A crazy world


  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 août 2019

841.Rémi sans famille.

az

Mise en scène par Antoine Blossier, cette nouvelle adaptation du célèbre roman d’Hector Malot, se révèle être une oeuvre pleine de tendresse et touchante d’humanité. À l’origine, le cinéaste français souhaitait changer radicalement de registre, après l’horreur (La traque) et la comédie potache (À toute épreuve) et mettre en scène un film d’aventure. Le livre de Malot fut alors une évidence, tant les rebondissement sont nombreux que la quête du héros le fait voyager.

Rémy (Maleaume Paquin) c’est un petit garçon qui a été enlevé à sa famille d’origine, et recueilli par des gens qui n’avaient pas les moyens de l’élever. Ceux-ci finissent par l’abandonner à un saltimbanque prénommé Vitalis (Daniel Auteuil, dans l’un de ses meilleurs rôles), qui va le louer pour qu’il chante en public lors de ses petites représentations. D’abord rustre, l’artiste de rue va se révéler être un ami pour Rémy, attentionné et désireux que le petit garçon puisse retrouver sa véritable famille. Car de nombreux secrets se cachent derrière la naissance de ce dernier…

Un peu à la manière de Spielberg, Blossier met en scène une histoire où l’enfance resplendit de toute part : son héros est un petit garçon plein de vie, prénommé Rémy, qui possède un don formidable, car sa voix est d’or. Celui-ci va cependant connaître de terribles malheurs tout au long de son aventure (polices, personnages malveillants, loups enragés, …) et devoir se montrer courageux à de nombreuses reprises. L’histoire originale s’en retrouve modernisée, et prend même une dimension féerique proche du conte de fée. Sa quête -élément important de tout films d’aventures- sera de retrouver sa famille et de percer enfin le secret de ses origines. Car si au début du récit, il vit chez une dame (Ludivine Sagnier) qu’il croit être sa mère, celle-ci se révèle être une femme qui l’a simplement recueilli lorsque son mari -parti à la guerre ensuite- l’a découvert sur le porche d’un orphelinat. Et même si elle l’aime comme son propre fils, le retour de l’époux, criblé de dettes et furieux de voir le garçon, l’obligera à l’abandonner…

L’histoire de Rémy est raconté par ce dernier, devenu âgé (et joué par Jacques Perrin), à des enfants. Il se souvient avec beaucoup de tendresse de son enfance, et de son insouciance mis à mal par tant d’épreuves. Car Rémy a traversés biens des dangers et subit plus que ce que les enfants de son âges auraient pu éprouver.

Le personnage de Vitalis et sa troupe d’animaux extraordinaires (Capi le chien qui effectue des acrobaties, Joli-Coeur le singe espiègle, …) vont se révéler constituer une famille tout au long du récit. L’artiste incarné par Daniel Auteuil va empêcher Rémy de se retrouver à l’orphelinat. Il prend en affection l’enfant et lui témoignera beaucoup de tendresse. Même si Rémy l’appellera toujours « Maître », c’est bien une relation de père à fils qu’ils auront. Vitalis souhaitera toujours ce qu’il y a de mieux pour Rémy, et l’accompagnera tout au long de son voyage vers ses origines. De son côté, Rémy découvrira qu’avant d’être un saltimbanque nomade, Vitalis a eu une autre vie, et que celle-ci s’est terminée par une tragédie. Rongé par la culpabilité, il s’en est éloigné. Le petit garçon l’aidera à faire la paix avec lui-même, car son existence actuelle est une sorte de pénitence pour lui, en raison de ses erreurs passées…

Rendue populaire par le dessin-animé éponyme, Rémy sans famille est un film magique, avec des personnages attachants et qui vous bouleversera, même si vous en connaissez les grandes lignes (notre note : 8,4/10).


Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema