A crazy world



778.Film culte : Will Hunting.

as

Qui aurait pu imaginer une seule seconde qu’un jeune orphelin, balayeur au MIT, puisse se révéler être l’un des cerveaux les plus brillants au monde ? Will Hunting (Matt Damon), 20 ans à peine, est un autodidacte surdoué, et un génie des mathématiques. Sauf qu’il n’exploite pas son don, se contentant de jobs minables, vivant dans un taudis, et traînant avec sa bande d’amis pas très futés, Chucky (Ben Affleck) en tête. Mais un jour, il parvient à résoudre une équation impossible, que le professeur  de mathématique Gérald Lambeau avait destinée à ses élèves, et placé sur un tableau noir dans le couloir. L’homme n’en croit pas ses yeux et décide de mener l’enquête afin de savoir qui a trouver la réponse. Lorsqu’il découvre qu’il s’agit de Will, il souhaite le prendre sous son aile. Mais il doit bien se rendre à l’évidence que le jeune homme est asocial, rejette tous ceux qui pourraient s’intéresser à lui, et cherche le conflit en permanence.  Suite à une bagarre, il est incarcéré. Lambeau parvient à convaincre la juge de le faire sortir, à condition qu’il travaille au MIT et suive une psychothérapie. Après avoir du changer à de nombreuses reprises de psychologues, chacun lâchant Will, car il jouait les fortes têtes, Lambeau fini par demander à un vieil ami, le docteur Sean Maguire (Robin Williams), avec qui il noue une vieille rivalité, de le prendre en charge.

Rebelle

Will Hunting, sorti en 1998, est signé Gus Van Sant. D’un scénario écrit par Matt Damon et Ben Affleck, le film a connu un important succès, tant sur le plan critique que commercial. L’histoire de ce jeune orphelin qui se cherche et peine à défaire d’un passé difficile, parle d’injustice mais également de la difficulté de s’intégrer et de trouver sa place dans la société. Le chemin de croix auquel se livre Will pour trouver la paix est long. En effet, il est rebelle envers la société, et ne voit pas l’intérêt d’étudier, de faire partie des élites, dans un monde qu’il voit comme injuste et inégalitaire. Dans une Amérique qui cherche à recruter des talents, Will gâche le sien.

Pourtant, en résolvant l’équation, même si cela est fait de manière cachée, Will aspire tout de même inconsciemment à quelque chose. Il a peur de la réaction de son entourage et cache ses capacités extraordinaires pour les mathématiques et le raisonnement logique. Il expliquera plus tard, au cours du film, ne pas savoir d’où lui provient ce don, mais tentera de donner une réponse en expliquant que Beethoven ou Mozart, voyaient plus qu’un simple piano, lorsqu’ils se mettaient à jouer de la musique. Sans repère, Will est un homme meurtri, et empli de tristesse. Cependant, il tente de ne rien laisser transparaître et joue sur la défensive. Il n’appartient à personne, sinon lui-même, et ne souhaite pas consacrer sont énergie à un milieu déterminé, ou à une femme précise. Le jeune homme s’est d’ailleurs émancipé de familles adoptives autoritaires qu’ils l’ont battus. Will « butine » mais il peine à trouver sa voie, à donner un sens à son existence.

Derrière l’image de ce personnage qui règle ses problèmes par la force et la violence, il y a aussi celui qui se soumet, lorsqu’il fait face à plus fort que lui (comme lorsque le docteur Sean l’attrape par la gorge et le soulève, après qu’il ait manqué de respect envers sa femme). Preuve qu’il est en réalité bien plus fragile qu’il n’y parait… 

Thérapie

Mais Will Hunting raconte aussi l’histoire du thérapeute du héros, le docteur Sean. Robin Williams, lauréat de l’oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour ce film, semble toujours jouer avec le même plaisir, donnant une dimension presque magique à ses interprétations. Celui-ci va tenter, de façon très humaine, de sonder l’esprit de Will et de le faire extérioriser ce qu’il ressente. Leur relation sera très amicale, même si Will tente constamment de tester les gens, les poussant à sortir de leur zone de confort. Marqué par la mort de sa femme, décédée des suites d’une longue maladie, Sean vit désormais seul, et s’occuper de Will va redonner un but à son existence. Le jeune homme sortira marqué de sa rencontre avec son thérapeute. En effet, il ne veut pas s’engager dans une relation amoureuse à long terme, incapable de témoigner la moindre affection, car au bout du chemin, la mort les attend. Pourtant, même si cela est vrai, Sean s’est occupé pendant six ans de sa femme, malade, et a vécu dix-huit années de belle passion : il ne regrette rien. Le docteur évoquera l’amour qui l’a unit à sa seconde moitié durant toute sa vie, allant jusqu’à oser des anecdotes très personnelles (les flatulences de sa femme, le match qu’il a loupé pour aller dîner avec elle, …). Cependant, l’homme éprouve quelque difficultés à faire son deuil. À la fin du film, la thérapie terminée, Sean décide de faire un voyage et de retrouver l’amour. Will va trouver la force d’avancer grâce à son thérapeute, un homme qui fait passer les sentiments et l’humanité avant les prouesses intellectuelles. Il comprendra qu’il a beau être instruit et croire tout savoir sur tout,  mais que cela n’est pas suffisant, car certaines choses valent vraiment la peine d’être vécue. L’émotion finira par le submerger, et il pleurera. Ainsi, les deux vont s’entraider mutuellement (notre note : 9/10). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema