A crazy world


  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 29 février 2020

885.The Gentlemen.

Image de prévisualisation YouTube

Mickey (Matthew McConaughey), baron de la marijuana depuis de nombreuses années à Londres, fort de ses multiples implantations, songe à se retirer du métier et à vivre sereinement avec sa femme, la belle Rosalind (Michelle Dockery). En un mot, il s’est embourgeoisé et son mode de vie ne lui correspond plus. Alors qu’il converse avec un potentiel repreneur, Matthew (Jeremy Strong), son affaire suscite la convoitise de Lord George (Tom Wu), un autre truand, qui lui envoie son bras droit, « Oeil Sec » (Henry Golding), pour converser avec lui. Cependant, Mickey n’est pas interessé par l’offre de ce dernier, et entend gérer ses affaires comme il le veut. Mais rien ne se passe comme prévu : surveillé par le journaliste Fletcher (Hugh Grant), prêt à tout pour le faire chanter, il doit faire face à un braquage de l’un des entrepôts par un groupe de jeunes boxeur au service du Coach (Colin Farrel), bien qu’il soupçonne qu’Oeil Sec et son ami Phuc d’être derrière tout cela. Menacé, il décide alors de faire appel au service de Raymond (Charlie Hunnam), pour l’aider.

Après le succès de Aladdin, le cinéaste Guy Ritchie est de retour pour un film de gangster de haute volée, dans la lignée directe de Snatch : tu braques ou tu raques et de Arnaques, crimes et botanique. Le long-métrage oscille donc entre action, humour et scènes de dialogues bien ficelées.  Ritchie recourt à une mise en abyme étonnante -un film dans un film-, et ce dès le début de l’histoire, où le personnage joué par Hugh Grant, Fletcher, débarque dans la maison de Raymond avec un scénario de long-métrage et va lui faire la lecture de ce dernier. Les scènes défilent, certaines sont réécrites, dans une version plus créative, afin de jouer avec le spectateur pour mieux le surprendre. Fletcher, sous ses allures de maître chanteur, n’est finalement rien d’autre que l’allégorie de Ritchie lui-même : le cinéaste qui crée un film. Forcément, la narration est décousue et l’histoire n’est pas aussi linéaire qu’elle ne semble le paraître : une idée débouche ainsi sur un faisceau d’idée, emportant le spectateur dans un récit touffu et complexe, où chaque détail compte, à la manière d’un récit policier.

Le titre film, the Gentlemen, illustre le dilemme dans lequel sont pris des bandits qui se sont enrichis : attirés par la haute société et le fait de se stabiliser quelque part, ils doivent gérer leur business et faire face à d’autres coqs. Ils se verraient bien Gentlemen, hommes fréquentables, mais ils ne le sont pas vraiment. Tout le monde souhaite devenir le lion, le roi, qu’il s’agisse du petit truand notoire, du tueur professionnel, du baron de la drogue ou du roi de l’information. Aussi, il n’y a ni ami, ni ennemi. Un futur film culte (notre note : 8,5/10).


884.Sans un bruit 2 : bande-annonce.

Trois ans après le succès de Sans un bruit au cinéma, John Krasinski remet le couvert avec une suite très attendue. Les survivants de la famille Habbott vont devoir faire face à d’autres menaces tandis qu’ils quittent leur domicile en ruine pour s’aventurer vers d’autres horizons. Sur leur route, ils vont s’abriter chez un homme étrange, incarné par Cillian Murphy.

Cette suite apportera quelques précisions sur l’arrivée de ses extra-terrestres sensibles au son, à travers plusieurs flash-back, permettant à Krasinski de revenir dans le rôle du père de famille. Sortie le 18 mars prochain.

Image de prévisualisation YouTube

 


Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema