A crazy world



713.Jurassic World : Fallen Kingdom.

25 ans après leur première aventure sur grand écrans, les dinosaures de Jurassic Parc (désormais Jurassic World), font leur grand retour sur le grand écran, pour un cinquième film spectaculaire, mis en scène par Juan Antonio Bayona (Quelques minutes après minuit).

puy

L’île sur laquelle se sont déroulés les terribles événements de Jurassic World est sur le point d’être rasée, par une éruption volcanique. Afin de sauver les espèces d’une extinction, une expédition financée par Benjamin Lockwood, ancien ami et collège de John Hammond, est lancée. Claire Dearing (Brice Dallas Howard) est de la partie, ainsi qu’Owen (Chris Pratt), qui vient apporter sa contribution pour capturer Blue, son vélociraptor. Alors que le groupe parvient à rassembler les espèces, ils sont abandonnés sur l’île, et découvre que tout la mission de sauvetage n’est qu’un leurre. Les dinosaures seront vendus aux enchères à de riches industriels, ou collectionneurs. Et qu’un nouvel hybride a vu le jour : l’Indoraptor, croisement entre l’Indominus Rex et le vélociraptor. Et c’est un prédateur effroyable…mais grâce à Blue, qui jouera « le rôle de mère », ils espèrent pouvoir le contrôler.

Sans en dévoiler davantage sur l’intrigue, Jurassic World : Fallen Kingdom est une belle surprise, même si la mécanique des Jurassic Park semble un peu tourner en rond (des dinosaures que les humains contrôlent, et puis tout part en vrille, et la nature reprend ses droits). Le film présente tout de même quelques nouveautés : Dans sa première partie, il est question de sauver des espèces en voies d’extinction, ce qui est un thème fort d’actualité. Les personnages vont jusqu’à risquer leur vie pour ces derniers géants, inconscient de ce qui se passe. La problématique avait été quelque peu abordée dans Le Monde perdu, mais jamais à ce point…ici, on recrée le cataclysme à l’origine de la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années. Le sauvetage est express à bord d’une sorte « d’arche de Noé », bien que tous n’embarqueront pas (la scène avec le brontosaure oublié, déchirante). Les retrouvailles entre Blue et Owen ont lieu également : est-ce que l’animal va à nouveau lui obéir, alors qu’il est livré à lui-même dans la nature depuis près de 3 ans ? Rien n’est moins sur…

Dans la seconde moitié du film, on revient à une « histoire plus classique », où il est question de faire des dinosaures une marchandise, via une marchandise, dans le manoir de Lockwood, qui sera le théâtre d’un carnage…dont l’homme sera responsable. Owen et Claire, parvenu à s’échapper de l’île, iront de Charybde en Scylla, puisqu’ils seront prisonnier dans une cage  !  Derrière tout cela, se trouve deux hommes : le généticien Henry Wu  (B.D.Wong) et Eli Mills (Rafe Spall), qui a abusé de la confiance du vieil homme malade qu’est Lockwood. L’Indoraptor est dévoilé lors de la vente, et promet d’être la plus belle arme de guerre jamais conçue…les enchères grimpent, alors qu’il n’y aucune certitude que le dinosaure obéira à l’humain (même le docteur Wu s’oppose à sa vente…). La catastrophe n’est pas loin…Le film questionne à nouveau sur les dangers du clonage et de la génétique, sujets fort à la mode ces dernières années.

Les scènes sont spectaculaires, certaines presque antioxygènes (quand Claire et Owen tente de sauver Blue en prélevant le sang d’un T-Rex qui est à peine endormi, quand la gyrosphère et ses occupants se retrouvent dans l’eau et doivent sortir très vite avant d’être noyés…). Certains moments sont très effrayants (l’Indoraptor dans la chambre par exemple). On ne s’ennuie jamais sur ces deux heures, les références aux autres films de la saga sont nombreuses, l’humour également, mais on est surpris par la bêtise humaine, et son avidité face à l’appât du gain. À la fin du film, le dilemme du sauvetage des dinosaures se pose encore : faut-il les laisser mourir ou les laisser vivre (mais dans le monde des humains cette fois) ? Si la deuxième option est retenue, une nouvelle façon de vivre démarre alors, et il s’agit réellement d’une renaissance d’une nouvelle ère jurassique…même si le docteur Ian Malcolm (Jeff Goldblum, qui fait ici son grand retour dans la franchise, le temps de deux petites scènes au début et à la fin du film) ne voulait pas sauver les dinosaures, recréés artificiellement par l’homme, force est pour lui de constater, que son monde devient…Jurassic World ! Un troisième film semble désormais inévitable… (notre note : 7,8/10)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema