A crazy world



920.Mars Attacks !

Image de prévisualisation YouTube

Avec Mars Attacks !, sorti en 1996, Tim Burton concoctait à la fois un film de science-fiction style année 50-60 et une satire sociale grinçante sur l’Amérique. Avec un scénario tenant sur un mouchoir de poche, il réalisait là un film empli d’humour et avec des moyens ridicules, là où la mode était aux effets-spéciaux dantesques.

Les martiens débarquent sur la Terre : un message annonce leur arrivée imminente sur les ondes radios. Ils viennent en paix Tout le monde est surprit de cette venue et la prépare avec un comité d’accueil composé du gratin national, de membres de l’armée et de plusieurs politiciens. Cependant, il n’en sera rien : les Martiens viennent en réalité prendre possession de la Terre et tuer ses habitants. Ils vont nous imiter en se moquant de nous (la femme plantureuse sous les traits de  l’étrange Lisa Marie), nous utiliser dans d’effroyables expériences, nous arnaquer avec des protocoles de paix et nous observer avec délectation : en somme, Mars attaque.

Convoquant une pléiade de stars à cet odieux jeu de massacre, parmi lesquelles on peut citer Jack Nicholson (en président des États-Unis dépassé), Glenn Close, Annette BeningPierce BrosnanNathalie Portman, Danny de VitoMichael J.Fox ou encore Tom Jones, Tim Burton se prend pour Ed Wood, le pire réalisateur de tous les temps, avec ce film kitch à outrance, tant dans l’apparence de ces martiens puisée dans un jeu de cartes à collectionner Topps mimant une invasion extra-terrestres que dans son utilisation de tasses pour donner vie à ses soucoupes volantes.

Toujours délirant, Burton utilise ses Martiens comme un instrument de destruction massive des fleurons de la culture américaine : la chambre du congrès est incendiée, le président tué par une poignée de main mortelle en signant ce qui s’avérera être un accord de pacotille, le drapeau américain brûlé, le Mont Rushmore voit ses têtes refaites, la gestion du pays est confiée à des gens qui n’y connaissent rien, les scientifiques ne sont pas de grands génies … La société est pourrie jusqu’à l’os, ces citoyens ne faisant que consommer et n’étant pas plus étonné que cela en découvrant les visiteurs d’ailleurs pour la première fois. Les jeunes semblent blasés et ne parlent plus vraiment avec leurs parents. L’humour noir, cher à Burton, est omniprésent.

Du côté des Martiens, le bilan n’est guère plus brillants : ils sont complètement idiots. La Country music, style musical pas au goût de tous aura raison de ceux-ci. Et le véritable héros de l’histoire ne sera pas issu des forces de l’ordre -incapables d’assurer la protection de la population-, mais bien du petit-fils d’une vieille dame qui viendra secourir sa grand-mère oubliée de tous. Comme toujours, chez Burton, le véritable héros a le profil discret (notre note : 9/10).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema