A crazy world



699.Mr Mercedes : Le King est toujours au top.

mmm

Stephen King n’est pas qu’un auteur abonné au fantastique et aux romans d’horreur. Il peut aussi raconter des histoires plus psychologique (la petite fille qui aimait Tom Gordon), des thrillers oppressants (Misery) et même tenter l’exercice d’écrire un polar. Pour le dernier exemple, il a sorti, en 2014, un roman intitulé Mr Mercedes.

Le pitch est plutôt classique, mais tient la longueur : Bill Hodges, ancien policier à la retraite depuis peu s’ennuie. Il passe ses journées à manger et à regarder la télévision. Il repense aux affaires qu’il a résolue, ainsi qu’à celles dont il n’a pas réussi à venir à bout. L’une d’entre elle concernait le tueur à la Mercedes, où un déséquilibré avait foncé, à bord d’une Mercedes, dans une foule, lors d’une foire à l’emploi, faisant 8 morts et un certains nombre de blessé. Il s’était ensuite enfuit, sans que personne ne puisse jamais l’identifier. Le coup parfait, le coup unique. Sauf que la Mercedes appartenait à une femme, Olivia Trelawney, qui ne comprenait pas comment sa voiture avait pu être subtilisée, et niait toute implication dans cette histoire…peu de temps après, la dame se suicidait. Hodges reçoit une lettre du tueur à la Mercedes, le mettant au défi de le retrouver, lui proposant de « converser » avec lui sur Internet. Le policier décide alors de sortir de sa retraite, en secret, et de mener l’enquête. D’autant que la sœur d’Olivia, Janey, prend contact avec lui…

Stephen King, 70 ans bien sonné, demeure l’un des plus incroyables écrivains de sa génération. Avec Mr Mercedes, il coupe court à toute spéculation dès le début : le lecteur connaît l’assassin, c’est Brady Hartsfield, un jeune homme soigné qui vit encore chez sa mère, entretenant avec elle une relation quasi-incestueuse. Un type banal, que personne ne remarque, qui jongle avec deux boulots : glacier (ce qui lui permet de passer dans le quartier et d’observer les faits et gestes de Hodges) et réparateur dans une boutique informatique. C’est donc une histoire à la Columbo que nous propose l’auteur, en nous proposant de savoir comment son héros va tenter de débusquer le criminel. Et on se prend au jeu, tant la tension monte crescendo, à mesure que l’étau se resserre…Un très bon King (notre note : 8,3/10).

à voir aussi :

Mr Mercedes, série télévisée tirée du livre.

Carnets noirs et Fin de ronde, suites de Mr Mercedes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema