A crazy world



879.Le voyage du Docteur Dolittle.

Image de prévisualisation YouTube

Après avoir tiré sa révérence dans le dernier opus d’Avengers (sauf surprise), l’acteur Robert Downey Jr est de retour au cinéma sous les traits du Docteur Dolittle, un médecin capable de parler aux animaux. Dans cette comédie fantastique survoltée, après le décès tragique de son épouse, le célèbre docteur n’est plus que l’ombre de lui-même et s’est juré de ne plus soigner d’êtres humains. Cependant, l’arrivée de la fille de la Reine d’Angleterre va changer la donne : sa mère est aux portes de la mort et a besoin d’un traitement de toute urgence. Dolittle va découvrir que seul un fruit poussant sur un arbre d’une île inconnue pourra guérir le monarque. Un produit que sa défunte épouse cherchait avant de disparaître. Accompagné d’une princesse, d’un jeune garçon espiègle et de sa troupe d’animaux, Dolittle entame un voyage jusqu’aux confins du monde…

Fantasque, Robert Downey Junior ajoute un nouveau personnage haut en couleur dans sa filmographie : celui de ce médecin extravagant, qui communique avec les animaux en imitant leur cri -l’acteur se révèle extrêmement doué pour pousser le son de l’éléphant ou du singe- et qui va devoir mener une sorte de voyage initiatique lui permettant d’être en paix avec lui-même. Le comédien a des allures de Jack Sparrow et du Willie Wonka de Charlie et la chocolatrie tant il semble parfois détaché de tout ce qui l’entoure. Les animaux l’accompagnent tout au long de son périple, formant une joyeuse ménagerie : il y a le singe terrifié Chee-Chee (Rami Malek), l’ours polaire Yoshi (John Cena) passant son temps à se disputer avec Plimpton l’autruche (Kumail Nanjiani), le canard Dab-Dab (Octavia Spencer) qui fait preuve d’autorité, Jip le vieux chien sage (Tom Holland), et bien sur Polynesia le perroquet (Emma Thompson) qui est aussi la narratrice du film.

Mis en scène par Stephen Gaghan SyrianaGold), cette nouvelle adaptation des aventures du Docteur Dolittle, tiré des romans de Hugh Loftin, s’éloigne des 2 films mettant en scène Eddie Murphy dans les années 1990, pour se rapprocher davantage de l’esprit de la série. Le film baigne dans une atmosphère colorée et loufoque, avec ce personnage très différent du commun des mortels que n’aurait pas renié Tim Burton. Sentiment d’autant plus exacerbé par la présence de Danny Elfman a la baguette, apportant un côté presque magique à ce récit où l’on croise tantôt des pirates (excellent Antonio Banderas en père vengeur), tantôt des dragons. Et le message semble universel : tous différents, mais pourtant tous semblables (notre note : 8/10).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema