A crazy world



780.Gwendy et la boîte à bouton.

Gwendy Peterson, 12 ans et en surpoids, fait une étrange rencontre alors qu’elle monte rapidement les marches de l’escalier la menant au sommet de Castle View, surplombant la ville de Castle Rock. En effet, un homme tout en noir, est assis sur un banc et va lui faire cadeau d’une étrange boîte, comprenant plusieurs boutons colorés ainsi que deux manettes. Il lui explique que les 6 premiers boutons correspondent en fait aux 6 continents, que le bouton rouge sera celui sur lequel elle pourra appuyer plusieurs fois, et ce pour n’importe quoi, et que le bouton noir est le plus dangereux, puisqu’il concerne « tout ». Gwendy comprendra rapidement les pouvoirs de cet étrange objet assez rapidement… La boîte permet de faire apparaître également, grâce aux manettes, de succulentes friandises, et des dollars. Elle va même apporter une vie meilleure à Gwendy, lui permettant de réussir tout ce qu’elle entreprendra. Mais elle aura un prix.

Pour cette nouvelle d’une centaine de pages, Stephen King a demandé l’aide de son ami Richard Chizmar, et les deux hommes l’ont écrit ensemble. Les illustrations de Keith Minnion illumine le récit. Il s’agit d’une variante du « Jeu du bouton » de Richard Matheson (où un bouton-poussoir suscite à la fois convoitise et dégoût), mais à l’intrigue nettement plus étalée dans le temps, puisque l’on suit Gwendy jusqu’à ses 22 ans. Le thème central semble être donc également la question du choix, et des actes que l’on prend. Il convient toujours d’agir avec discernement, même lorsque les sentiments nous envahissent et nous poussent sur la mauvaise pente. De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilité, et la boîte teste toujours son possesseur. Le fameux bouton rouge capable de détruire ce que l’on souhaite, est une métaphore du « bouton rouge » déclencheur de la bombe nucléaire. On peut s’interroger aussi sur celui qui lui a remis ledit objet : est-ce Dieu lui-même qui confie cette boîte de Pandore à des personnes « de confiance » ? 

La nouvelle questionne également sur l’acceptation de soi, d’une importance cruciale pour la nature humaine. Gwendy est un peu ronde, on se moque d’elle à l’école, et va peu-à-peu changer, comme aidée par cet « objet fétiche » que sera la boîte à bouton. Elle va devenir plus courageuse, plus jolie, plus intelligente, mais également se rendre compte qu’elle n’a pas forcément besoin de la boîte pour être heureuse. Qu’on est pas obligé d’être le meilleur en tout, mais qu’il convient seulement d’être soi-même. Une belle histoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema