A crazy world


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie actualité.

549.Trump Ier…où le déclin de l’Amérique.

ac

(source image : http://www.rollingstone.com/politics/features/the-violence-of-donald-trump-w444012 )

   Depuis le 20 janvier les USA ont un nouveau président, Donald Trump.On le savait depuis quelques temps déjà…et on craignait le pire pour les Américains.Et depuis son investiture, Trump est en train de détricoter tout ce qui a été battis par Barack Obama, son prédécesseur.Aujourd’hui, le peuple réclame sa destitution.Ils le prennent pour un dictateur, un misogyne et un raciste.La comparaison avec Hitler n’est pas loin.

   On a pu penser que Trump n’était qu’un personnage dans sa campagne, une sorte de clown cinglant l’air en faisant du show à l’américaine, dont les paroles dépasseraient les actions qu’ils réaliseraient…il semblerait que Trump soit bien celui qu’il semble toujours avoir été.Un type qui entent réaliser ce qu’il a promis à son peuple…du moins à ceux qui ont voté pour lui.

   Beaucoup de décrets-lois (7 !!! ) ont été signés par Trump ces derniers jours, conférant à la fonction présidentielle une puissance jusque-là peut soupçonnée, mais ce qui semble avoir été la goutte faisant déborder le vase est la mesure par laquelle, il interdit aux immigrés en situation irrégulières (il s’agit d’immigrés issus de 7 pays islamiques)  de séjourner temporairement (90 jours) aux USA.Certains tribunaux refusent d’appliquer le fameux décret.Ce décret, émanant du pouvoir exécutif est contraire à la Constitution Américaine.Les USA  forment une démocratie, avec 3 pouvoirs et un système de check-and-balances (le pouvoir arrête le pouvoir) : le Congrès peut donc s’opposer aux décisions de Trump. Sauf que, pour l’instant, ils ont décidés de le laisser un peu gérer comme il veut, lui, qui a été élu démocratiquement par le peuple lui-même…

   Le premier jour, Donald s’est empressé de supprimer l’Obamacare, qui instaurait une sécurité sociale à tout les américains ! Ensuite, il a empêché que de nouveaux fonctionnaires soient engagés au niveau fédéral et confirmer ses positions anti-avortement en arrêtant de financer des ONG qui défendaient l’avortement.Sa politique d’urbanisme semble être locale, préférant chercher l’acier dans son pays.

   On reproche aussi au magnat de l’immobilier d’avoir pondu un acte par lequel il se retire du traité de libre-échange transpacifique. Pour l’instant, pas de chute du dollars, d’augmentation drastique du chômage,…statut quo en somme.

   Ce soir, Trump va dévoiler du juge qu’il a choisi pour siéger à la Cour Suprême des États-Unis, juridiction suprême tranchant les conflits en matière de droits civils et politiques (les droits essentiels du citoyen américain).Autant dire que son identité risque de tomber comme un coup de massue…les choix de Trump pour nommer les membres de son administration ayant été déconcertants jusqu’à présent.Toutefois, le Sénat a la possibilité de refuser le candidat proposé par le président.Mais le fera-t-il ?

   Il y a décidément quelque chose de pourris au pays de l’oncle Sam.


521.L’histoire complexe du Brexit.

 

Après 43 de relations avec l’Union Européenne, le Royaume-Unis revendique sa pleine indépendance.On parle de Brexit.Mais comment en sommes-nous arrivé là ? Alors que le projet européen était un idéal politique et économique… 

theresa

 

(photo de Theresa May, actuelle première ministre, issue de http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/its-theresa-mays-first-u-8403551 )

Qu’est-ce que le Brexit ? 

 

    Brexit est l’abréviation de British Exit (l’Angleterre dehors) qui est employé pour désigner le départ volontaire du Royaume-Unis de l’Union Européenne.C’est une référence au très peu élogieux Grexit, sanction qui aurait pu voir la Grèce éjectée de l’U.E.

L’U.E. compte 28 pays (appelés des États membres).Mais aucun d’eux n’est théoriquement obligé de rester dans cette organisation contre son gré.On y adhère volontairement.Ce qui veut dire que si un pays souhaite « quitter » l’Union, il peut le faire en invoquant l’article 50 du traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne.La procédure dure environ 2 ans.

 

Qui l’a provoqué ?

 

David Cameron, ancien premier ministre du Royaume-Unis, avait lors de sa campagne pour briguer un 2e mandat à ce poste, promis d’organiser, si il remportait les élections, pour 2017 au grand maximum, un référendum (grande consultation populaire où le peuple est amené à donner son avis, quintessence de la démocratie) sur la question de l’appartenance de son pays à l’Union Européenne.

Ayant réussit à avoir la majorité absolue, Cameron a été réélu.Il devait donc respecter son engagement.Un Sommet européen a eu lieu le 19 février 2016 permettant de fixer la date du référendum au 23 juin 2016.Au cours de référendum, 2 réponses seront possible à la question : Leave (quitter l’U.E.) ou Remain (rester dans l’U.E.).

 

Pourquoi Cameron a-t-il fait cette promesse ?

 

Ce qui est paradoxal, c’est que Cameron est contre le Brexit et pro-européen (cela signifie qu’il aime l’Europe).Cette promesse a été une pure stratégie politique en réalité.Il faut se remettre dans le contexte du moment : le UKIP, parti nationaliste absolument contre l’Europe (donc eurosceptique) connaît un succès fulgurant.De plus, au sein du parti de Cameron, les Torries (le parti conservateur), il y a énormément de pression parmi les députés (on doute énormément en l’U.E., on souhaite être moins intégré dans l’U.E., voir modifier les traités).Mais ce jeu était bien évidemment un jeu dangereux ! C’est pour éviter un vote de défiance de son Parlement que Cameron choisit de démissionner une fois les résultats du référendum dévoilés (et donnant à 51,9 % des voies au Leave).

 

Que s’est-il passé le 15 novembre 2015 ? 

 

David Cameron, avant le Sommet européen du 19 février 2016, anticipe le référendum et présente les 4 exigences du Royaume-Unis, si elle reste dans l’U.E..Un accord, négocié avec Donald Tusk voit le jour, et s’appliquera en cas de maintient du pays dans l’U.E.

Premièrement, concernant l’immigration et la circulation des personnes, il faudra limiter l’aide sociale pour les migrants.Deuxièmement, concernant la monnaie, l’Euro ne doit plus avoir ce statut de suprématie, au profit d’autres monnaies, et concernant les politiques de la zones euro (décidées par les 18 États membres ayant adopté l’euro), elles ne sont plus obligatoires pour les autres états.Troisièmement, il faudra achever la construction du marché unique et prévoir des réglementations moins pesantes pour les entreprises.Enfin, il faudra augmenter le droit de véto des parlements nationaux et retirer la mention de progresser dans une Union qui soit « sans cesse plus étroite » des traités (permettant au Royaume-Unis de se différencier des autres États membres, d’imposer son « statut spécial », plein de particularisme.

 

Pourquoi les anglais veulent quitter l’Union Européenne ?

 

Le savent-ils eux-même ? Il y a plusieurs raisons invoquées : L’immigration pose un grand problème au Royaume-Unis (il semblerait que ce soit la raison majeure de la victoire du Leave, lors du référendum), tant au niveau de l’emploi que des services publics.Ensuite, il y aurait le déficit démocratique qui pèse sur l’U.E., les citoyens ayant l’impression que les décisions viennent uniquement de Bruxelles, d’une classe de dirigeant très éloignés des problèmes nationaux.On évoque également une raison économique : le Royaume-Unis donnant pour le budget de l’U.E. prêt de 10 milliards par an, alors que cet argent pourrait servir à autre chose…

 

Theresa ou Andrea ?

 

Après le départ de Cameron, deux candidates se présente pour lui succéder : la première est bien connue du grand public, ayant été sa ministre de l’Intérieur durant son mandat.Theresa May est une eurosceptique, même si par solidarité pour son premier ministre, elle a soutenu sa campagne pour le maintient du Royaume-Unis dans l’U.E..La dame est peu appréciée et souvent comparée à Margaret Thatcher.La deuxième est moins connue : Andrea Leadsom est également eurosceptique, et est une ancienne banquière devenue secrétaire d’État à l’énergie sous Cameron.Sa campagne a été soutenue par Boris Johnson, l’ancien maire de Londres.On lui reproche d’avoir peu d’expérience.

Mais d’élection il n’y aura pas…Theresa a été élue d’office après le désistement d’Andrea, qui a commis une bourde monumentale.Lors d’une interview, elle critique sa concurrente, qui n’a jamais pu avoir d’enfant et le l’avantage qu’elle en retire par rapport à cette dernière.Vivement critiquée, Andrea abandonna la course.Pas rancunière pour un sous, Theresa la nomma secrétaire d’État à l’environnement.

 

Qu’en est-t-il du futur ? Et de l’Écosse ?

 

Personne ne sait exactement comment va se dérouler ce Brexit (il pourrait être repoussé début 2017, voir fin 2017 au dernière nouvelle) ni même quel impact il pourrait avoir pour le Royaume-Unis et le reste de l’U.E…Les avis sont divergents et ne permettent pas de se faire une idée précise.D’autant que, dans un récent discours, Theresa May en a effrayé plus d’un en ne donnant aucune garantie aux ressortissants européens établis au Royaume-Unis sur le fait qu’ils puissent rester…

À coup de réformes sociales, et en se dotant d’une véritable politique industrielle mettant l’accent sur le secteur secondaire (les industries locales), la première ministre entend moderniser l’Angleterre.Mais il lui reste un problème de taille à régler : l’Écosse.Car si le référendum donnait la victoire du Leave ches les anglais, il n’en était pas de même pour les écossais, qui avait 62 des voies en faveur du Remain (maintient dans l’U.E.).Beaucoup espère d’ailleurs un référendum sur la question de l’appartenance de l’Ecosse au Royaume-Unis…ce qui n’arrivera pas, assure Theresa May.Elle entendra le gouvernement écossais et essayera d’avoir une « approche nationale » lors de la négociation pour la sortie avec l’U.E.


508.Le Brexit en 1 minute 30.

Pour ceux qui n’auraient rien compris au Brexit, voici une petite vidéo qui le mérite de simplifier une histoire politique complexe…

Image de prévisualisation YouTube

465.Les attentats de Paris…

Que dire des événements qui ont secoués la capitale française la semaine dernière ? Que c’est un drame bien entendu.Une catastrophe qui aura coûté la vie à de nombreuses personnes au nom de quelques fous pensant aller au paradis…c’est épouvantable, inattendu et terrible…il est évident que ces actes doivent être condamnés, d’une façon ou d’une autre.C’est de la violence gratuite et inhumaine.

La France est en deuil (le président à d’ailleurs décrété 3 jours de deuil national), c’est l’attaque la plus violente depuis la seconde guerre mondiale ! C’est vous dire à quel point c’est grave…Le Bataclan, salle de spectacle où se produisait un groupe de rock est devenu un étau pour les victimes, le lieu de leur mort…car leurs bourreaux n’ont pas fait de distinction, ils ont tirés, voulant juste « tué »…au nom de quel droit peut-t-on ôter la vie d’autrui ? Quand au restaurant asiatique, au stade de football et tout les autres lieux visé cette nuit là, le mode opératoire a à chaque fois été le même.

Des gens clament qu’ils se méfient des étrangers, quand on reprend les discours de certaines personnes, ils font l’amalgame terroriste = musulman…mais c’est faux ! La religion coranique est une bonne religion, avec un message de paix et de tolérance, et ceux qui l’interprète pour faire le Djihad n’ont de toute évidence rien compris ! Et parmi « les djihadistes » (qui seraient plus de 125000 dans L’E.I.), il y a des gens bien de chez nous : des belges, des français,…des chrétiens reconvertis aussi !

Toujours est-il que pour les familles des victimes, pour tout ces gens, le choc est immense, la blessure ouverte…alors oui, avec le temps, la vie finira irrémédiablement par reprendre son cours, mais en attendant, il faut le vivre…nous ne sommes désormais plus en sécurité nul part.Ce qui est édifiant, c’est que ça aurait pu arriver à n’importe qui, se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment…que les personnes tuées n’étaient pas « visées de manière précise » mais que ces actes de terrorismes multiples étaient au final de la pure barbarie et que le monde n’est pas près d’oublier.Sur ce, je terminerai en présentant tout mon soutient aux survivants, aux familles des victimes et aussi à la République Française, grande et belle nation, qui se relèvera de cette tragédie.


280.La nouvelle chanson des Enfoirés fait débat : pourquoi ?

Image de prévisualisation YouTube

Dans leur nouveau clip, « Toute la vie », mit en ligne le 23 février 2015, les Enfoirés, collectif musical oeuvrant à l’initiative des restos du coeur , entonnent une chanson visiblement très critiquée, dont les paroles ont été élaborées par Jean-Jacques Goldman.On lui reproche d’être « anti-jeune » et de montrer le conflit entre les générations de manière très brutale, appelant le fait que le jeunes sont les constructeurs de leur avenir et qu’ils doivent se retrousser les manches afin d’obtenir ce qu’ils veulent.Goldman s’est expliqué en disant que son message a été mal compris car selon lui, les adultes sont autant dans le faux que les jeunes.Mais que dans le refrain, il évoque l’espoir d’agir maintenant, à notre tour.

Les associations protégeant les handicapés sont scandalisés par le fait qu’il leur demande de savourer ce qu’ils ont et que même si leur existence n’est pas facile, ils doivent « arrêter de se plaindre ».Mais chez les Enfoirés, on le dit : la chanson ne voulait pas choquer mais apporter de l’espoir.Notre monde est imparfait et on critique ouvertement ses acteurs.Mais nous, en tant que futurs acteurs, parviendrons-nous à changer la donne ? Pour Goldman, c’est sur : il faut faire confiance au futur…cette chanson est un appel à prendre son envol , une ode ouverte , un hymne à la vie.


330.L’acteur Robin Williams est décédé.

Robin_Williams_Happy_Feet_Premiere_2006

La nouvelle en a surprit plus d’un mais l’un des meilleurs acteurs de tout les temps est mort hier soir, 11 août 2014.Il n’avait que 63 ans.Il semblerait qu’il se soit suicidé (asphyxie) et que ces derniers temps, on le disait dépressif.

Petit florilège donc pour cet acteur qui se décrivait comme avant tout « comique ».Il débutera sa carrière, en 1974, dans un épisode de la série « Happy Days » ,qui lui vaudra d’avoir sa propre série, « Mork et Mindy » où il incarnera un extra-terrestre durant 4 saisons.

Mais c’est en 1980 qu’il débute au cinéma en incarnant le rôle titre de « Popeye ».Suivront « Le monde selon Garp », « Good Morning Vietnam » et surtout « le cercle des poètes disparus » où il « est » le professeur John Keating.Il n’aura que des grands rôles : Peter Pan dans « Hook », Alan Parrish dans « Jumanjy », Patch Adam dans « Docteur Patch » et même un robot dans « L’homme bicentenaire ».

Récompensé aux oscars en 1998 pour   »Will Huntting », il continue d’alterner entre grands et petits films comme « Au-delà de nos rêves » ou encore « Flubber » (en prof déjanté).Il se déguisera en femme aussi dans « Madame Doubtfire » en 1994 et qui devait connaître une suite en 2015.

Les années 2000 seront plus discrètes pour lui : en tueur dans « Insomnia » (2002), en Roosevelt dans la trilogie « la nuit au musée » ou en prêtre dans « permis de mariage » (2007).Williams sera aussi la voix originale du génie dans Aladdin.On pouvait dire que là encore, il atteignait des sommets. R.I.P.


327.Ouverture d’un portail sciences.

Science-Image

Les sciences…elles nous font rêver.Elles nous fascinent.Elles ont omnibulées les scientifiques depuis l’Antiquité et il est fort probable que ce sera toujours le cas jusqu’à la fin des temps.Et pourquoi me direz-vous ? Pour la connaissance, pardis ! L’homme est un être qui veut comprendre comment les choses sont faites, qui tente de trouver une cause tangible à tout les phénomènes dont il est victime.Mais pas seulement : il veut maîtriser ces choses, afin de pouvoir mieux les contrôler.Parfois cela donne des vaccins mais parfois ça donne la bombe nucléaire.Mais n’oubliez jamais ce point fondamental : en science, ce qui est mauvais ce n’est pas ce que des érudits propose, c’est ce qu’ils en font.L’homme qui joue au Prométhée finit toujours pas se brûler les ailes.

Donc, en vrac, il y aura de la biologie, de la chimie, des mathématiques, de la biochimie, de la physiologie, de la géologie, de l’anatomie, de la psychologie (et psychanalyse), de l’astronomie et même de l’astrologie…mais surtout…de la physique ! Car « sciences » est un mot vaste, pluridisciplinaire. Voilà qui devrait en ravir plus d’un.

En vous souhaitant de profiter au mieux de ce « portail », je vous rappelle que le plaisir réside dans le chemin et non au bout.

Bien à vous,

Le créateur.


305.Coupe du monde de football : les belges et les grecs en 8e de finale !

Ce 24 juin 2014, les grecs ont réussi in extremis à marquer le 2e but de la soirée, in extremis, leur permettant ainsi de dépasser la très en forme Côte D’Ivoire et de se voir qualifier pour les 8e de finale.

Les Diables Rouges, équipe belge, à quand à elle, en à peine deux match,, déjà réussi ce tour de force.Leur dernier match contre la Corée est ainsi toujours néanmoins très attendus par les nombreux supporter au couleurs de leur drapeau national.


303.Eli Wallach : mort du méchant du film « le bon, la brute et le truand ».

téléchargement

Le grand Wallach n’est plus, il est mort dans son sommeil la nuit du 24 juin.Il avait 98 ans…presque un siècle.Et on peut dire que sa vie fut chargée. New-yorkais, il naît le 7 décembre 1915 dans une famille juive.Diplômé de l’université du Texas, il officiera en tant que sergent-chef à Hawaï durant la seconde guerre mondiale avant d’aller en France  en tant que second lieutenant.Avec ses camarades, Wallach mettra en scène durant son temps libre une petit spectacle où il se moque allègrement d’Hitler.

En 1945, il fait ses débuts au théâtre où il s’illustre dans notamment « Antoine et Cléopâtre ».Wallach fréquentera ensuite la prestigieuse « Actors Studio » dès son ouverture en 1947.C’est là qu’il recontrera celle qui deviendra sa femme, Juliette Lewis.D’abord acteur à la télévision, notamment dans le rôle du méchant Mr Freeze dans la série télévisée « Batman. »Quelques années plus tard, Eli se lance dans le cinéma où il joue le rôle Silva Baccaro, sorte de Don Juan dans le film d’Elia Kazan « Baby Doll » au côté notamment de Karl Malden.

Dés lors, l’homme se retrouve au grand écran de plus en plus fréquemment comme en témoigne « Les Désaxés » (1961, avec Marylin Monroe et Clark Gable).Il jouera ensuite beaucoup de rôle de méchants, image dont il n’arrivera pas à se défaire : en 1960 en Calvera dans « Les Sept Mercenaires » , « Les Sept voleurs », « Le cerveau » (du français Gérard Oury en 1969) et bien sur « Le bon, la brute et le truand » en 1966 où il incarne Tuco (le truand).Ce film marquera d’ailleurs sa double collaboration avec Clint Easwood -dont il dira le plus grand bien- et Sergio Leone, l’homme derrière la caméra et qu’il critiquera.Les années passant ensuite, l’acteur se cantonne dans énormément de second rôles de choix, comme dans « La théorie des dominos » (1977),   »Cinglée » (1987) ou « Le parrain III » (1990) en Don Altobello…encore un méchant.Il ne cessera pas de tourner : jouant la star sur le déclin dans « the holyday » en 2006 ou dans « Wall Street II » en 2010.En 2011, un prix spécial pour sa carrière lui a été décerné…un oscar.

imextra

 

  • 1956 : Baby Doll d’Elia Kazan : Silva Vacarro
  • 1958 : The Lineup de Don Siegel : danseur
  • 1958 : The Plot to Kill Stalin3
  • 1960 : Les Sept Mercenaires (The Magnificent Seven) de John Sturges : Calvera
  • 1960 : Les Sept Voleurs (Seven Thieves) de Henry Hathaway : Pancho
  • 1961 : Les Désaxés (The Misfits) de John Huston : Guido
  • 1962 : Aventures de jeunesse de Martin Ritt : John
  • 1962 : La Conquête de l’Ouest (How the West Was Won) de Henry Hathaway,John Ford et George Marshall : Charlie Gant
  • 1963 : Les Vainqueurs (The Victors) de Carl Foreman : le sergent Craig
  • 1965 : Lord Jim de Richard Brooks : le Général
  • 1965 : Genghis Khan d’Henry Levin : le Chah de Khwarezm
  • 1966 : Opération opium (The Poppies Are Also Flowers) de Terence Young : Happy Locarno
  • 1966 : Comment voler un million de dollars (How to Steal a Million) de William Wyler : Davis Leland
  • 1966 : Le Bon, la Brute et le Truand (Il Buono, il brutto, il cattivo) de Sergio Leone : Tuco le « truand »
  • 1967 : The Tiger Makes Out d’Arthur Hiller : Ben Harris
  • 1968 : Les Quatre de l’Ave Maria de Giuseppe Colizzi : Cacopoulos
  • 1969 : Le Cerveau de Gérard Oury : Frankie Scannapieco
  • 1969 : L’Or de MacKenna (Mackenna’s Gold) de J. Lee Thompson : Ben Baker
  • 1970 : Zigzag de Richard A. Colla : Mario Gambretti
  • 1971 : Le Roman d’un voleur de chevaux (Romance of a Horsethief) d’Abraham Polonsky : Kifke
  • 1973 : Permission d’aimer (Cinderella Liberty) de Mark Rydell : Lynn Forshay
  • 1975 : Le Blanc, le Jaune et le Noir (Il bianco, il giallo, il nero) de Sergio Corbucci : shérif Edward « Black Jack » Gideon
  • 1976 : Independence de John Huston : Benjamin Franklin
  • 1977 : La Sentinelle des maudits (The Sentinel) de Michael Winner : le détective Gatz
  • 1977 : Les Grands Fonds (The Deep) de Peter Yates : Adam Coffin
  • 1977 : La Théorie des dominos (The Domino Principle) de Stanley Kramer : le général Reser
  • 1978 : Girlfriends de Claudia Weill : Rabbi Gold
  • 1978 : Folie Folie (Movie Movie) de Stanley Donen : Vince Marlow, Pop
  • 1978 : Le Cercle de fer (Circle of Iron) de Richard Moore : l’homme-pétrole
  • 1979 : L’Arme au poing (Firepower) de Michael Winner : Sal Hyman
  • 1980 : Le Chasseur (The Hunter) de Buzz Kulik : Ritchie Blumenthal
  • 1981 : La Salamandre (The Salamander) de Peter Zinner : le général Leporello
  • 1986 : Coup double (Tough Guys) de Jeff Kanew : Leon Little
  • 1987 : Cinglée (Nuts) de Martin Ritt : Dr Herbert A. Morrison
  • 1990 : The Two Jakes de Jack Nicholson : Cotton Weinberger
  • 1990 : Le Parrain 3 (The Godfather: Part III) de Francis Ford Coppola : don Altobello
  • 1992 : Hollywood Mistress (Mistress) de Barry Primus : George Lieberhof
  • 1992 : La Loi de la nuit (Night and the City) d’Irwin Winkler : Peck
  • 1992 : Article 99 d’Howard Deutch : Sam Abrams
  • 1995 : « Two Much » de Fernando Trueba : Sheldon
  • 1996 : The Associate de Donald Petrie : Donald Fallon
  • 2000 : Au nom d’Anna (Keeping the Faith) d’Edward Norton : Rabbi Ben Lewis
  • 2003 : Mystic River de Clint Eastwood : Mr. Loonie
  • 2006 : The Holiday de Nancy Meyers : Arthur Abbott
  • 2007 : Faussaire de Lasse Hallström : Noah Dietrich
  • 2010 : The Ghost Writer de Roman Polanski : le vieil homme à Martha’s Vineyard(scènes tournées en réalité en Allemagne).
  • 2010 : Wall Street : L’argent ne dort jamais de Oliver Stone : Jules Steinhardt
  • 2010 : New York, I Love You (divers réalisateurs) : Abe

 

 

images

ceremony_wallach_eastwood_deniro


252.De retour et en forme.

Bonne année 2014 à tous ! Après un mois d’absence, votre toujours très dévoué blog revient avec de nouveaux articles qui tenteront d’enrichir votre quotidien et avec toujours comme but de vous apprendre de nouvelles choses.N’oubliez jamais la vie est une quête de connaissance qui tel un puits sans fond ne fait que se remplir.

Le créateur.


123

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema