A crazy world



682.À la recherche de la Panthère rose.

La panthère Rose, célèbre diamant, a été à nouveau dérobée. L’inspecteur Clouseau, qui l’a retrouvé deux fois par le passé, est à nouveau en train d’enquêter. Mais alors qu’il est sur une piste, l’homme disparaît, à bord d’un avion. S’est-il crashé ? Clauseau est-il toujours en vie ? La journaliste d’investigation Marie Jouvet décide de partir à sa recherche et de lever le voile sur cette mystérieuse affaire…

pe

Clap de fin

Sixième et dernier film mettant en scène Peter Sellers dans la peau de l’inspecteur Clauseau, À la recherche de la Panthère rose marque la fin de la saga épique de Blake Edwards. Sorti en 1982, soit deux ans après la mort de son interprète, le film est très différent de ses prédécesseurs, car constitué essentiellements de scènes des épisodes antérieurs (et de quelques moments inédits coupés au montage). C’est une sorte d’hommage à Peter Sellers, un « best-of » de la série. On suit l’enquête de Marie Jouvet (Joanna Lumley), interviewant tout ceux qui ont croisés la route de Clauseau, de l’inspecteur Dreyfus (Herbert Lom) devenu complètement fou et suivant des thérapies pour l’oublier, à son père (qui racontera l’enfance de son fils), ou encore Sir Charles Litton (David Niven), que Clauseau avait accusé d’être le Fantôme, premier voleur de la Panthère rose. On y retrouve aussi Cato Fong (Burt Kwout), qui était chargé d’entraîner Clauseau au combat, et qui devait l’attaquer tout les jours, en se cachant chez lui. Sans être le meilleur épisode de la franchise, À la recherche de la Panthère rose est un film souvent décrié, car inégal (le scénario est minimaliste), mais permet de redécouvrir tout le génie burlesque de Peter Sellers (notre note : 6,5/10).

En 1983, avec L’héritier de la Panthère Rose, Blake Edwards fêtait les 20 ans de la saga, avec tout le casting original (excepté Peter Sellers). On peut noter un caméo de Roger Moore, en Clauseau.

Clauseau, l’immortel

Créé par Blake Edwards, l’inspecteur Clouseau est tout d’abord un personnage secondaire, dans le film La Panthère rose (1963). Mais le personnage marque et plait au public : il sera la vedette des films suivant. Et pour cause : c’est un détective qui ne provoque que des catastrophes là où il va. Il est idiot, égocentrique, et parle énormément.

Chacun des films où il s’illustra furent marqué par un comique de situation très marqué, mélangeant le vaudeville, l’absurde, les gags à répétition et le dessin-animé (chacun d’entre eux s’ouvre d’ailleurs par une séquence animée mettant en scène une panthère rose). De façon générale, c’est tout le cinéma de Edwards (plus d’une trentaine de films) qui fut marqué par cette empreinte.

Peter Sellers

Comédien génial, Peter Sellers (1925-1980) a marqué son époque et le cinéma anglais. Personnage complexe, tourmenté, survolté et pleins de doute. Fils de comédiens, Richard (de son vrai nom) s’enrôle dans l’armée britannique pendant la seconde guerre mondiale. À la fin de celle-ci, il fait divers métiers (musicien de jazz, danseur,…) avant de rejoindre la radio, pour le Goon Show, où il fera rire les gens (particulièrement doué pour les accents, il pouvait créer des situations très drôles), pendant presque 10 ans. 

Élargissant ensuite ses horizons, Sellers se met à jouer dans des films (Ladykillers, en 1955).Il choisi le nom de scène Peter, en mémoire à son frère, décédé un an avant sa naissance. Au début des années 60, il tourne deux fois avec Stanley Kubrick, pour Lolita et Docteur Folamour. Sa carrière décolle alors. Suivra une longue collaboration avec Blake Edwards, dès 1963, avec La Panthère rose. Il jouera aussi dans La party et Bienvenue, Mister Chance

Malade, Peter Sellers a le coeur fragile. Il brûle la vie dans les excès, entre drogues et alcool. En 1980, il fera une crise cardiaque qui s’avérera fatale. Il fut marié 4 fois.


Laisser un commentaire

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema