A crazy world


« | Accueil | »

732.Petit hommage à Stan Lee et Katherine McGregor.

Ils nous ont quittés tout deux en novembre dernier : lui, le 12, et elle le lendemain. Stan Lee (né Stanley Lieber) provenait d’un milieu très modeste, et a du se travailler très jeune, afin de venir en aide à sa famille. En 1940, à 17 ans, il décroche un boulot d’assistant chez Timely Comics (dirigé par son cousin), un éditeur de bande-dessinées. Là-bas, il croise la route de deux dessinateurs : Jack Kirby et Joe Simon. Très vite, il abandonne les tâches ingrates (comme servir les sandwichs,…) pour devenir scénariste. En 1942,  alors que Kirby et Simon claque la porte à cause d’un désaccord au sujet de leur salaire, Stan Lee est promeut rédacteur en chef !

po

 

Par la suite, Timely Comics, tout comme les autres comics, voit ses ventes chuter : on l’accuse d’encourager la délinquance chez les jeunes. La crise les guette, mais Stan Lee reste à son poste. Timely Comics fait appel à son distributeur Atlas, et appose son logo sur leurs magazines, afin de booster les ventes. Un nouvel éditeur succède alors à Timely Comics :  Marvel Comics.  Faisant appel à Jack Kirby, Stan Lee crée avec lui les Quatre fantastiques, quatuor de super-héros aux histoires plus adultes, et qui connaîtront un succès immédiat. Ensemble, ils concevront aussi les personnages de Hulk (qui était gris à l’origine !), ThorLa panthère noire, des X-men et des Avengers (à l’exception de Captain America, créé en 1940 par Jack Kirby et Joe Simons). 

Après, Stan Lee s’allie avec d’autres dessinateurs, tel que Steve Ditko, pour créer les personnages de Spider-manDardevilDocteur Strange et Iron man. Les héros de Lee (plus de 200 !) sont des personnages plus réalistes, avec leurs lots de faiblesses et de doutes. Ils avaient plus de profondeurs.  Cela tranchait avec l’autre firme de magazine de super-héros de l’époque, et principal concurrent de Marvel, DC Comics (qui mettait en scène des héros tel que Superman, sans faille et dont les contours étaient très lisses).Même les antagonistes, c’est-à-dire les ennemis des héros étaient plus complexes, animé par autre chose que l’appât du gain ou la folie (à la différence du Joker, opposant du Batman, Magnéto à connu la Shoah). Les thèmes abordés sont également plus en raccord avec la réalité de la vie : X-men traite de la question du racisme et de la normalité, Spider-man celle de la vie d’un étudiant et de ses déboires amoureux, Iron-man de l’alcoolisme de son héros et du stress post-traumatique dont il souffre, les Quatre fantastiques de la peur du nucléaire, Hulk de la part sombre qu’il y a en chacun de nous et de la dualité entre le bien et le mal, nous forçant à trouver un équilibre …

En 1972, Lee cesse d’être rédacteur en chef de Marvel, mais continue d’entretenir des liens très étroits avec celle-ci, écrivant parfois l’un ou l’autre scénarios. Il se met à faire connaître Marvel autour de lui, promouvant l’univers qu’il a contribué à créé. Ses principales séries sont confiées à des équipes de dessinateurs/scénaristes dont il a assuré la formation. Lee supervise les premières adaptations de ses franchises à la télévisions, avec notamment L’Incroyable Hulk, qui connaîtra 5 saisons et 82 épisodes.

Ses activités se raréfient ensuite, son contrat avec Marvel est renégocié, mais pas de façon favorable pour lui. Il continue néanmoins à créer des comics. Dans les années 2000, Stan Lee se met à apparaître dans chacun des films Marvel adaptant son oeuvre. Sa première apparition, dans X-men, en 2000 (celle du film Blade, en 1998, a été coupée au montage), en vendeur de hot-dogs sur la plage est la première d’une longue série. On le voit dans Spider-manIron Man, et même dans Venom ! Son interprétation dans The Amazing Spider-man, en 2012, en tant que bibliothécaire est désopilante, où assourdi par la musique émanant de son casque, il ne se rend pas compte du combat qui se joue derrière lui entre Spider-man et le Lézard. C’est avec le deuxième volet de Spider-man : Homecoming, attendu pour l’an prochain, qu’il bouclera la boucle.

La mort de sa femme, avec qui il était marié depuis 70 ans, en 2017, l’a profondément affecté. Ils ont eu deux filles ensemble. L’une d’elle est morte peut après sa naissance… 

sz

Katherine MacGregor, même si son nom ne vous dit rien, a marqué plusieurs générations de téléspectateurs : elle fut la terrible Harriet Oleson, dans La petite maison dans la prairie.  Actrice de renom au théâtre, cette américaine, née en 1925, elle vit sa carrière décollée en jouant le rôle de cette femme abominable, prétentieuse, arrogante, cupide, mais qui faisait beaucoup rire pendant les 9 saisons que durèrent la célèbre série télévisée. Ensuite, sa carrière s’est stoppée net : fatiguée (et alcoolique), elle a préférée se retirer des écrans, et vivre une vie paisible, tout en s’occupant d’une troupe de théâtre. Cette hindouïste avait 93 ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema