A crazy world


  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 9 juin 2018

656.La disparition de Sidney Hall.

Sidney (Logan Lerman) aime écrire : il écrit des dissertassions en classe, des articles pour le journal de son école, et des histoires. Il tient également un journal intime. Son style, percutant, et les sujets qu’il aborde, ne plaise pas à sa professeure de français, trop puriste pour apprécier son travail…pourtant il deviendra écrivain. Ses relations avec sa famille son chaotiques : son père est déficient mental, et sa mère est trop possessive, s’immisçant dans ses affaires, ses relations, allant jusqu’à ne plus lui laisser aucune part d’intimité…une fille envoie une lettre : elle dit s’appeler Melody, adorer ce qu’il écrit, le connaître depuis toujours et lui avoue ses sentiments…mais il ne se souvient pas d’elle…même si tout cela l’intrigue et le pousse à la chercher.

pod

The Vanishing of Sidney Hall est un film puzzle, mélangeant trois moments de la vie de son héros : Premièrement, lorsqu’il était au lycée, écrivain en herbe, qui tombait amoureux de Melody (Elle Fanning), et rendait un service à Brett, un « ami ». Ensuite, lorsqu’il fut promu au rang de star écrivain, candidat sérieux pour le Prix Pulitzer, marié avec Melody, mais ne se rendant pas compte que son égo avait gonflé. Et enfin, après le succès, lorsqu’il décide de disparaître, sans laisser de trace, lassé par la vie, devenant un ivrogne, souhaitant brûler ses deux livres…pourtant toujours en tête des ventes.

Cet itinéraire d’un jeune homme est aussi tragique qu’intense : Logan Lerman semble avoir pris un tournant dans sa carrière, loin de Peter Jackson, depuis Le monde de CharlieFury et Indignation, en choisissant méticuleusement ses films, ne se vendant plus pour des succès commerciaux, mais préférant des rôles plus profonds.Dans ce long-métrage, il incarne la jeunesse qui se fait happé par un succès qu’il ne semblait pas avoir prévu….des gens désirent toute leur vie avoir la reconnaissance de leur pairs, et d’autres s’en fichent…la vive au contraire comme un poids. Le premier de ses livres est un succès démentiel, le roman du siècle, mais s’inspire d’une tragédie qu’il a vécue, lorsque son ami Brett lui a demandé d’enterrer une vieille boîte en métal lorsqu’ils étaient petits, avant de lui demander de l’aider à la déterrer bien des années plus tard…

xw

Sa relation avec Melody commencera comme un rêve : cette fille prude et distante, avec ce garçon calme et réservé fonctionnera dès le début. Mais une histoire à ses hauts et ses bas, et on ne finit par retenir que ce qu’il l’a gâchée…Elle demandait un peu d’attention, et lui se voyait être le nombril du monde. Pourtant, il l’aimait, et elle aussi…

Savoir que ce qu’on écrit imprègne les gens, est un étrange sentiment : un jeune homme se suicidera après avoir lu le livre de Sidney. Ce dernier ne pourra pas s’empêcher d’avoir une part de responsabilité…le film évoque le fait que nous sommes façonnés par la succession d’événements jalonnant notre vie, qui lui donne son ton, et qui nous affecte totalement. Hallucinant, Sidney fait la terrible expérience d’être hanté par ses démons : les gens qu’il n’a pas pu aider, où qu’il a fait souffrir. En vérité, le film raconte l’histoire de l’humanité : celle des hommes qui se font happés par le tourbillon de la vie, et qui finissent par disparaître, irrémédiablement. Son choix, de disparaître, est un choix radical : celui de dire non à la vie, de ne plus lutter, de se faire oublier. Un choix qui s’explique par ce qui lui est arrivé…Un film complexe mais interpellant (notre note : 8,3/10).

asq


655.Mortal Engines : un film de science-fiction très attendu…

La bande-annonce de Mortal Engines, adaptation dantesque du premier tome de la saga littéraire Tom et Hester de l’auteur anglais Philip Reeve, a enfin été dévoilée. L’histoire est celle d’un monde ravagé après un holocauste nucléaire, qui a vu l’émergence de villes mécaniques, montées sur roues, se déplaçant, telle des milles-pattes, prêtes à pourchasser tout contrevenant : des cités prédatrices. Une jeune fille, Hester Shaw, n’a qu’un seul but : venger le meurtre de sa mère , assassinée car elle avait découvert un terrible secret (dont le coupable semble être le personnage joué par Hugo Weaving). Elle sera rejoint par Tom, dans un Londres qui n’a plus grand chose à voir avec la ville actuelle…les effets-spéciaux ont l’air spectaculaire et le film impressionnant.

Image de prévisualisation YouTube

Mortal Engines appartient à un sous-genre dans la science-fiction : le Steampunk, une réécriture de l’histoire, dans un futur qui rappellerait le climat de la révolution industrielle, dans l’urbanisme, la civilisation et surtout par l’usage des machines à vapeur. L’exemple le plus parlant est le film Le château ambulant, de Hayao Miyazaki.

Le film est réalisé par Christian Rivers, dont c’est la première réalisation. Il a été épaulé par Peter Jackson, en tant que producteur du film et qui s’est occupé du scénario. L’homme derrière Le Seigneur des anneaux et King Kong, signe son grand retour après Le Hobbit.

La sortie est fixée au 12 décembre prochain. Si le succès est au rendez-vous, les trois tomes suivant pourraient également être adaptés…espérons que le tout sera réussi et ne rejoindra pas les ratés de Eragon, Divergente, ou encore Stormbreaker


Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema