A crazy world


« | Accueil | »

728.Les Cinq légendes : un film magique…

Les personnages légendaires existent ! Le Père Noël, la fée des dents (équivalent de la petite souris aux USA), Le lapin de Pâques et le marchand de sable veillent à protéger les enfants en leur offrant rêves et bonheur. Ils constituent ce que l’on appelle les gardiens, choisi par l’homme de la Lune lui-même (l’équivalent de Dieu). Mais une menace rôde dans le dos : Pitch (Jude Law), le croque-mitaine, souhaite que les enfants croient en lui, et va transformer tout leur rêves, toute sensation de bonheur ou de joie en effroyables cauchemars. Un cinquième gardien est alors désigné : il s’agit de Jack Frost. Mais celui-ci n’est pas prêt à intégrer l’équipe…

ml

Peter Ramsay (dont l’on verra bientôt sa version du Spider-man -Miles Morales- dans un film prévu en décembre prochain), signe ici un dessin-animé (datant de 2012) d’une grande beauté visuelle -les personnages sont très réalistes- (produit par Guillermo del Toro), et empreins de fantaisie : il convoque les croyances de notre enfance (les modernisant quelques peu) et nous ramène des années en arrière. Le Père Noël (Alec Baldwin), vieil homme ventru qui distribue des cadeaux à tous les enfants une fois par an, grâce à son traîneau volant  (et dont des Yétis, et non des nains, travaillent pour lui !), tatoué « gentil » et « méchant » sur ces bras ; la fée des dents, qui récolte les petites pièces d’ivoires que les enfants cachent sous leur oreiller, en échange d’une petite pièce ; le marchand de sable (personnage le plus réussi visuellement), ne parlant que par rébus, et insérant de jolis rêves pleins de douceurs dans la tête des enfants ; et le lapin de Pâques (Hugh Jackman), cachant des œufs en chocolats un peu partout, afin de permettre à chaque bambins d’en trouver. Tout le monde a un jour cru à ces personnages : le passage à l’âge adulte a marqué une transition, où l’on a compris qu’il fallait passer à autre chose. Pourtant, nous continuons à transmettre ces légendes à nos enfants…

qz

Le cas de Jack Frost (Chris Pine) est plus complexe : personne ne croit vraiment en lui. Il est en quête d’identité Avec sa chevelure argentée, ce grand adolescent aux pieds nus a pourtant un don extraordinaire : il peut geler tout sur son passage, faire tomber de la neige -donnant un aspect d’une grande beauté au paysage-, et apporter du bonheur aux enfants. Mais il ne se sert de son don que pour provoquer des accidents, exaspérant les autres gardiens (surtout le lapin de Pâques, avec qui il se livre à quelques joutes verbales). Lorsqu’il est choisi pour être le 5e gardien, la nouvelle ne l’enchante guère…Jack pense ne pas avoir sa place, d’autant qu’il ne se rappelle pas qui il était avant d’être Frost. Ses anciens souvenirs d’humains sont très vague, et d’étranges visions l’assaillissent. Il en vient même à ce demander pourquoi il existe, quelle est sa place dans cette histoire. La fée des dents pourraient cependant à l’aider à retrouver la mémoire, conservant les souvenirs de chaque enfants, à travers leurs dents…mais Pitch détruit son royaume, kidnappant toutes ses petites ouvrières et volant toute l’histoire de tous les enfants. Jack décide alors de venir en aide aux autres légendes, dépassées…

Inspiré de l’oeuvre de William Joyce, et du court-métrage « L’homme de la Lune » de Peter Ramsay, Les Cinq légendes propose une histoire originale, destiné à un plus jeune publics (sans les prendre pour des imbéciles), réunissant les « stars » de notre enfance, et nous emmène dans un tourbillon de couleurs (les brumes noires du méchant de l’histoire s’entrechoquent avec les rayons de sables dorés et les glaces argentées) et de poésie. Un soin important à été réalisé pour concevoir les multiples univers dans lesquels évoluent les personnages (le pôle nord, la tanière du lapin de Pâques, …) Le message est très simple : les mythes n’existent que parce que l’on y croit, les personnes et ce qui a de l’importance également. Si les enfants ne croient plus en ces légendes, elles sont vouées à disparaître. Au fond, Pitch, le croque-mitaine, peut être vu comme une métaphore de l’âge adulte, qui vient étouffer toute la magie de l’enfance.Il faut continuer à rêver et à imaginer…Un très beau dessin-animé qui prend au sérieux les contes et légendes, là où le Shrek, des mêmes studios, s’en moquait gentiment (notre note : 8/10).

kk


  1. Crémer Jeny écrit:

    Oh j’adore trop ce film !! je l’ai encore regardé il y a une semaine :)

    Citer | Posté 15 janvier 2019, 14 h 19 min

    Répondre

  2. ahistoryofart écrit:

    C’est en effet un film magnifique :)

    Citer | Posté 16 janvier 2019, 17 h 40 min

    Répondre

  3. ahistoryofart écrit:

    C’est en effet un film magnifique :)

    Citer | Posté 16 janvier 2019, 17 h 40 min

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema