A crazy world



823.Stranger Things : saison 3.

Après deux ans d’attente, Netflix a mis en ligne la troisième saison de Stranger Things le 4 juillet dernier, à l’occasion de la fête nationale aux États-Unis. Les questions étaient nombreuses au regard des bandes-annonces dévoilés et les fans hystériques à l’idée de revoir leurs personnages favoris. Longue de 8 épisodes, cette troisième salve confirme la qualité de la série et se dévore comme une friandise face à laquelle on éprouve un goût de trop peu dont l’on souhaiterait en avoir davantage…

iu

 

La saison s’ouvre en 1984, avec une équipe de scientifiques russes qui tentent de rouvrir le portail menant vers le monde à l’envers, que Elf avait fermé. Sans succès, ils déçoivent un général qui consent cependant à leur donner un délai de un an pour y parvenir. La séquence suivante reprend lors de l’été 1985, dans la ville d’Hawkings. Depuis que le maire a autorisé la construction du centre commercial Starcourt, le cœur de la ville est déserté et ses petits commerçants font tous faillite, les uns après les autres.

De ce fait, Joyce (Winona Ryders) peine à joindre les deux bouts. Sur le plan sentimental, elle ne s’est toujours pas remise de la mort de Bob, et a du mal à faire entrer un nouvel homme dans sa vie. Son fils Jonathan est toujours en couple avec la belle Nancy. Tout deux travaillent dans le journal local, lui comme photographe et elle comme pigiste, bien que le rôle de cette dernière consiste à servir le café et la nourriture à ses supérieurs. De son côté, Will va mieux. Mais il éprouve un certains décalage par rapport à ses amis, car il n’a pas eu le temps de grandir, et que ceux-ci sont devenus des adolescents.

En effet, Mike et Elfe sont en couple et passe leurs journées ensemble à s’embrasser, ce que désapprouve fortement Hooper, devenu père adoptif de la jeune fille. Il décide de demander des conseils à Joyce pour pouvoir leur parler car il ne voit quasiment plus sa fille, et que certaines limites doivent être établis. Il tente également d’inviter Joyce à dîner mais cela n’est pas gagné d’avance…

Fraîchement revenu de son camps scientifique, Dustin raconte à ses amis qu’il s’est fait une petite amie et qu’il peut lui parler à distance, mais sans succès. Ceux-ci finissent donc par douter de la véracité de cette information.

En cet été 1985, cependant, tout ne sera pas rose : en effet, le Flagelleur mental a survécu ! La partie accrochée à Will n’est jamais partie et est toujours restée sur la Terre, attendant l’heure de son grand retour. La bête va alors se servir de Billy, le frère de Max, pour avoir une assise sur le monde réel et envoûter d’autres êtres humains. Peu-à-peu, le Flagelleur mental va se matérialiser et devenir un monstre gigantesque impossible à arrêter. Son but : exterminer la seule qui pourrait le vaincre : Elfe. Ajouter à cela les comportements étranges de rats enragés qui vont intriguer Nancy Bayers et Jonathan, une mystérieuse conversation entre des russes intercepté par Dustin et un mystérieux homme en noir décidé à éliminer Hooper et la catastrophe n’est pas loin.

zaq

Les 8 chapitres de cette saison :

  1. Suzie, tu me reçois ?
  2. Comme des rats
  3. La maître-nageuse disparue
  4. Le Sauna
  5. L’Armada
  6. E Pluribus Unum
  7. La Morsure
  8. La bataille de Starcourt

 Toujours sous la houlette des Duffers Brothers, showrunners, la troisième saison de Stranger Things est celle du temps de l’adolescence. Les enfants ont grandis et semblent avoir rangés leur boîte de Donjons & Dragons. Ils ont d’autres préoccupations, découvrant les joies des relations amoureuses. Mike est devenu un jeune homme qui entretient une relation quasi-fusionnelle avec Elfe, et chacun ne vit que pour l’autre. Lorsque Hopper, toujours aussi bourru, menace Mike en lui demandant de voir moins souvent sa fille, le couple s’écroule. Mike ment à sa belle, inventant des excuses bidons, et celle-ci s’en rend compte. Elle s’en va trouver Maxine (alias « Max »), qui va lui ouvrir les yeux et la faire devenir une jeune fille, avec ses propres choix et une personnalité plus marquée, et non plus seulement le jouet de Mike. Pour ce dernier, ce sera une catastrophe, et la source de nombreux conflits…

Si Dustin et Lucas sont occupés avec leurs conquêtes, cela n’est pas le cas de Will, qui souffrira de la situation. Lui ne s’intéresse pas encore « aux filles » et n’arrive pas encore à quitter le monde de l’enfance. Il souhaite jouer à Donjons & Dragons avec ses amis et faire toutes les choses qu’ils accomplissaient ensemble autrefois. Malheureusement, il est parfois difficile de revenir en arrière, les choses allant constamment de l’avant.

l

Dans cette troisième saison, de nombreux protagonistes secondaires voient leur rôle croîtrent et prendre davantage de place dans l’intrigue. Le personnage de Steve Harrington se retrouve désormais au premier plan : n’ayant pas pu faire d’études, il travaille comme glacier dans le centre commercial Starcourt. Autrefois séducteur et populaire, il trime désormais et doit faire face aux incessantes remarques désobligeantes de sa collègue, Robin (Maya Hawke). Steve a également noué une amitié solide avec Dustin, à qui il donne des conseils pour séduire les filles, bien que parfois les rôles aient tendance à s’inverser.

Aperçue lors de la saison 2, la petite soeur de Lucas, Erica se voit également doté d’un rôle plus important, apparaissant dans chaque épisodes ! Il faut dire que le personnage de cette petite fille irascible et exigeante avait réellement plus aux fans de la série qui espérait bien la revoir. La mère de Mike et Nancy, Karen Wheeler est nettement plus présente à l’écran : séduite par Billy, le frère de Max, elle se rend chaque jour à la piscine publique pour se rincer l’oeil, car il est le maître nageur. Lorsque celui-ci lui fait des avances, la femme est désemparée : même si sa vie de famille est parfaite et que sa raison le lui interdit, son coeur souhaite tout autre chose…

ae

Particulièrement drôle, cette cuvée d’épisode est emplis de légèreté et de situations rocambolesques. Qu’il s’agisse des quiproquos de jeux de chat et de la souris entre Joyce et Hopper, du fait que Steve et Robin sont drogués par des Russes, ou encore que Dustin réinterprète en live une vision intéressante de la la bande-originale de l’Histoire sans fin à un moment inopportun, la barre a été placée très haut par les frères Duffers. Lorsque Elfe va à Starcourt avec Max et fait les magasins sur un air de Material Girls de Madonna, la scène offre quelques fous-rires bienvenus.

Le personnage de Billy -arborant un look sorti de Jack Burton dans les griffes du Mandarin- voit son passé révélé, sous forme de flashback grâce à Elfe, qui tente de le guérir du mal qui le ronge. On découvre un petit garçon qui a été abandonnée par sa mère, femme battue, et qui a du subir l’influence de son effroyable père. Cela explique son caractère mais fait également de lui une victime. Les enfants paient souvent les erreurs de leurs parents.

La petite nouvelle de la saison c’est Robin. Travaillant à la glacerie avec Steve, elle se montre austère avec celui-ci. Il faut dire qu’il ne l’avait jamais remarquée lorsqu’il étaient dans la même classe, au collège. C’est une fille intelligente, parlant couramment 4 langues, geek et capable de retenir beaucoup d’informations en peu de temps. Elle sera très utile pour traduire le message intercepté par Dustin en russe.

Tel un kaléidoscope, Stranger Things n’abandonne pas l’idée de glisser de nombreuses références aux films, séries télévisées, musiques des années 1980, et à tout ce qui a fait les beaux jours de la pop culture. Ainsi, on retrouve des clins d’oeil à Karaté Kid (la photo de Ralph Maccio dans la chambre de Max), Christine (Billy conduisant comme un fou et surgissant de la pénombre, tout phare allumé), Retour vers le futur et Zombie (les films sont projetés dans le cinéma de Starcourt), Rencontre du troisième type (le singe avec les tymbales), Le blob (la mixture du flagelleur), Ca chauffe au lycée Ridgemont (le panneau dans le vidéoclub de Phoebe Cates) ou encore Terminator. En effet, l’un des principal antagoniste de la saison 3 est une quasi copie du personnage qu’incarnait Arnold Swarzenegger. Colossal, il s’agit d’un russe au méthode implacable qui se meut comme un robot et qui est chargé d’éliminer Hopper (« Sarah Connor »), qui fouille un peu trop prêt dans des affaires qui ne le concernent pas. Hopper porte également une chemise hawaïenne similaire à celle de Tom Selleck dans Magnum.

S’éloignant des saisons précédentes, Stranger Things sépare ses personnages et multiplie les intrigues, dans le but de réunir tout le monde lors du final. Chacun apparaît alors, par intermittence, signe du fait que les héros ont grandis et devienne indépendant. La bande d’amis existe mais les liens s’effilochent.

Le final de la saison (près de 80 minutes) signe la grande bataille entre tous les personnages de la série et l’effroyable flagelleur mental. Les effets spéciaux très réussi de la créature (entre Alien et la chose) contribue au réalisme des scènes et au côté quasi-épique de la lutte acharnée qui est livrée pour en venir à bout. La tristesse guette les héros de la série puisque deux d’entre eux n’en reviendront pas (à moins que…voir scène post générique). L’épilogue de la saison est bouleversant également, signifiant réellement la fin d’une époque : toutes les bonnes choses ont une fin, même si Stranger Things reviendra pour une saison 4. En attentant, la conclusion est parfaite (notre note : 9/10).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema