A crazy world



766.Bird Box.

p

Notre monde a connu une terrible catastrophe. D’horribles créatures ont poussés les êtres humains qui ont croisés leur regards à se donner la mort. La seule chance de survivre est de garder les yeux bandé quoi qu’il arrive. C’est dans cet environnement hostile que Malorie Hayes (Sandra Bullock) tente de survivre avec ses deux enfants.

Avec Birdbox (la cage aux oiseaux en français) Susanne Bier (Serena) délivre un petit thriller horrifique de bonne facture, racontant son histoire sur une double temporalité : le présent, où Malorie descend une rivière pour rejoindre un potentiel camps de survivants, en compagnie de ses deux enfants, et le passé, où l’on découvre comment elle a fait face à la fin du monde. Le suspense est bien présent, dans cette histoire de comportement interdit (qui lorgne quelque peu sur le magnifique Sans un bruit). Comment fait-on, après tout, pour ne plus rien regarder ? Ne plus contempler la lumière du jour et la nature ? Être privé d’un sens aussi important oblige à en développer d’autres…

Tout au long du film, on comprend la détresse de Malorie, qui a tant perdu (à commencer par sa sœur) dans cette histoire. Elle a décidé de ne plus éprouver le moindre attachement, la moindre émotion. Elle n’a même pas donné de prénom aux deux enfants, se contentant de « garçon » et « fille ».

Les créatures, que l’on ne verra cependant pas (excepté sur des dessins…) poussent les gens au suicide. Sorte de mal invisibles, elles sont capables d’imiter les voix de n’importe qui, et semblent se déplacer avec le vent. Si on les regarde, c’est comme la gorgone Méduse, on en meurt. La thématique rappelle celle du film Phénomènes, mais dans une histoire dont le thème central semble être la lutte pour la survie. D’autant que tous les êtres humains ne sont pas atteint de cet étrange mal : les fous en sont immunisés, et semblent vouloir forcer les gens à regarder la mort en face. Un peu comme des adorateurs d’un culte à une divinité diabolique. Cela pourrait s’inspirer des histoires de Lovecraft et de son célèbre mythe de Cthulhu. Les scènes sont parfois choquantes et les morts s’enchaînent. Une petite polémique avait d’ailleurs émergée autour du film : celle d’utiliser les images d’une véritable catastrophe ferroviaire. Heureusement, il n’en est rien, les séquences en question ayant été retirées (notre note : 7/10).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema