review Ready Player One

 

Staying Alive

 

Wade fera connaissance avec une candidate chevronnée, Art3mis, qui le talonne dans les épreuves. Il tombera peut-à-peu amoureux d’elle, ou plutôt de son avatar, et souhaitera la rencontrer en vrai. Mais cette dernière refuse obstinément toutes ses avances. Pourtant le duo sera amené à collaborer ensemble, à plusieurs reprises, ensemble, et s’offrira une petite danse sur la musique de Stayin’ Alive, des Bee Gees.

Dans l’Oasis, Wade n’est pas seul : il a un « ami virtuel », qu’il retrouve régulièrement : Aech. Celui-ci est un bricoleur, fabriquant des machines incroyables et des armes de pointes. Il est de bon conseil pour le jeune homme, et lui conseille de ne pas s’éprendre d’Art3mis, car cela pourrait être dangereux…

 

L’Overlook

 

L’une des épreuves consiste à rentrer dans le film Shining de Stanley Kubrick,  et de revivre plusieurs moment du film culte. Spielberg se fait littéralement plaisir, rejouant la scène où Jack Torrance poursuit Danny dans le labyrinthe foulant la neige, ou celle où il entre dans la chambre 637. Il ne se prive pas non plus de la séquence des ascenseurs s’ouvrant pour déverser des litres de sang. L’épreuve finale est celle de la scène du bal, et offre une touche de romantisme…

En réalité, Spielberg a toujours admiré Kubrick, qui était d’ailleurs un de ses amis. Il a d’ailleurs repris, à titre posthume, son projet d’adapter la nouvelle « Les Supertoys durent tout l’été« … cela sous le titre bien connu de AI : Intelligence Artificielle. Certes il s’est éloigné du roman (ou Cline situait l’action dans le film Wargames).

 

Love Kira

 

Mais le film est l’occasion d’une double histoire d’amour : celle, bien entendu, entre Art3mis et Parzival, mais surtout celle qu’aurait pu vivre David Halliday. Une histoire d’amour faite d’acte manqué, de ne pas osé avouer ce que l’on ressent vraiment. Halliday aimait Kira, une jeune femme, qui finira par épouser son meilleur ami (et cofondateur de l’Oasis), Ogden Morrow (Simon Peggs).

Mais Halliday n’oubliera jamais Kira, et cet amour pour elle va l’influencer grandement dans sa conception de l’Oasis.

En choisissant Mark Rylance pour incarner Halliday, Spielberg lui offre l’un de ses meilleurs rôles (il lui en avait déjà donné un dans Le pont des espions et Le Bon Gros Géant) : un personnage vulnérable et délicat, inadapté dans le monde et qui pense comme un enfant. C’est un peu l’esprit de Spielberg que l’on retrouve dans ce seul personnage : l’innocence propre à l’enfance, face à la dure réalité des choses.

pz

 

J’irai bien refaire un tour du côté de chez Amblin et chez les autres

 

Ready Player One est l’occasion pour Spielberg de faire une myriade de clins d’oeil à la pop culture et à son propre cinéma : on peut ainsi voir apparaître, le temps d’un instant, Beetlejuice, Tomb Raider, un Gremlins, La Plymouth Fury de ChristineFreddy Krueger, le T-Rex de Jurassic Park, R2D2Emmet Brown…Toutes les citer serait bien entendu trop long tant elles sont légions ! Il y a aussi des logos de films (Star Trek,…), des armes utilisées dans des longs-métrages, des véhicules (la deLorean de Retour vers le futur). Wade  essaye la veste de Michael Jackson dans le clip Thriller, avant de porter le costume du héros de Buckaroo Banzaï.

Le Géant de fer (personnage du film éponyme) a un plus grand rôle et se retrouve dans plusieurs scènes, et surtout celle de la bataille finale. Il parodie également le T-800 de Terminator.

ir

 De façon globale, les personnages du film s’évadent en redécouvrant la culture des années 1980. Encore un moyen de s’évader d’un monde difficile à supporter, se remémorant, pleins de nostalgie, une époque où les divertissements sympathiques étaient légions.

Le matériel de base : le roman

 

Spielberg a pris quelque liberté par rapport au livre de Cline, tout en conservant l’esprit de l’oeuvre (d’ailleurs l’auteur a approuvé tout les choix du réalisateur, dont il semble être fan depuis toujours). Les épreuves ne sont pas les mêmes. On a déjà parlé de la course de véhicules avec obstacles…dans le livre, il faut jouer à Donjons et dragons. Il n’y a que 3 épreuves dans le film, contre 6 dans le livres. Les défis pour accéder aux portails ont été supprimé. C’est normal, car le film dure déjà 2h20…

Wade ne vole pas avec un X-Wing (vaisseau de Luke Skywalker) dans le film, mais avec la deLorean de Retour vers le futur.

Dans le livre, Wade et Artemis ne se rencontre pas réellement avant la fin de l’histoire…ils tombent amoureux chacun de leur avatar respectif. Dans le film, ils se rencontrent avant, en chair et en os.

 

La bataille finale

 

Sorrento est le méchant de l’histoire : il est prêt à tout pour prendre le contrôle de l’Oasis, y compris à tuer des gens. Par exemple, lorsqu’il découvre le véritable nom de Parzival, il tue tout ceux qui s’appelle « Wade Watts », à l’aide de petits drones larguant des bombes.

Il a travaillé autrefois avec Halliday, mais était toujours dans l’ombre de celui-ci, cherchant à le convaincre de faire de l’Oasis une entreprise économique, ce que ce dernier a toujours refusé. Halliday était avant tout quelqu’un qui voulait jouer, et partager ce plaisir qu’il avait lui même dans une partie…c’est aussi pour cela qu’il organise la chasse à l’œuf. 

Lors de la dernière épreuve, les héros s’affrontent sur le jeu vidéo Doom (dans le roman, c’est le jeu Tempest), près d’un château qui rappelle celui de Dark Vador, sur la planète volcanique Mufasar. Une grande bataille entre tout les chassoeufs et les sbires de Sorrento est lancée. La scène est dantesque, à l’image du Mechagodzilla, dinosaure géant en fer que pilote Sorrento.

Ready Player One est un excellent film de science-fiction, un divertissement prenant (à voir, si possible, en 4D), qui fait rêver : la majeure partie du film se passe dans l’Oasis et nous fait littéralement voyager (le visuel est très important dans le long-métrage)…dur de revenir à la réalité après cela, même si cela se révèle indispensable (notre note : 9/10).

qa

 

 

 


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema