A crazy world



690.Ils ont tournés avec Tim Burton : rétrospective.

Un peu comme Spielberg avec Tom Hanks (4 collaborations), Harrison Ford (4 collaborations) ou Richard Dreyfuss (3 collaborations), Tim Burton préfère tourner ses films avec les même acteurs. Des interprètes qui reviennent dans son oeuvre, de façon récurrentes, se glissant dans la peau de différents personnages. Petite rétrospectives de ceux qui ont tournés plusieurs fois avec lui…

po

Johnny Deep (8 collaborations)

En 1990, Burton voulait filmer Edward aux mains d’argent, et avait besoin d’un interprète. Johnny Depp n’était que le garçon de 21, Jump Street et avait marqué dans Platoon. Il est temps pour lui de sortir des films d’ado et de devenir un adulte. Lisant le scénario, Depp est bouleversé : il veut jouer Edward ! Burton, contre les producteurs voulant lui imposer Tom Cruise, décide de rencontrer le jeune homme, car il ne le connait pas, ne l’a jamais vu dans quoi que ce soit…et dans ce café de Los Angeles, Burton a une révélation ! Johnny Depp, avec son air fragile et son regard curieux sera son Edward !  C’est évident : on le prend pour quelque chose qu’il n’est pas ! En 1995, ils se retrouvent pour Ed Wood, l’histoire d’un autre Edward, qualifié par ses pairs comme le pire réalisateur de tout les temps, avant de boucler le millénaire, en 1999, avec Sleepy Hollow. Si le premier est un flop, le second est une franche réussite. Cependant, il faudra patienter jusqu’en 2005 pour que le duo se reforme, avec Charlie et la chocolatrie, ou Depp devient le fantasque Willie Wonka et Les noces funèbres ou il joue Victor, épousant accidentellement une morte. En 2007, Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street emmenait le duo vers une autre direction : le film d’horreur. Puis, en 2010, Depp campait le jouissif Chapelier fou dans la joyeux bestiaire de Alice au pays des merveilles. Leur dernière collaboration remonte à 2012, avec Dark Shadows, adaptation de la série éponyme, et vibrant hommage aux films de la Hammer. Leur relation est basée sur la confiance, et la même passion entre un réalisateur et son acteur.

charlie

edward-aux-mains-d-argent10-g

Helena Boham Carter (7 collaborations)

Rencontrée sur le tournage de La planète des Singes, où Burton lui confie le rôle de Ari, femme primate fascinée par les êtres humains, Helena Boham Carter devient la nouvelle femme du réalisateur, évinçant Lisa Marie, sa première compagne. Ils tourneront ensemble dans Big Fish (où elle joue la sorcière), Charlie et la chocolatrie (dans le rôle, plus discret, de la mère de Charlie), Les noces funèbres (elle incarne la morte Emily) puis Sweeney Todd (elle y campe Mrs Lovett). Les personnages qu’il lui donnent sont tout-à-tour excentrique, nostalgique, folle, amoureuse…mais elles ne sont jamais totalement mauvaise. Même en impitoyable reine de coeur de Alice au pays des merveilles, on comprend que son personnage n’est pas aussi mauvais que ça. Leur dernière collaboration est Dark Shadows, où elle campe le Docteur Hoffman, fascinée par les vampires. Sur le plan privé, le couple aura 2 enfants ensemble, et vivront ensemble jusqu’en 2014, dans deux maisons jumelles, chacune inspirée par leur personnalité, reliée par une chambre partagée…

sqm

Christopher Lee (5 collaborations)

Star de la Hammer et du fantastique, indissociablement attaché au rôle de Dracula (qu’il a incarné 11 fois !), tour-à-tour ennemi de James Bond, seigneur noir des Sith ou Sherlock Holmes, Christopher Lee (1922-2015), a vu sa carrière s’essouffler dans les années 80-90, avant de revenir dans les années 2000, dans Le Seigneur des AnneauxStar Wars et Le Hobbit. En 1999, Burton lui donne un petit rôle dans Sleepy Hollow, avant de lui confier celui du père de Willy Wonka dans Charlie et la chocolatrie. L’homme était imposant (1m96 !), et dégageait une certain charisme, pouvant se glisser dans n’importe quel rôle…Burton lui confiera celui du Jabberwocky, dragon monstreux à qui il prête sa voix, dans Alice au pays des merveilles et du paster Galswell dans Les noces funèbres. En 2012, dans Dark Shadows, Lee incarne le vieux marin Silas Clarney. L’homme aura travaillé jusqu’à sa mort, en 2015, restant toujours actif, remettant la retraite à plus tard.

Michael Gough (5 collaborations)

Autre star de la Hammer, mais dans des seconds rôles cette fois, Michael Gough (1916-2011) a disparu des écrans jusqu’en 1989, où Tim Burton lui offre le rôle de Alfred, le majordome de Batman. Il reprendra ce rôle dans la suite de Burton (Batman-le défi), ainsi que dans celles de Schumacher. Il sera aussi de Sleepy Hollow, et prêtera sa voix dans Les noces funèbres et Alice au pays des merveilles.

 

Michael Keaton (4 collaborations)

ka

Burton avait choisi, dès le début de Batman, Michael Keaton pour jouer l’homme chauve-souris.  Il a du batailler ferme avec les producteurs, qui lui aurait préféré un acteur plus expérimenté, lui collant l’étiquette d’acteur comique…il faut dire que pour Burton, Keaton fut le génial bio-exorciste Beetlejuice. Ce film l’a lancé mais a surtout eu pour impact de le cantonner à un registre. Mais qu’importe, il sera Batman ! Si il reprend son rôle dans la suite, Keaton refuse de le jouer une troisième fois, comme Burton se retire du projet. Keaton a eu du mal à sortir du rôle de Batman, et les opportunités se sont réduites pour lui par la suite…on peut retenir Jackie BrownJack Frost et My Life. Puis, en 2014, c’est la renaissance : dans Birdman, il campe un personnage qui rappelle étrangement sa carrière. Une étiquette de super-héros collé à la peau, quelques rôles intéressant, mais une carrière déclinante. Et depuis, il choisi ses films, jouant dans SpotlightLe fondateurRobocop ou encore Spider-man : Homecoming (dans la peau d’un méchant, cette fois-ci). En 2019, il retrouvera Tim Burton, 28 ans après leur dernière collaboration, pour Dumbo. Il sera le méchant du film…

Lisa Marie (4 collaborations)

Lisa Marie, mannequin, est à l’image de Burton : envoûtante et fascinante, il émane d’elle une sorte de bizarrerie qui en fait un être à part. Elle sera la première muse du cinéaste (ils se sont rencontrés dans un Starbucks, pendant le nouvel an !), marié avec lui, de 1993 à 2001. Elle se verra confier des rôles singuliers et étranges : Vampira dans Ed Wood, la femme martienne dans Mars Attacks !, la mère d’Ichabod dans Sleepy Hollow, et Nova, dans La planète des singes…où elle est éclipsée par Helena Boham Carter. Séparée de Burton, elle lui intentera un procès pour lui réclamer une pension alimentaire…

 

Danny DeVito (4 collaborations)

 

La petite taille de Danny DeVito (1 mètre 47) n’a jamais été un handicap pour sa carrière. Jouant le rôle de Louis De Palma dans la série Taxi, au côté de Tony Danza, de 1978 à 1983, il se retrouve dans de nombreuses comédies des années 80, telles que À la poursuite du diamant vertJumeauxMafia SaladBalance maman hors du train et Y a-t-il quelqu’un pour tuer ma femme ? . Il fait aussi une apparition dans Vol au dessus d’un nid de coucou.

En 1991, Tim Burton lui offre le personnage du Pingouin, méchant de Batman-le défi, alors qu’il envisageait à l’origine de le donner à Marlon Brando. Jack Nicholson le convaincs d’accepter le rôle, alors que DeVito hésitait. En jouant cet être d’aspect repoussant, partagé en la quête de ses origines de ses origines, afin d’être une personne et le mal qui émane de lui à cause de tout ce qu’il a vécu, DeVito montrait qu’il pouvait être plus qu’un personnage comique. Il réalisera HoffaMathilda et Un duplex pour trois. Aimant l’humour, on le retrouvera à l’affiche de JuniorVoisins contre voisins et Mon vrai père et moi. Avec Burton, ils se retrouvent pour Mars Attacks !  en 1996 (DeVito campe un joueur à Las Vegas) et pour Big Fish, en 2003, où il joue le directeur du cirque…un rôle plus ou moins similaire à celui qu’il lui donnera 16 ans plus tard, dans Dumbo.

Martin Landau (3 collaborations)

Star de la télé avec Mission Impossible (Rollin Hand, roi du déguisement) et Cosmos 1999, Martin Landau (1928-2017) a pourtant débuté avec un épisode de La Quatrième dimension, en 1959. Au cinéma, il tourne énormément de films, souvent abonnés aux seconds rôles, comme dans CléopâtreLa Mort aux trousses ou Tucker. Son visage est familier, mais il reste un grand inconnu…la reconnaissance ne vient pas. On ne sait pas quoi lui donner, car il n’est pas associé à quelque chose de précis. Il donne également des cours à l’Actor’s Studio. Parmi ses élèves se trouve Jack Nicholson !

En 1993, Tim Burton lui donne le rôle de Bela Lugosi, dans Ed Wood. Pour lui, il était le seul acteur capable de l’incarner (son unique choix !), car il pouvait être gentil, fou et triste à la fois…on ne savait pas quoi s’attendre avec lui. Il avait l’expérience du métier, et avait côtoyer les plus grands, comme les plus mauvais. En incarnant ce vieil acteur perdu dans le rôle de Dracula, qui accepte de tourner pour le pire réalisateur de tout les temps, en restant digne, fier et bon dans les pires films, Landau donnait un deuxième souffle à sa carrière. Le maquillage lui donne réellement l’apparence de l’acteur. Pour l’accent hongrois, Landau a du travailler énormément pour être crédible (Lugosi ne saura jamais prononcer les R et W).Il recevra alors la consécration suprême : un oscar pour le rôle. Ces dernières années, on avait pu le voir dans la série FBI : portés disparus, dans le rôle du père du héros ou en ancien chasseur de nazi dans Remember. Avec Burton, il prêtera ses traits pour un petit rôle dans Sleepy Hollow et sa voix dans Frankenweenie.

Jeffrey Jones (3 collaborations)

Né en 1947, Jeffrey Jones a collaboré 3 fois avec Tim Burton : Dans Beetlejuice, tout d’abord, où il joue le  joyeux mari de la délirante Delia, Charles, qui doit supporter les frasques de sa femme. Puis dans Ed Wood, sous les traits de l’acteur Criswell, qui aurait prédit la mort du président Kennedy. Enfin, dans Sleepy Hollow, en campant le révérend Steenwick. Pour le reste de sa carrière, Jones a aussi joué dans AmadeusHoward et Valmont. En 2003, il a plaidé coupable dans une affaire de pédophilie, où il détenait des photos pornographiques d’un jeune de 14 ans…il n’a pratiquement plus rien joué depuis.

 

Eva Green (3 collaborations)

Fille de Marlène Jobert, ancienne James Bond Girl de Casino Royale, Eva Green est devenue, en 2012, la nouvelle muse de Tim Burton, en incarnant Angélique Bouchard, dans Dark Shadows. Dans le rôle de cette sorcière hystérique, amoureuse folle de Barnabas Collins, et jalouse de ne pas être sa dulcinée, l’actrice se révèle sensationnelle. Burton la trouve sensationnelle, d’une beauté folle, capable de jouer une palette d’émotion en une seule scène. Elle retrouve le cinéaste en 2016, à l’occasion de Miss Pérégrine et les enfants particuliers, en gouvernante d’enfants aux dons exceptionnelles…la Scary Poppins du film. En 2019, dans Dumbo, elle sera Colette Marchand, une trapéziste…

Winona Ryder (3 collaborations)

Âgée d’à peine 17 ans lors du tournage de Beetlejuice, Winona Rider est Lydia, fille de Delia, une adolescente gothique qui voit les fantômes. Voyant le monde comme une chambre noire, la jeune fille ne se sent bien qu’en présence des morts. En 1990, Burton lui confie le rôle de Kim, l’amour d’Edwards aux mains d’argent. À cette époque, à la vie, elle est aussi la compagne de Johnny Deep, jusque 1993. Elle a ensuite enchaîné les rôles avec Les quatres filles du docteur MarchLe temps de l’innocenceLa chasse aux sorcièresAlien-la résurrectionBlack Swann et la série Stranger Things.En 2012, elle retrouve Tim Burton à l’occasion de Frankenweenie.

Jack Nicholson (2 collaborations)

On ne présente plus Jack Nicholson. Star infernale, homme à femmes (il aurait eu près de 2000 conquêtes…), acteur aux 3 oscars (Vol au-dessus d’un nid de coucouTendres passions et Pour le pire et pour le meilleur), l’homme a tout joué (Les sorcières d’EastwichChinatownThe PledgeDes hommes d’honneurs,…). Surtout les fous (ShiningEasy Driver, Les infiltrés…), via son visage mobile, qui en fait un méchant de prestige. Burton l’avait bien compris en lui offrant le personnage du Joker, dans Batman. 7 ans plus tard, dans Mars Attacks !, il retrouve l’homme en président des États-Unis, tentant de trouver un compromis avec les martiens. Depuis 2010, et Comment savoir, Nicholson semble plongé dans une semi-retraite paisible. Avant un dernier retour ?

sq


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema