A crazy world


  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 3 septembre 2019

850.Ma.

mo

Quand Sue Ann Elligton (Octavia Spencer) croise la route de Maggie, Andy, Haley, Chaz et Darrel, aucun d’eux n’a conscience que cette rencontre n’a en réalité rien de fortuite. En acceptant d’acheter de l’alcool pour les jeunes mineurs, Sue va devenir très présente dans leur existence, devenant leur amie. Surnommée Ma, la dame va y voir l’occasion de côtoyer d’avantages de jeunes et d’être populaire. Elle va alors organiser de grandes soirées avec d’autres étudiants dans son sous-sol. Mais peu-à-peu, ce qui s’apparentait à de l’hospitalité vire au cauchemar…

Réalisé par Tate Taylor (La couleur des sentiments), Ma est un thriller horrifique portée par une Octavia Spencer dans un registre qu’on ne lui connaissait pas. Le long-métrage démarre en douceur, avec cette assistante vétérinaire qui croise la route d’une bande de jeunes et accepte de leur acheter de l’alcool. Et dès ce moment, des indices que quelques chose ne va pas se profile : Sue consulte les profils Facebook de chacun d’entre eux, elle va leur parler à la sortie d’école, … Lors des soirées fort arrosée que Ma organise, elle fait de l’ombre au tableau. Sa présence a quelque chose de gênant dans une fête composée uniquement d’étudiants. Pourtant, elle semble en prendre du plaisir, et fait tout pour être le centre de l’attention. Ses vêtements évoluent également : Ma porte des tenues nettement plus décontractées lors des fêtes.

Le film prend son temps pour dévoiler ses enjeux et les véritables motivations de Ma, cette bonne femme sympathique qui a tout de la mamie gâteau. Et lorsque les raisons de ces agissements, liées au passé bien évidemment, sont dévoilées, le long-métrage bascule dans une seconde partie plus sombre. Tout s’accélère alors, jusqu’à un final digne de Halloween.

Plusieurs parallèles avec Misery sont ainsi envisageable : Spencer campe un personnage névrosé et dangereux, à l’instar de la légendaire Annie Wilkes. Elle administre de puissants sédatifs à plusieurs personnes pour les neutraliser, tout comme l’effroyable tortionnaire de Misery, qui était une ancienne infirmière. On ressent de la compassion pour Ma, trouvant les raisons de sa vengeance plus que compréhensible, même si on constate que comme Wilkes, elle est folle. Sue Ann offre deux visage : celui en public de la gentille femme attentionnée, et celui privé d’une dépressive qui a été marquée par le poids du passé. Par moment, elle dévoile -par mégarde- sa partie la plus sombre, en bousculant les gens en public, en se montrant grossière, ou en arborant un regard qui en dit long sur ses intentions. Les parallèles avec Annie Wilkes sont donc nombreux, surtout si l’on se remémore la scène avec le shérif dans Misery.

En conclusion, Ma, avec ses allures de film d’horreur vous fera passer un moment très déstabilisant et dérangeant dans l’ambiance des fêtes estudiantines. À voir (notre note : 7,7/10). 


Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema