A crazy world


  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 23 juillet 2019

816.Mon beau-père, mes parents et moi.

Mon beau-père, mes parents et moi

Après avoir rencontré Greg (Ben Stiller), leur futur gendre, Jack (Robert De Niro) et Dina (Blythe Danner) Burns souhaitent faire connaissance avec la famille de se dernier. Pour Jack, qui a fini par accepter Greg, c’est l’occasion d’en apprendre plus sur lui et de savoir si il est définitivement celui qui épousera sa fille Pam (Terry Polo). Les Burns arrivent à bord de leur camping-car géant chez les Furniker : ils sont accueillis par les parents de Greg, Bernard (Dustin Hoffman) et Rose (Barbra Streisand). Le petit-fils de Jack, baptisé de la même manière que son grand-père, est également présent : l’éducation, basée sur des préceptes quasi-militaire du bambin choque les Furniker. Afin de ne pas se faire rabaisser une fois de plus devant Jack, Greg ment délibérément et lui cache que son père, ex-avocat, est devenu homme au foyer et l’a élevé, et annonce que sa mère est docteur alors qu’elle est sexologue pour personnes âgées.

Quatre ans après le succès de Mon beau-père et moi (300 millions au box-office), le cinéaste Jay Roach décidait de mettre en scène la suite de sa comédie culte : en suivant ces tribulations familiales débridées, il offrait un film incroyablement drôle et jouissifs. Les gags s’enchaînant (le cercle de « confiance », la caméra planquée par Jack, …) et les situations cocasses (le prépuce dans la fondue, Greg qui se voit piqué au sérum de vérité par Jack, Dina qui se livre à un exercice médical pour décoincer Jack, …). Si le premier film était une comédie plus classique, celui-ci est nettement plus décalé, la présence du duo Hoffman-Streisand très expressif et jouissif face à un De Niro, toujours impeccable en impassible ex-agent de la CIA. Le succès fut également au rendez-vous, avec plus de 500 millions de dollars de recettes. Un troisième opus verra d’ailleurs le jours en 2010.

Thème phare du film, la famille est au centre de toute l’attention : Greg tente par tout les moyens de plaire à son beau-père, et si il croyait y être arrivé à la fin du premier opus, cela n’est malheureusement pas gagné. Jack Burns est convaincu qu’on peut déceler si une personne est une bonne personne en regardant sa famille. Ce jugement, très conservateur, est cependant incorrect. Une personne est bonne de part ses actions, et non son origine. De plus, Jack a été élevé selon un schéma de pensée précis : l’homme travaille, pendant que la femme reste au foyer pour s’occuper des enfants. Ceux-ci ne doivent pas être materné, mais éduqué comme de futur citoyens, et donc il convient toujours de leur parler comme de jeunes adultes. L’esprit de compétition est important, et seul les premiers prix sont admis. Voir les Furniker, libéraux américains jusqu’aux bout des ongles, chamboule donc sa vision des choses : Bernard a élevé son fils, renonçant à exercer la profession d’avocat, Rose travaille et subvient aux besoins de sa famille. Ils aiment leur fils (qui est étouffé par leur trop grande affection) et ont réalisés un mur avec tout ses trophées de diverses concours, où il n’a jamais été premier. Ils ne tuent pas les animaux à la chasse, et parlent ouvertement de sexe. Pour Jack, ce choc des cultures est difficile à supporter, bien qu’il fasse de gros efforts pour Pam.

La question de la confiance est aussi l’un des pivots de l’intrigue : Jack doit accepter de faire confiance en son futur gendre, et de ne plus enquêter sur ces antécédents. Pourtant, plusieurs éléments le font tiquer et le pousse à emprunter la mauvaise voie… Il a également créer une allégorie de la confiance, matérialisé par la figure d’un cercle où se trouvent tous les individus de sa famille, y compris Greg. Poussant le vice plus loin, il décide qui peut faire partie de ce cercle et qui en est exclu. Cette conception des choses manque de souplesse et d’ouverture : si la famille peut-être inclue dans un cercle, chacun est cependant habilité à avoir son mot à dire et ne doit pas être mis sur la sellette au moindre faux pas (notre note : 8/10).


Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema