A crazy world



854.Wedding Nightmare.

Image de prévisualisation YouTube

Quelle n’est pas la joie de Grease (Samara Weaving), orpheline, lors de son mariage avec le jeune Alex, de pouvoir enfin faire partie d’une famille. Cependant, lors de sa nuit de noce, les Le Domas impose à celui où celle qui intègre la fratie de jouer à un jeu de société qu’il ou elle aura pioché. Ainsi, certains membres ont pu disputer une partie d’échecs, par exemple. Cependant, ce soir, Grease va tirer la carte « cache-cache ». Elle aura désormais 100 secondes pour se cacher quelque part dans l’immense demeure de sa nouvelle famille. Ce qu’elle ignore toutefois, ce sont les modalités du jeu : Grace ne doit pas être découverte avant l’aube, sinon sa belle-famille, armée de haches et de fusils, lui fera la peau…

Film d’horreur inventif, Wedding Nightmare renouvelle quelque peu le genre du survival movie en proposant la thématique d’un jeu macabre dont les bourreaux sont précisément les hôtes. La partie de cache-cache dont il est question est motivé en raison d’un ancien pacte avec le Diable, qui réclame parfois sa part du gâteau en échange de la richesse octroyée à la famille Le Domas. Voir le contraste entre cette famille d’apparence si gentille au début du film, lors du mariage de leur fils, changer du tout au tout la nuit tombée, et traquer leur belle-fille, est tout juste sidérant. Pourtant, ne s’improvise pas chasseur qui veut. Ainsi, ceux-ci se révèlent extrêmement mauvais dans cet art -la palme revenant à la soeur d’Alex, Emilie, qui se trompe même de proie et tue n’importe qui- et peine à faire face à Grease, qui bien qu’apeurée, ne se laisse pas faire.

Et même si l’horreur côtoie par moment le gore, le film vire à la comédie, jouant avec beaucoup d’humour sur les faiblesses de ces riches bourgeois qui ne sont pas capables de trucider leur gentille jeune fille qui déambule en robe de mariée. Dans ce rôle, l’actrice Samara Weaving, qui a des allures de Margot Robbie, se révèle excellente. En second rôle on retrouve également Andie MacDowell (Un jour sans fin) en mère de famille compréhensive mais dangereuse et Nicky Guadagni en tante diabolique au look austère (notre note : 7,8/10).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema