A crazy world



929.La Trilogie Jurassic Park.

Image de prévisualisation YouTube

Plus de 25 ans après la sortie du premier film, en 1993, focus sur la trilogie de films à succès Jurassic Park.

Jurassic Park : Un livre à l’origine

Michaël Crichton, auteur américain, publia Jurassic Park en 1990. Ce livre rencontra un immense succès à sa sortie, devenant un best-seller et provoquant un véritable engouement pour les dinosaures. Le romancier n’en était pas à son coup d’essai, puisqu’il s’agissait de son 17e ouvrage. Le processus d’écriture fut long, puisque l’auteur commença à travailler sur ce projet dès 1983, envisageant celui-ci d’abord comme un scénario de film où il était question d’une équipe de scientifiques recréant un dinosaure.

Crichton a véritablement popularisé un genre atypique en littérature : celui du techno-thriller. Il s’agit d’une branche présentant les caractéristiques du thriller (sentiment de peur, de crainte) mais avec ses propres spécificités :

  • -l’intrigue se situe à notre époque pour que le récit paraisse vraisemblable
  • -Un conflit politique survient (souvent une guerre, mais il peut s’agir aussi de terrorisme, de corruption,…)
  • -la présence de scientifiques dans le récit
  • -le recours aux technologies
  • -plusieurs intrigues : une principale et des parallèles
  • -le recours au suspense

Crichton était aussi réalisateur de Mondwest, qui inspirera l’excellente série télévisée Westworld, et le créateur de la série médicale Urgences. En dehors des deux Jurassic Park qu’il écrivit, il est célèbre aussi pour Prisonniers du tempsSphèreCongo et Next. Crichton disparut en 2008, emporté par un cancer, à l’âge de 66 ans.

Spielberg : Jurassic Parc

Le cinéaste Steven Spielberg manifesta un grand intérêt à l’idée de mettre en scène le roman Jurassic Park. Bien sûr, il prit quelques libertés par rapport à l’histoire originale, ce que Crichton lui concéda sans trop de problèmes.

Dans ce film, John Hammond (Richard Attenborough), milliardaire excentrique, a réussi à faire l’impossible : ouvrir un parc d’attraction où les visiteurs pourront admirer de véritables dinosaures ! Grâce à son équipe de scientifiques, il est parvenu à ressusciter les dinosaures grâce à l’ADN de moustiques fossilisés dans la sève des arbres. Afin de s’assurer que tout est parfaitement en ordre au niveau de la sécurité, il convoque une équipe de 3 scientifiques sur l’île de Isla Nublar, avant d’ouvrir son parc. L’équipe se compose des docteurs Alan Grant (Sam Neill), Ellie Satler (Laura Dern) et Ian Malcolm (Jeff Goldblum), tout trois étant des sommités dans leurs domaine. Si la magie opère dans un premier temps, devant l’immensité de ces créatures d’un autre temps, elle cède bientôt le pas à l’horreur lorsque le pire arrive, causé par l’un des employés du parc : le système de sécurité est désactivé…

Jurassic Parc, sorti en 1993, c’est à la fois le plus gros succès de Spielberg (le film rapporta plus de 1 milliard de dollars) et le moment d’une avancée majeure pour les effets-spéciaux : Jurassic Park combine à la fois animatronix, go motion (création de volumes) et dinosaures créés en images de synthèses. Le film récolta également 3 oscars.

Distillant de la tension et du suspense dans son long-métrage, Spielberg joue à faire peur aux spectateurs. La part belle est fait aux enfants, qui seront placés à l’avant plan, afin de rappeler que le cinéaste adresse son film à tous, et surtout au petit être qui sommeille en lui. Les films suivants reproduiront le procédé à chaque reprise. Les adultes ne sont pas exemptés de cette curiosité propre aux enfants, posant sans cesse des questions. Il n’y a également qu’à constater la tête béate d’admiration de Grant lorsqu’il voit pour la première fois un brontosaure.

Spielberg choisi également de changer volontairement la fin du film, afin de magnifier le T-Rex, et de faire de lui la star du film. La puissance de celui-ci, la violence de ses crocs et son combat avec les raptors contribuèrent à faire de lui la créature la plus effrayante du récit. La scène de la cuisine, où les petits enfants de Hammond tentent d’échapper aux effroyables raptors comprend aussi son lot de tensions. Spielberg fait également de Hammond homme gentil mais inconscient, arborant la tenue du docteur Moreau dans le film de 1977, loin du monstre imaginé par Crichton.

Le récit peut être vu comme une réflexion à la fois sur les dangers des manipulations génétiques, où à force de se prendre pour Dieu, l’homme se casse royalement les dents, et ne pas jamais être sûr de tout contrôler. C’est aussi un rappel du fait que la Nature reprend ces droits, lorsqu’elle est malmenée. Et aucune technologie ne peut la détruire.

Spielberg : Jurassic Park : le monde perdu

Crichton offrit une suite à son célèbre roman. Publié en 1995, Le monde perdu permettait de prolonger l’aventure Jurassic Parc. L’intrigue se déroulait sur une deuxième île, Isla Nublar, identique à la première, mais où les dinosaures vivaient en captivité, et où l’homme ne s’était jamais aventuré. En effet, John Hammond, avait élevé en secret d’autres dinosaures. Spielberg manifesta beaucoup d’intérêt pour ce second volet, qu’il mit en scène en 1997, opposant deux équipes de scientifiques : l’une, pacifiste, venu observer les dinosaures, et l’autre, dirigée par des bureaucrates, et souhaitant réouvrir un nouveau parc. Pete Postlethwaite, dans le rôle du chasseur de T-Rex, livre une prestation marquante.

Le scénario du film repris à la fois des éléments non utilisés du premier roman et la trame du second. La trame où le T-Rex s’échappe du cargo et sème le chaos dans San Diego est un ajout du film.

À nouveau, la magie opère : quelques instants suspendus en compagnie de Julianne Moore, dans le rôle d’une scientifique, éberluée devant la beauté d’un bébé stégosaure. Mais Spielberg questionne surtout sur les rapports entre l’homme et les espèces animales, parfois vue sous le prisme scientifique, parfois sous celui de la chasse, et parfois sous celui -et c’est évidemment le meilleur- d’un respect mutuel. La protection des animaux reste un combat indigeste face à l’absence de moral des hommes.

Joe Johnson : Jurassic Park 3

En 2001, Joe Johnson fut choisi pour mettre en scène le 3e volet de la saga cinématographique Jurassic Parc. Initialement, l’homme devait mettre en scène le deuxième film, mais Spielberg était tant désireux de le faire que Johnson lui agréa cela, mais obtint l’assurance de pouvoir réaliser le potentiel troisième film. Dans celui-ci, le docteur Alan Grant va se retrouver bien malgré lui sur Isla Nublar, en compagnie d’un couple brisé qui recherche leur fils disparu.

Dans ce film, un autre dinosaure vient voler la vedette au T-Rex : le mastodonte Spinosaure, créature de près de 5 mètres de haute, avec une crête sur le dos. Les scènes dantesques s’enchaînent à un rythme effréné, allant du crash d’avion causé par le Spinosaure, l’évasion dans la grande volière ou encore la traque par les vélociraptors. Sans être du niveau de ses prédécesseurs, le film continue néanmoins de remplir le cahier des charges. Johnson, faiseur d’images, s’oriente davantage vers un film d’action, édulcorant le côté scientifique très présent dans les précédents volets.

Sans adapter un nouveau roman -Crichton n’ayant pas écrit de suite-, le film utilise des éléments non-retenus dans les deux livres de départ et offre ainsi un divertissement plus familial.

John Williams à la baguette

Immense compositeur, ayant collaboré avec Spielberg dans la plupart de ses films, John Williams s’occupa également de celle de Jurassic Park. Travaillant vite, il lui fallut un mois pour composer et enregistrer tous les thèmes du long-métrage. Il réitérera pour le second volet, avant de céder sa place lors du 3e à Don Davis, trop occupé à travailler sur la bande-son de Harry Potter à l’école des sorciers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema