A crazy world


« | Accueil | »

890.Star Wars : épisode IX : l’Ascension de Skywalker.

En 2019, la « saga des Skywalker » prenait fin avec l’Ascension de Skywalker, long-métrage faisant le lien entre les 9 épisodes sorti et apportant des réponses à de nombreuses questions que se posaient les fans. La tâche de J.J. Abrams, de retour à la réalisation après l’épisode VII, était donc colossale. D’autant que le cinéaste annoncé au départ était Colin Trevorrow, mais que Disney n’aurait pas apprécié la direction que prenait son scénario.

po

Le dernier film des Skywalker

Le récit reprend un an après la bataille de Craft. Un mystérieux message intercepté d’une région éloignée de la galaxie fait trembler chaque citoyen : et pour cause, il est émis par l’Empereur Palpatine, censé être mort depuis plus de 30 ans. La générale Leia Organa (Carrie Fisher) envoie des agents pour enquêter à propos de cette nouvelle. De son côté, Kylo Ren (Adam Driver), chef du Premier Ordre part à la recherche de l’Empereur : il souhaite savoir s’il est toujours en vie. Si c’est le cas, il le tuera, afin d’éviter que quelqu’un ne prenne sa place. Le jeune homme tue les membres d’une secte d’adorateur de Dark Vador sur Mustafar et trouve un orienteur Sith : celui-ci va le mener tout droit sur la planète Exegol. Là-bas, il découvre la vérité : Dark Sidious (Ian McDiarmid) est toujours en vie, bien qu’affaibli. Maintenue en vie par un dispositif mécanique, le vieil homme a préparé en secret son retour avec de nombreux partisans. Il révèle à Kylo Ren avoir créé Snoke, et a été la voix de Vador qu’il entendait dans sa tête. L’Empereur est désormais à la tête d’une flotte de 10.000 destroyers, chacun pouvant détruire une planète entière. Son but est simple : mettre fin à la résistance et créer le Dernier Ordre. Ben Solo doit tuer Rey pour lui. En échange, il pourra régner sur la galaxie. Ne comprenant pas pourquoi, il demande à Dark Sidious qui est-elle réellement. Celui-ci lui révèle alors la vérité…

Pendant ce temps, Rey s’entraîne depuis près d’un an, avec Leia, afin d’achever sa formation et de devenir une Jedi. Cependant, la jeune femme ne se sent pas prête à reprendre le sabre d’Anakin, qui a été réparé. Lorsque Poe, Finn et Chewbacca revienne de leur mission, ils ramènent avec eux la nouvelle que Leia redoutait depuis un certain temps déjà : Palpatine est toujours en vie. Ils ont une piste pour le retrouver : un orienteur Sith se trouve sur la planète désertique Pasaana, où un vieil ami les attend. Rey embarque avec Poe, Finn, Chewbacca et C-3PO pour un périlleux voyage.

Accueilli par un peuple d’indigène au cours d’une grande fête, Rey se voit offrir un collier. Cependant, ils ne seront pas seul bien longtemps, car Ben, dont la connexion avec Rey est de plus en plus puissante, parvient à se matérialiser en face d’elle, lui arrachant le collier de son cou. Il identifie rapidement qu’il s’agit de la planète Pasaana, et décide de s’y rendre avec les Chevaliers du Ren. Alors que des stormtroopers patrouillent et reconnaissent Rey et ses amis, un homme masqué parvient à mettre tout le groupe à l’abri : il s’agit du Général Lando Calrissian (Billy Dee Williams). Le vieil homme leur révèle avoir recherché aussi l’orienteur plusieurs années auparavant, avec Luke Skywalker. Ils étaient même d’ailleurs sur une piste, en poursuivant Ochi, un fervent partisan Sith qui a cependant disparu dans le désert de Pasaana.

Traqué par Ben et les Chevaliers de Ren, le groupe se retrouve englué dans les sables mouvants et atterrissent sous terre dans un labyrinthe souterrain. Rey découvre par hasard une dague ayant appartenu à Ochi avec des inscriptions en langue Sith. Ces signes indiquent le lieu où est caché l’orienteur Sith. C-3PO, le seul capable de comprendre ce langage, ne peut pas le faire, car son système le lui interdit. Rey a une vision de son enfance au contact de la dague, prenant conscience que Ochi a croisé la route de ses parents. Poe suggère dès lors d’aller sur la planète Kijimi afin de reprogrammer le droïde.

Cependant, les choses ne se passent pas comme prévu, Kylo Ren décidant de mener une offensive avec ses acolytes contre eux. Chewbacca finit prisonnier. Sur Kijimi, Poe demande de l’aide à une vieille amie, une chasseuse de prime prénommée Zorii Bliss (Keri Russel), qui les conduit chez le réparateur de droïde Babu Frik. Celui-ci leur annonce que pour pouvoir lire les inscriptions en langue Sith, la mémoire de C-3PO devra être totalement effacée. L’information tombe : l’orienteur se trouve sur Kef Bir, une des lunes de la planètes océanique Endor. Au passage, Rey sent la présence de Kylo Ren et de Chewbacca : elle se décide à le sauver. Un combat à distance au sabre laser par projection interposé à alors lieu entre Ben et Rey. Si elle parvient à s’enfuir, le jeune homme lui révèle le secret de ses origines : elle est la petite-fille de l’Empereur Palpatine. Ses parents ont été tués par Ochi, refusant de révéler le lieu où il l’avait cachée.

bf

L’ombre de Palpatine

Sur Kef Bir, Rey découvre les restes de la seconde Étoile de la Mort. L’orienteur se trouve quelque part parmi les décombres. Dans la salle du trône, elle découvre une pièce secrète où le précieux objet est caché. Mais un puissance obscure règne dans ces lieux : Rey doit faire face à un double maléfique d’elle-même, sabre Sith double lames rouges à la main. Quittant la salle, ce qui met fin à cette vision cauchemardesque d’un héritage trop lourd à porter, Rey tombe nez-à-nez sur Ben, qui lui demande de la rejoindre pour aller affronter Palpatine à deux et prendre sa place.

Choquée, la padawan entame un duel avec Kylo Ren, où elle se révèle bien plus puissante que lui. Leia, à des lieues de là, sent que son fils court un grave danger : elle se décide à utiliser toute son énergie pour se matérialiser afin de le ramener à la raison et de faire cesser ce combat. Troublé, Ben perd ses moyens et se fait transpercer par Rey. Leia s’éteint à ce moment-là, fatiguée d’un tel effort physique. Émue par le sacrifice de la Générale Organa, Rey décide de guérir les blessures de Ben, l’empêchant de mourir. Triste et esseulée, elle prend la fuite et décider de se terrer sur Ahch-To, comme Luke l’avait fait avant elle.

Se relevant, Ben est confus. Il a une discussion imaginaire avec son père, Han Solo (Harrison Ford), rejouant les derniers instants de la vie de celui-ci, où il lui avait demandé de ne pas embrasser le côté obscur. Conscient de ses erreurs passées, le jeune homme jette son sabre à l’eau et fait la paix avec son père et lui-même.  Ben décide alors de retrouver Rey. Palpatine, conscient de se qui vient de se dérouler, demande à son allié le plus fidèle, le général Pryde de détruire la planète Kijimi afin d’installer un climat de terreur.

Alors que la Résistance pleure sa Générale, dont le corps n’a pas disparu, Rey est seule et décide de tout abandonner. Alors qu’elle jette le sabre d’Anakin dans les flammes, la main bionique du spectre de Luke la saisit. Le Jedi va révéler à Rey qu’il était au courant depuis le début de ses origines, tout comme sa sœur le savait également. Toutefois, malgré l’héritage qu’elle a à porter, Luke est convaincu que l’âme de Rey est pure. Toutes les générations de Jedi vivent en elles. Le vieux maître lui offre deux présents : son X-Wing, sorti des eaux, et le sabre de sœur. Pour affronter Palpatine, cela lui sera utile…

La dyade de la Force

Seule, Rey se rend sur Exegol, prête à en finir avec son grand-père. De leur côté, Poe et Finn dirigent la Résistance et s’apprête à affronter la flotte de Destroyer du Seigneur Sith. Ils sont rapidement rejoints par de nombreux alliés venus des quatre coins de la Galaxie, rassemblé par Lando Calrissian.

Dark Sidious, affaibli et incapable de se mouvoir par lui-même fait face à Rey : lui confirmant la vérité, il lui demande de diriger la Galaxie, en prenant place sur le trone. Mais avant, elle doit le tuer, afin qu’il puisse transférer son esprit dans son corps, et enfin redevenir tout puissant. Si elle ne s’exécute pas, tous ses amis mourront. Ben débarque alors pour la sauver, mais doit affronter ces anciens alliés, les Chevaliers du Ren. Sidious ordonne à ses troupes de commencer à détruire toutes les planètes qui se trouve en face de leur chemin, et de mettre fin à la Résistance. Rey accepte alors de se sacrifier afin d’arrêter le massacre. Cependant, Ben, venu à bout des Chevaliers, se joint à Rey et se décide à affronter Palpatine.

Contre toute attente, le Seigneur Sith use de ses derniers pouvoirs afin de prendre la Force qui unit Rey et Ben. Il se régénère totalement et redevient tout puissant. Palpatine se décide à tuer le dernier des Skywalker, et propulse Ben dans un précipice. Rey devra affronter Sidious seule. Le Sith lui envoie toute la puissance de ses éclairs, tandis que celle-ci tente de les parer, avec les sabres d’Anakin/Luke et de Leia. Si les Siths sont avec l’Empereur, tous les spectres des Jedis disparus s’unissent avec Rey et l’aide à le vaincre et le faire disparaître définitivement. Cependant, l’effort est tel que la jeune Jedi succombe également.

Ben, qui s’était accroché aux parois de pierre, remonte la pente et trouve Rey gisant sur le sol. Il utilise alors toute son énergie pour la ramener à la vie. Se réveillant, Rey embrasse Ben, mais celui-ci disparaît presque aussi tôt, faisant corps avec la Force. Leia disparaît également, partie en paix.

ks

Une grande fête est organisée et les héros sont acclamés. Rey décide de partir pour Tatooine, trouvant la vieille maison des Lars : elle enterre dans le sol les sabres de Luke et Leia, avant de prendre définitivement le nom de Rey Skywalker.

L’hommage à Leia

Ultime film de la saga des Skywalker, L’Ascension de Skywalker a vu son scénario d’origine entièrement réécrit sur à la mort de celle pour qui cela aurait du être « le film » : Carrie Fisher. Très attristée par la perte de la Princesse Leia, les Studios ont dû revoir leur plan et décider ou non d’inclure son personnage dans le récit.

Comme un puzzle, J.J.Abrams a décidé d’employées des séquences inutilisée des épisodes VII et VIII afin de redonner vie une toute dernière fois à son personnage. Même si sa présence n’est visible que durant 8 minutes à l’écran, la Princesse Leia semble plus vivante que jamais, tant l’intégration de ces scènes a été fait de manière intelligente.

Le film, sans lui être dédié, lui rend hommage en offrant aux fans une séquence (tirée d’un rush du film Le retour du Jedi), où on la voit s’entraîner avec Luke au sabre Laser, sur la planète d’Endor. On prend conscience qu’en plus d’être une Générale et une ancienne Princesse, elle était également un Maître Jedi à part entière : c’est elle qui forme Rey au début du long métrage, sa voix s’ajoute à celles des autres (Obi-Wan Kenobi, Qui-Gon Jinn, Kennan Jarrus, Yoda, Mace Windu, Luke, Anakin, …) lors du combat final, … On comprend que si elle n’était pas tombée enceinte, elle serait devenue un grand Chevalier Jedi également. Son sabre bleu, sorte de jumeau de celui de Luke/Anakin, en est la preuve la plus grande.

s

Je suis une Skywalker

Cet épisode IX répond donc à la question centrale de l’identité de Rey : cette quête des origines avait démarré pour cette jeune orpheline par un souvenir brumeux de son abandon. Elle s’était ensuite attachée à chaque figure adulte que sa route avait croisée, les identifiant à des parents potentiels (Han, Luke et puis Leia). En proie au doute, Ben lui avait fait comprendre que dans une histoire aussi complexe ces parents n’étaient que de simples ferrailleurs, autrement dis personne de notable, aucune figure légendaire.

Cependant ces inconnus étaient la progéniture de l’Empereur Palpatine lui-même : ayant survécu à sa chute dans le puits d’énergie, Sidious (où son esprit ?) a survécu dans un corps calciné (il pourrait s’agir d’un clone dont le corps se désagrège avec le temps en raison de sa puissance d’après la novélisation du film…), préparant son retour avec impatience. Lorsque la caméra le film, c’est toujours dans l’ombre, avant de l’éclairer une fraction de seconde, dévoilant toute l’horreur de son apparence : aveugle, les doigts déchiquetés, incapable de se déplacer, maintenu en vie par une sorte de machine artificielle. Le mal absolu l’habite toujours cependant, et seul sa soif de pouvoir lui donne un but.

palp

Rey, en apprenant la vérité sur sa filiation biologique, est choquée : en proie au doute, elle pense qu’elle ne peut être vouée qu’à faire le mal, car le mal lui-même l’a enfantée. À plusieurs reprises, elle pense sombrer vers le côté obscur, non pas par envie mais bien par un comportement naturel qui la pousse à faire le mal : Par exemple, lorsqu’elle tente de retenir le vaisseau où elle croit que Chewbacca est fait prisonnier, elle recourt à la Force mais finit par faire exploser l’appareil. Ou encore lorsqu’elle affronte son double maléfique, vision d’horreur qui la déstabilise totalement, la fuyant sans réellement l’affronter.

En tuant Ben, elle se sent triste : Leia s’est sacrifié pour le ramener à la raison, et tout cela aura été fait en vain. La perte de cette « mère de substitution » est si lourde qu’elle décide de ramener le garçon à la vie. Choquée d’elle-même, elle fuit sur Ahch-To. Seul Luke pourra lui faire comprendre que ses origines ne peuvent pas la définir totalement. Elle est une bonne personne, dévouée aux autres. Rey devra cependant empêcher son tyran de grand-père de revenir sur le devant de la scène et rétablir la paix dans la galaxie.

La dernière scène le prouvera : en substitution sa filiation biologique par une filiation symbolique, Rey devient une Skywalker. On est ce que l’on choisit d’être, le destin et la fatalité n’existe pas. C’est elle, l’ascension de Skywalker. Un comble pour une Palpatine.

Fan Service

Dans ce dernier épisode, J.J.Abrams semble avoir eu les poings moins liés que lors du film Le réveil de la Force. Il ne se contente plus de dépoussiérer le mythe en en offrant une relecture, il prend davantage de liberté, apportant sa propre contribution à la saga : en cela, Abrams lorgne vers ce que Rian Johnson avait réalisé dans l’épisode VIII. Un film créatif, où l’on montre des choses encore jusque-là jamais vue, et où les surprises sont légions. Il cherche moins à plaire et davantage à « raconter ».

Cependant, il ne tient pas compte des balises laissées par son prédécesseur qui avait redistribués les cartes et refusés de répondre de la façon attendue par les fans à certaines questions. C’est une jolie manière de repartir à zéro, en faisant table rase du passé. Ainsi, Rey, fille de « personne » devient la petite fille de Palpatine ; Snoke, le leader Suprême dont la mort frisait le ridicule, se voit devenir une création de l’Empire, une poupée de chiffon contrôlée par Sidious ; Luke redevient brave et courageux et rattrape le sabre de son père, là où il l’avait précédemment jeté : il affirme même qu’il faut traiter ce genre d’objets avec bien plus de respect. En d’autres termes, la mésentente entre les deux cinéastes est bien visible.

L’intrigue est dense et complexe : on a parfois l’impression d’avoir deux films en un seul (une rumeur allait d’ailleurs dans le sens que J.J.Abrams souhaitait couper son long-métrage en deux parties, mais que Disney aurait refusé). Mais c’est aussi cela qui permet d’avoir une histoire finalement très riche, où l’on voyage énormément, allant d’une planète à une autre. Visuellement, le soin a été apporté aux détails et certaines séquences sont à couper le souffle.

Les combats au sabres lasers sont légions et spectaculaire : la scène où Rey et Ben s’affrontent sur l’épave de l’Étoile de la mort, et que le courant de l’eau les envahi (cette séquence aurait d’ailleurs nécessité plusieurs jours de tournage et aurait été particulièrement difficile à tourner) est absolument époustouflante. Le combat aérien à travers le temps et l’espace (entre le vaisseau de Ben et la planète Kijimi) l’est tout autant.

La Force, mystique dans la trilogie originale, puis scientifique car quantifiable et mesurable dans la prélogie, est à nouveau complété ici, par le fait qu’elle est synonyme de puissance absolue : J.J.Abrams, impressionné par l’idée de Ryan Johnson, d’inclure de nouveaux pouvoirs à la Force (les projections astrales en tête), se  montre visiblement inspiré, car il ajoute le pouvoir de guérison (teasé dans la série The Mandalorian), le fait de pouvoir voir le passé (à travers les flash-back de l’enfance de Rey) et le pouvoir de destruction (Rey fait exploser un vaisseau). Il répond également à la question de savoir comment peut-on vaincre la mort : Il s’agit d’absorber la puissance de son adversaire.

Le lien entre Rey et Ben est très intense et puissant : il s’agit d’une dyade de la Force, la clé pour le retour de Palpatine au pouvoir, qui forme avec eux une tryade. Ce lien est assez rare et donc d’une grande valeur.

J.J. Abrams a tenu également à faire plaisir aux fans de la première heure, en ajoutant des clins d’œils ou des scènes qui permettent de boucler une boucle ouverte depuis de nombreuses années : ainsi, Chewbacca reçoit enfin une médaille pour son courage, là où il s’était contenté d’observer Luke et Han en avoir une lors de l’épisode IV ; Luke soulève le X-Wing sous l’eau, là où il avait échoué dans l’épisode V, laissant Yoda le soin de le faire ; Lando Calrissian signe son grand retour, alors qu’il semblait avoir été oublié lors des épisodes VI et VII ; C-3PO retrouve ici un rôle plus important, comme c’était le cas dans la trilogie originale ; Leia utilise à nouveau la Force et se bat même avec un sabre laser, … Les jouets ne seront pas oubliés, car avec Babu Frik, les enfants seront ravis d’avoir un extra-terrestre aussi atypique.

Pour la dernière fois, à 87 ans sonné, le compositeur historique de la saga, John Williams, est de retour à la baguette et signe ici une bande-son d’une riche intensité : toujours très classique, sa partition allie tant les morceaux plus classiques (le thème de la Force, celui de Han et Leia, le thème de Rey, …) que de nouveaux titres (Farewell, The Force is with you, …). Et c’est toujours aussi vivant et pleins de nostalgie. À noter que le compositeur fait également un petit caméo dans le film… (notre note : 10/10).

o


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema