A crazy world


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Star wars.

874.Star Wars : épisode VII : le réveil de la Force.

Star-Wars-The-Force-Awakens-Affiche

À l’origine

En 2012, lorsque les Studios Disney font l’acquisition de Lucasfilm et de ses sociétés filiales (ILM, LucasArts, …) pour la modeste somme de 4 milliards de dollars environ, ils ont en réalité une idée derrière la tête : faire renaître la saga Star Wars de ses cendres au cinéma, par la réalisation de nouveaux films. À ce moment-là, Star Wars c’est bien entendu la série animée Clone Wars, mais c’est surtout les nombreux comics et livres qui contribuent à faire vivre le riche univers.

Kathleen Kennedy nouvelle présidente, une suite à Le retour du Jedi est annoncée. Rappelant le vétéran Lawrence Kasdan, mythique scénariste de L’Empire contre-attaque et de Le retour du Jedi, l’intrigue, tenue secrète, semblait prometteuse. Pour épauler ce dernier, Michael Arndt, qui avait brillamment écrit Toy Story 3  et le réalisateur annoncé de ce futur épisode VII : J.J. Abrams. Pour les fans, il s’agissait de donner une suite à la trilogie originale, celle qui avait plus à toute une génération de spectateurs et lancé le phénomène Star Wars.

Le tournage du long-métrage débute à Abou Dhabi en avril 2014, et le casting est progressivement révélé : les stars de la première heures (Mark Hamill, Harrison Ford, Carrie Fisher, Peter Mayhew et Anthony Daniels) font leur grand retour, reprenant leurs personnages iconiques, après plus de 30 ans d’absence. De nouveaux acteurs, dont les rôles ne sont pas divulgués sont annoncés : Daisy Ridley, John Boyega, Adam Driver et Oscar Isaac. Les choses ne se passent pas sans encombre, puisqu’en juin 2014, Harrison Ford est victime d’un accident : une porte du vaisseau le Faucon Millénium s’abat sur sa cheville, ce qui interrompt le tournage. D’autant que J.J. Abrams se blesse au dos en voulant l’aider. Les choses reprennent ensuite, et le film est fin prêt pour sa sortie en décembre 2015.

L’intrigue

L’histoire imaginée par Abrams, Kasdan et Arndt est à la fois un hommage et une relecture du film Un nouvel espoir. Le mariage entre une jeune pilleuse d’épaves en quête de ses origines, d’un stormtrooper repenti, d’un pilote sans peur et d’un rejeton voulant désespérément ressembler à son grand-père étaient les ingrédients de ce nouveau long-métrage.

30 ans se sont donc écoulés depuis la chute de l’Empire. Une nouvelle République a vu le jour, mais le côté obscur, toujours vivace, a réussi à se frayer un chemin, et à voir naître le Premier Ordre des cendres de l’Empire. Menée par le mystérieux Suprême Leader Snoke (Andy Serkis), son serviteur dévoué Kylo Ren (Adam Driver) et son armée de stormtrooper, celui-ci sème le chaos dans la galaxie. La résistance, bon pied bon œil, lui tient-tête, menée par la Générale Leia Organa (Carrie Fisher).

Cependant, Luke Skywalker a disparu. Après avoir formé une génération de nouveaux jedi, il a connu un terrible revers lorsque l’un de ses apprentis s’est rebellé contre-lui. Parti à la recherche du premier temple Jedi, le Maître s’est volatilisé.  Leia, souhaitant retrouver son frère et lui demander de rejoindre la résistance envoie son meilleur pilote, Poe Dameron (Oscar Isaac) sur la planète Jakku. Là-bas l’y attend un allié : il s’agit de Lor San Tekka, un prêtre de l’Église de la Force qui sait où est caché Luke. L’information étant secrète, elle est sur un fichier numérique qui contient une carte. Tandis que Kylo Ren, l’apprenti de Snoke arrive précipitamment sur Jakku, Poe n’a pas le choix : il va devoir confier la carte à son robot BB-8, et lui demander de se cacher dans le désert de Jakku. Capturé par le Maître des Chevaliers de Ren, le pilote subit de multiples tortures et avoue où il a caché la carte.

Pendant ce temps, BB-8 tombe sur Rey, orpheline chasseuse d’épave sur Jakku, qui tente de survivre tant bien que mal. Le petit robot lui explique les raisons de sa présence sur ce territoire aride et la jeune femme accepte de l’aider. Sur le vaisseau de Kylo, un stormtrooper dont il s’agit de la première mission décide de se rebeller : il ne veut pas tuer. Aussi il décide de s’enfuir et de se battre pour une cause plus noble que le Premier Ordre : celui que l’on baptisera Finn (John Boyega) libère Poe et s’enfuit avec ce dernier…sur Jakku. Mais poursuivi et touchés par des vaisseaux du Premier Ordre, ils s’écrasent dans le désert de la planète, et seul Finn survit. C’est là que sa route croise celle de Rey et de BB-8. Finn se fait passer pour un membre de la Résistance et gagne ainsi la confiance des deux personnages. Mais leur présence ne passe pas inaperçue et ils doivent quitter Jakku. Les 3 héros embarquent dans une vieille épave : le Faucon Millenium. Ils partent ainsi vers d’autres horizons, mais se retrouve attiré magnétiquement vers un cargo plus grand, qui les happe tout entier.

Avec surprise, il découvre qu’il s’agit du vaisseau de Han Solo (Harrison Ford) et de son acolyte Chewbacca (Peter Mayhew). Redevenu contrebandier, il est empourpré dans de nombreux litiges avec les pires racailles de l’univers. Il a abandonné la résistance, est séparé de Leia, mais accepte pourtant de les accompagner dans leur quête. Leur premier arrêt sera la planète Takodana, où vit Maz Kanata, une amie de Han qui pourra les aider à trouver la Résistance.

Si Finn décide alors de se défiler, ne se sentant pas à la hauteur, Rey tombe sur un trésor inestimable que conservait Maz : le sabre de Anakin Skywalker, celui-là même que Luke perdait en affrontant son père sur Bespin. À son contact, la jeune femme a des visions du passé, et épouvanté, s’enfuit dans la forêt.

Non loin de là, Kylo Ren sait que son père, Han Solo, est revenu dans la course. Snoke le met en garde, sentant une grande confusion en lui, de ne pas basculer vers le côté lumineux de la Force. Mais qui sait réellement ce qui se passe dans la tête de Ben Solo (Adam Driver) ?

Sur Takodana, le Premier ordre attaque le château de Maz Kanata, et tandis que la Résistance sauve in extremis Han et ses compagnons, le pire se produit : Rey est capturée par Kylo Ren et emmenée à bord de son vaisseau, persuadé qu’elle a mémorisé la carte contenue dans BB-8. Leia demande alors à Han d’aller la chercher et de ramener leur fils à la maison.

Torturée par Kylo Ren qui essaye de rentrer dans sa tête en usant de la Force, Rey découvre avec stupeur qu’elle est capable de lui résister : elle possède la également la Force, et va le battre à son propre jeux. Épouvanté, Ben Solo quitte la pièce et s’en va prévenir Snoke. Mais il sent que son père est à présent non loin de lui…

za

Entre hommage, quasi-remake et nouveauté

Très attendus par les fans -aucun Star Wars n’était sorti depuis près de 10 ans-, Le réveil de la Force a rencontré un succès mondial planétaire gigantesque, rapportant plus de 2 milliards au Box-office, talonnant de près un certain Titanic. Des générations de téléspectateurs se sont ainsi déplacés en masse pour voir la suite des aventures de Luke et ses amis.

Cependant, si beaucoup ont aimés, il y en a un certain nombre qui n’a pas apprécié le film. Tout d’abord, l’intrigue a surpris, dès ses premières lignes : Luke Skywalker a disparu. On ne le verra ainsi qu’à la toute fin du long-métrage, lui qui fut le héros de la trilogie précédente. Les fans attendaient de voir ses aventures à lui et ses amis, ce qui expliquait l’engouement pour le film, et se retrouvaient avec de nouveaux personnages, qu’ils ne connaissaient pas encore. Pire, les nouveaux arrivants se révélaient n’être pas à la hauteur de l’héritage attendus et Rey, la jeune orpheline se découvrant dotée de la Force, décriée car les fans estimaient qu’ils ne comprenaient pas comment elle pouvait être aussi forte, et capable de manier un sabre laser là où elle n’avait suivi aucun enseignement. Encore pire, si Han Solo est présent de façon considérable, Leia est reléguée à quelques apparitions, C-3PO à de la figuration, R2D2 est oublié, et Luke se contente d’un simple « caméo ».

Ensuite, les fans ont constaté avec effroi les similitudes avec l’épisode IV de la saga, soit le film originel. En effet, il est question d’un droïde dans lequel sont cachés des plans qui permettront de sauver la galaxie ; de jeunes inconnus croisant la route de ce robot ; d’un jedi parti en exil après une défaite cuisante ; d’une planète -Starkiller- capable de détruire d’autres planètes ; d’un suprême Leader qui a tout d’un Empereur en puissance ; d’un apprenti qui a basculé, … l’impression que rien n’a changé pour les personnages iconiques de la trilogie originale était présente : Han et Chewie sillonnent toujours ensemble l’univers et vivent de combinent foireuses, Leia gère la résistance, Luke s’est exilé pour un petit échec alors que c’est lui qui a ramené son père du bon côté de la Force.

Enfin, le fait que le contexte politique de la saga est relégué en arrière-plan sans raison aucune, le film évoquant l’existence d’une Nouvelle République…réduite en cendre par la base Starkiller en cours de l’histoire…

Cependant, loin de ne pas tenir compte de ces critiques, c’est aller vite en besogne que de considérer Le réveil de la Force comme un mauvais film. C’est même tout le contraire : il reprend les germes de l’épisode IV, pour en fournir une relecture novatrice et témoignant de son respect pour celui-ci. Les clins d’œils sont nombreux, pas seulement sur le plan de la trame : on y voit Chewbacca jouer à son jeux virtuel à bord du Faucon, un repaire de brigand digne de la Cantina sur la planète Takodana , Rey qui grimpe comme Obi-Wan sur les murs de la base  Starkiller, le masque calciné de Dark Vador…

Le contexte politique n’est pas détaillé outre mesure de la mention de la Nouvelle République, mais pour mieux prendre distance de la prélogie (épisodes I à III), dont l’un des enjeux était la chute de la République et la naissance d’un système dictatorial. Le réveil de la Force est plus proche de la trilogie originale (épisodes IV à VI), dont les rouages de l’Empire ne sont pas analysés outre-mesure.

Il est surtout question d’héritage et d’identité dans Le réveil de la Force. Le titre fait bien entendu référence au fait que Rey découvre, en cours de film, qu’elle est sensible à la Force. Quelque chose en elle se réveille lorsque Ben Solo tente de lire dans son esprit. Elle le bat à son propre jeu, ce qui épouvante ce dernier qui ne comprend pas ce qu’il est en train de vivre.

Si l’on s’intéresse à Rey, on constate à quel point la jeune fille est en manque de repaire : abandonnée par ses parents sur Jakku, elle ne sait rien d’eux mais espère toujours qu’ils viendront la chercher un jour. Raison pour laquelle elle ne peut se résoudre à quitter sa planète. Et même lorsqu’elle accepte d’aider BB-8 et qu’elle le remet à Han Solo, elle refuse le poste que celui-ci lui propose, estimant qu’elle est partie depuis trop longtemps de chez elle. Personnage d’une grande bonté, quelque peu innocente, Rey rappelle à bien des égards Luke Skywalker, le jeune orphelin de Tatooine. Ils se battent pour ce qu’ils estiment être juste et font preuve de beaucoup de ténacité pour ne pas céder au côté obscur.

En Han Solo, elle verra un père de substitution, ayant en commun avec lui la passion du Faucon Millénium et de la mécanique. Sentiment étrange pour le spectateur, lorsque chacun termine les phrases de l’autre, que Rey est la fille de Han Solo. Même si cela n’est pas possible, on se dit à ce moment que Rey a enfin retrouvé une famille.

Tuer le père

Là où Rey voit Han Solo comme un père, Ben Solo le voit comme une menace. Erreur d’un passé dont il faut tirer définitivement un trait pour s’affranchir et aller de l’avant. Adepte du côté obscur, Ben voue un culte à son grand-père, Dark Vador, dont il possède le casque calciné, vénérant cette vieille relique d’un temps passé.

Le jeune homme est ambitieux, rebelle et capricieux. Même s’il joue les Seigneur Sith, il n’est encore qu’un enfant. Il n’y a pas longtemps qu’il a basculé, en quête d’un pouvoir absolu, souhaitant dominer tous ceux qui ont un jour cru en lui. Ses réactions sont démesurées, et lorsqu’il n’obtient pas ce qu’il veut, il s’énerve : mais cela est presque risible. Le contraste entre le sérieux du personnage de Kylo Ren dont le casque est terrifiant et le moment où Ben enlève son casque pour dévoiler son visage a d’ailleurs fait sourire les spectateurs, qui ne s’attendaient pas du tout à cela.

Si Kylo tue son père, il prouvera à Snoke qu’il peut lui faire confiance, et qu’il est le digne descendant de Dark Vador. Et lorsque Han se présente devant son fils, sur le pont de la base Starkiller, il va en réalité lui faciliter la tâche, même si l’on perçoit un moment d’hésitation chez le jeune homme avant de transpercer son père de son sabre laser rouge.

maxresdefault

L’héritage

Les héros de la postologie Star Wars doivent reprendre les rênes d’un passé dont le poids est immense : Ben Solo tente de devenir le nouveau Dark Vador, servant une sorte de copie de feu l’Empereur Palpatine, tandis que Rey essaye d’accepter le sabre d’Anakin Skywalker, sachant que de devenir le nouvel espoir de la Résistance impliquera une destinée qu’elle n’attendait pas.

Leur confrontation, à la fin du long métrage, dans les forêts enneigées de la base Starkiller, était inévitable, tant leur motivations et aspirations sont antagonistes. Le fait que Rey prenne le dessus sur Ben ne surprend guère, tant il est fonceur et impulsif, là où elle se révèle intelligente et calme.

Pourtant, ils ne sont encore que des enfants, des êtres qu’on a forcé à devenir adulte rapidement, mais qui ne savent pas encore tout.

Les figures du passé sont là pour les accompagner dans leur voyage, et comme tout bon Star Wars, un héros majeur fait son saut de l’ange : ici, il s’agit de Han Solo, héros mythique qui disparaît simplement sans un bruit…

Ces personnages iconiques (Luke, Han, Leia, Chewbacca, …) sont devenus des légendes dans la galaxie, et tout le monde connaît leur histoire. Pourtant, vient le moment où le mythe s’éteint et où il est temps d’écrire un nouveau chapitre de l’histoire…même Han hésite à revenir dans la course, sentant qu’il n’est plus dans le coup. Alors il réécrit le chapitre original, redevant contrebandier, faisant table rase du passé et faisant la seule chose pour laquelle il a toujours été le meilleur. Il retrouve Leia, redevenue aussi Générale de la Résistance, abandonnant ainsi son titre de princesse pour se battre contre le côté obscur. Le couple mythique se reforme l’espace d’une seule scène, dont les répliques sont plutôt orientées vers l’humour, même si ils finissent par s’enlacer tendrement. Mais tout deux ont cependant quelque peu changer, et pas seulement physiquement : Leia est plus sage et calme, tandis que Han se montre marqué par les événements.

lo

À la toute dernière scène du long-métrage, tandis que retentissent les notes quasi-magiques de la partition de John Williams, Rey retrouve Luke -la dernière légende-, sur l’île d’Ahch-To, et lui tend le sabre d’Anakin, poids d’un héritage familial, lui demandant de venir en aide à la Résistance. Et puis, le générique de fin survient…

J.J. Abrams, chargé de concilier 3 générations de fans aux pulsions contradictoires, tente de relancer une franchise dont le retour était très attendu : le résultat est à la hauteur des espérances. Visuellement, filmé en IMAX, le film est très beau et recourt à de nombreux effets spéciaux à l’ancienne, évitant de noyer le tout dans un océan de numérique. Le combat dans la neige, rappelant quelque peu les films japonais est très réussi. Scénaristiquement, Star Wars avait encore de beaux jours devant lui, même si certains auraient souhaité quelque chose de plus audacieux…(notre note : 8/10).

f


862. L’affiche officielle de Star Wars : épisode IX.

En même temps que la bande annoncé, l’affiche officielle de l’épisode IX de la saga Star Wars a été dévoilée. Celle-ci surprend quelque peu, car même si elle respecte les codes fondamentaux, ni Luke, Leia ou l’Empereur n’y apparaissent, laissant la part belle aux « autres héros » (Rey et Kylo Ren en tête). Cela en raison du fait que les modalités du retour de Palpatine sont encore secrètes : Est-il devenu un fantôme de la Force ? A-t-il survécu mais son apparence serait-elle différente ? Pour Luke, cela doit être du au fait qu’il est désormais visible sous la forme d’un fantôme de la Force. Quant à Leia, mystère total, même si Carrie Fisher est le premier nom du casting à apparaître.  Billy Dee William, reprenant le rôle de Lando est bel et bien présent, tandis que Naomi Ackie semble être une rebelle prénommée Janna.

po


861.La bande-annonce de Star Wars épisode 9 a été dévoilée.

Alors que L’ascension de Skywalker sortira en décembre prochain, LucasFilms a dévoilé ce lundi 21 octobre la bande-annonce officielle du long-métrage, après un premier trailer qui avait fait sensation en avril dernier. Diffusé pendant la Monday Night Football, le jour exact de la naissance de Carrie Fisher -qui aurait eu 63 ans-, les premières images sont sensationnelles. Certains plans sont d’une grande beauté, annonçant un film de grande envergure. On entend respectivement la voix des personnages suivant : Finn, Poe, Rey, Kylo, Dark Sidious, Luke et Leia.

Concrètement, que retenir de cette vidéo ? Plusieurs choses sont à relever : Tout d’abord, la Résistance semble s’être relevée et s’apprête à livrer une ultime bataille afin de mettre un terme au Premier Ordre. En effet, d’autres troupes semblent les avoir rejoint et la flotte est de nouveau nombreuse. Ensuite, Rey semble poursuivre sa formation de Jedi, le premier plan affichant un petit droïde ouvrant le feu sur elle qu’elle doit parer grâce à son sabre laser. On pense immédiatement à Un nouvel espoir, lorsque Obi-Wan formait Luke. Peut-être que Leia se chargera de son apprentissage. En outre, C-3PO semble aux portes de la mort et sur le point d’être déprogrammé…Enfin, l’Empereur est présent dans la bande-annonce, assis sur un trône gigantesque, mais on ne voit pas son visage. Seulement une silhouette encapuchonnée…il semble faire face à Rey, mais peut-être également à Kylo Ren.

Pour conclure, ce long-métrage a déjà un goût de fin dans l’histoire d’une saga toujours autant intemporelle. La musique de Williams est toujours au top.  

Image de prévisualisation YouTube

848.Star Wars 9 s’offre une nouvelle vidéo avec de nouvelles images…

Image de prévisualisation YouTube

À l’occasion de la D23, en plus de l’affiche du film, une vidéo promotionnelle a dévoilé d’avantage d’images du futur Star Wars-épisode IX. Sorte d’hommage à la saga, celle-ci montre des scènes des précédents opus, commençant par l’épisode IV, et poursuit jusqu’à l’épisode VIII, avant d’offrir quelques moments inédits de L’ascension de Skywalker.

Narrée par Dark Sidious lui-même, la vidéo semble suggérer que le retour de l’Empereur sera d’avantage qu’un simple caméo. En vrac, la princesse Leia fait une apparition, C3PO dévoile des yeux rouges, le combat final entre Rey et Kylo Ren est dévoilé, et dans la dernière séquence, Rey semble disposer d’un sabre laser rouge. Encapuchonée, l’héroïne a tout d’une sith…passera-t-elle du côté obscur ? Simple coup marketing des studios ? Réponse en décembre prochain…


843.The Mandalorian : bande-annonce.

Chapeauté par le cinéaste John Favreau (qui a récemment ressuscité Le Roi Lion), la première série en live -en prise de vue réelle- de la saga Star Wars dévoile ses premières images. Se déroulant entre les épisodes VI et VII, soit après la chute de l’Empire mais avant l’émergence du Premier Ordre, The Mandalorian suivra les aventures d’un guerrier (incarné par Pedro Lucas). Le genre semble aller vers le western, aux regard de la vidéo, avec ses personnages, doigts sur la gâchette et se faisant face comme lors d’un duel.

Si il y a peu d’informations sur l’intrigue, la bande-annonce de la série montre le soin apporté aux décors et aux effets spéciaux. La présence du réalisateur allemand Werner Herzog au casting est surprenante. C’est d’ailleurs lui qui narre la vidéo. Celle de Nick Nolte l’es moins, car la saga Star Wars a toujours eu son lots de personnalités (Peter Cushing, Christopher Lee, Liam Neeson ou encore Laura Dern). Le spectacle sera de qualité, assurément !

Image de prévisualisation YouTube

Autre nouvelle également, Ewan McGregor reprendra son rôle d’Obi-Wan Kenobi pour une autre série télévisée Star Wars.


842.Première affiche pour Star Wars : épisode IX.

La Convention bisannuelle de la D23 (le fan-club officiel de Disney), qui a lieu du 23 au 25 août, a permis de livrer son lot d’informations sur le prochain épisode de la saga Star Wars, attendu pour le 18 décembre prochain. Et parmi celles-ci, une première affiche de cette Ascension de Skywalker, présentant le duel tant attendu entre les deux protagonistes principal de la trilogie (débutée en 2015 avec Le réveil de la Force), à savoir Rey et Ben Solo.

ij

En arrière plan de cette affiche, comme pour confirmer qu’il sera bel et bien de la partie, l’Empereur, alias Dark Sidious occupe tout l’espace. Reste à savoir comment son retour sera intégré à l’histoire. Si le personnage semblait mort au cours de l’épisode VI, rien ne dit qu’il n’a pas survécu. Si il est bien décédé, il pourrait toujours revenir sous forme de spectre (tel Yoda ou Obi-Wan Kenobi) ou d’hologramme (certaines rumeurs vont en ce sens).

Pour ce qui est de Carrie Fisher, l’interprète de la Princesse Leia -décédée en 2016-, elle sera bien présente dans le film, pour quelques scènes seulement, rush non utilisés de l’épisode VII.


830.Rogue One : A Star Wars Story.

a

Premier film dérivé de la saga Star WarsRogue One : A Star Wars Story se situe chronologiquement entre les épisodes III et IV, soit durant l’intermède de 19 ans où l’Empire règne en maître. Il s’agit du deuxième film Star Wars des Studios Disney, après le rachat de la licence et de Lucasfilm en 2012. Il est assez difficile de s’éloigner du canon principal, et le compléter en inventant de nouvelles histoires est compliqué. Le but a donc été de concevoir une histoire indépendante, présentant de nouveaux personnages, mais s’intégrant à l’ensemble.

Les origines de Rogue One

À l’origine, l’idée de réaliser ce film vint à John Knoll, superviseur des effets spéciaux de renom (un oscar pour Pirate des Caraïbes : le secret du coffre maudit) qui avait travaillé sur la prélogie Star Wars. Celui-ci avait toujours été intrigué par le texte d’entrée de l’épisode IV, qui affirmait que les plans de l’Étoile de la mort avaient été dérobés par des rebelles. Aussi, un jour, il rentra dans le bureau de la présidente de Lucasfilm, Kathleen Kennedy, et lui proposa un petit script avec ses premières idées.

Le film raconte donc le destin de Jyn Erso (Felicity Jones), fille de Galen Erso, un scientifique prisonnier de l’Empire et chargé de la construction de l’Étoile de la mort. Séparé de ce dernier très jeune et élevée par le vétéran de la guerre des clones Saw Gerrera (Forest Whitaker) jusqu’à ce qu’il l’abandonne, elle a du apprendre à se débrouiller seule et n’est rattachée à aucune cause. Ni l’alliance rebelle, ni l’Empire. Cependant, lorsque Galen transmet un message secret à Saw, qui vit reclus dans une véritable forteresse, l’Alliance rebelle demande à Jyn de lui parler afin d’être informé du contenu du message. Dans ce dernier, Galen tente de se repentir d’avoir créé une machine capable d’anéantir des planètes et espère se racheter en avouant avoir caché une faille indétectable dans le réacteur. Il révèle également que les plans de l’Étoile de la mort, qui permettront à l’Alliance rebelle de détruire cette arme de guerre sont cachés sur la planète Scarif, où sont stockés toutes les archives de l’Empire. Cependant, un bouclier infranchissable bloque l’accès à la planète. Malgré le refus de l’Alliance rebelle, Jyn embarque à bord de l’escadron Rogue One, mené par le capitaine Cassian Endor (Diego Luna) et son équipage pour voler les plans de l’Étoile de la mort.

Les héros

Héroïne du long-métrage, Jyn Erso est un femme au caractère fort. Elle ne se bat que pour elle-même au début du film, n’ayant plus aucune conviction pour quoi que se soit. Cependant, elle est convaincue que son père est innocent, le considérant comme un pion de l’Empire, et la perspective de le revoir sera un moteur pour elle dans sa mission.

Le capitaine Cassian Andor -qui aura bientôt droit à sa propre série télévisée- va superviser l’escadron Rogue One et mener à bien la mission qui lui sera demandé. C’est un homme calme, qui garde toujours son sang froid, et qui va se lier d’amitié avec Jyn. Chargé d’éliminé Galen, il finira par renoncer à ce geste, comprenant que ce dernier n’est pas le bourreau responsable de la création de l’Étoile de la mort.

Personnage humoristique du film, K2SO est un ancien robot impérial qui a été reprogrammé pour servir l’Alliance rebelle. Utilisant le sarcasme à de nombreuses reprises, il sera un allié fidèle pour Jyn et ses amis.

Même si le film ne comprend pas de Jedi, Chirrut Imwe, le moine aveugle, ancien gardien des Whills -ceux qui se chargeaient de conserver les cristaux Kyber, essence même des sabres lasers-, croit en la Force et l’utilise pour voir. Celle-ci lui permet de se battre et de prendre les bonnes décisions. Cependant, son ami le guerrier Baze Maldus, veille sur lui et le protège…Ce qui crée un quiproquo lorsque Imwe se bat quant à savoir si c’est réellement lui qui vient à bout de ses adversaires ou si c’est son garde du corps qui les tuent à coup de blaster…

Bien entendu, Rogue One offre également le grand retour du plus grand méchant de l’histoire du cinéma : Dark Vador. Et même si il n’apparaît que le temps de deux petites scènes, le seigneur noir des Sith montre toute l’étendue de ses pouvoirs et de sa toute puissance. Toujours doublé en VO par le vétéran James Earl Jones, il faut le voir tuer tout les soldats de l’Alliance rebelle grâce à la Force dans une séquence quasi-épique…

L’autre antagoniste de l’histoire est Orson Krennic (Ben Menelsohn, habitué aux rôle de méchants), le directeur de la sécurité de l’Empire. Personnage narcissique, il espère bien prendre du galon et faire le plus possible parler de lui. Responsable de la mort de Jyn, il n’hésite pas à exécuter tout contrevenant. Il aimerait qu’on lui attribue la paternité de l’Étoile de la Mort, s’attirant les foudres de Tarkin.

Autour du film

C’est Gareth Edwards qui fut choisi pour mettre en scène ce film. Cinéaste accompli (Monsters), il a tout de suite envisagé le long-métrage comme un film de guerre, sans Jedi. Cependant, le tournage ne se serait pas passé sans encombre puisque les dirigeants de Lucasfilm et Disney n’auraient pas apprécié la première mouture du film et aurait obligé Edwards a en retourné environ 40 % de son contenu, moyennant des réécritures de scénario par Christophe McQuarrie.

Le nom « Rogue One » provient de Star Wars-épisode IV, où lors de la bataille de Yavin, un nouvel escadron de soldat est formé : Rogue. Le One est en l’honneur de son chef, soit le leader. Mais c’est également une séparation : l’un des éléments d’un groupe s’en va seul faire front.

Dès le début, John Williams, compositeur historique de la saga Star Wars, refuse de signer la musique des films dérivés, préférant se focaliser sur le canon principal (les épisodes I à IX). Après avoir été choisi, Alexandre Desplat (La forme de l’eau) se désiste et Michael Giacchino  (Là-haut) le remplace. Celui-ci réinterprète quelques airs bien connus de Williams, leitmotiv conducteur de la saga, mais en signe également de nouveaux.

L’une des grandes surprise du film est bien entendu le retour de l’acteur Peter Cushing dans le rôle du Grand Moff Tarkin. Et pour cause : le comédien est décédé en 1994 ! L’astuce est que l’acteur Guy Henry a joué le rôle dans Rogue One, et que le visage de Cushing, recréé en 3D, lui a été greffé sur son propre faciès. Cette technique de performance capture offre un résultat assez bluffant, et a également été utilisé pour l’apparition de la jeune princesse Leia en fin de film.

Très réaliste, ce Star Wars dénote avec ses prédécesseurs par sa mise en scène et ses combats en corps-à-corps : c’est un film de guerre, et de nombreux combats ont lieu (dans la jungle de Scariff, sorte de « Viet Nam »). Les bombes exploses et les échanges de tirs sont nombreux. Le sens du sacrifice est à son comble dans cette mission suicide, visiblement inspirée de films comme Il faut sauver le soldat Ryan. De plus, les batailles se poursuivent dans l’espace et les X-wings volent comme des fusées, et de ces balets aériens se dégage une certaine fantaisie. Il faut voir les vaisseaux de l’Empire, immense Destroyer, être dévié de leur trajectoire et se fracasser l’un contre l’autre.

Tout comme Solo, autre spin-off qui sorti en 2018, Rogue One est un grand film de science-fiction. C’est un film de commande mais impressionne par son style, son intrigue, ses multiples rebondissements et sa fin crépusculaire. On y parle de sacrifice, d’honneur, mais également de vengeance (Jyn a vu sa mère mourir sous ses yeux, tuée au nom de l’Empire). George Lucas, créateur de la saga, a adoré le film…alors qu’il n’a pas du tout été impliqué dans celui-ci (notre note : 8,5/10).


785.Peter Mayhew est décédé.

z

Triste nouvelle pour les fans de la saga Star Wars : l’acteur Peter Mayhew, bien connu pour avoir incarné le personnage de Chewbacca, est décédé ce 30 avril, à l’âge de 74 ans. Né en 1944 à Londres, cet aide-soignant a été approché dans des castings en raison de sa très grande taille de 2,21 mètres ! George Lucas lui-même l’aurait vu à l’hôpital où il travaillait et aurait été impressionné par sa stature.

Auditionnant pour le personnage de Chewbacca, le wookie ami de Han Solo, Peter obtient le rôle que David Prowse, célèbre culturiste, aurait refusé. Ce dernier deviendra cependant l’interprète légendaire de Dark Vador. Peter Mayhew incarnera Chewbacca dans six films en tout (si l’on compte le téléfilm Au temps de la guerre des étoiles), juste avant de passer définitivement le relais à Joonas Suotamo, ancien basketteur, pour Les derniers Jedis en 2017. Revêtant un costume en poils de yak et de lapin, l’acteur devait mettre de nombreuses expressions à travers la gestuelle de son personnage. Cet habit était cependant difficile à porter, et les conditions de tournage de l’épisode IV, dans le désert furent vraiment rude pour Mayhew. La voix de Chewie était un enregistrement mélangeant des cris de lions, morses et blaireaux. L’homme aura aussi joué un Minotaure dans Sinbad et l’oeil du tigre en 1976.

Ne manquant pas un seul instant pour salué ses fans, Mayhew était un habitué des Conventions Star Wars et autres Comics Con. Ces dernières années, il souffrait de nombreux problèmes de santé (opération des genoux, pulmonie, …) . Ne pouvant plus marcher, il se déplaçait d’ailleurs en fauteuil roulant. Fatigué, il a finalement succombé à une crise cardiaque.


774.Star Wars-épisode IX : le titre et la bande-annonce dévoilés !

The Rise of Skywalker, c’est-à-dire « l’Ascension de Skywalwer », sera le titre officiel du prochain épisode de la saga Star Wars. Attendu pour le 18 décembre prochain, ce film mettra définitivement fin au cycle des 9 épisodes, la quatrième trilogie se concentrant sur une tout autre histoire que celle de la dynastie Skywalker.

Dévoilé ce 13 avril 2019, la bande-annonce de cet ultime opus contient quelques surprises de tailles. Si Rey semble s’imposer en digne héritière des Jedi (elle a notamment reconstruit le sabre laser de Luke, comme le montre la vidéo), Kylo Renn continue de se battre contre celle-ci. À priori, le Capitaine Phasma est morte dans l’épisode VIII. La première surprise dévoilée est le retour de Lando Calrissian, sous les traits de Billy Dee Williams, 36 ans après Le retour du Jedi. Toujours vêtu avec beaucoup de classe, il semble que l’homme pilotera à nouveau le Faucon Millenium, originellement à lui. Deuxième surprise, celle de revoir Carrie Fisher, alias la princesse Leia. Sa présence dans le film se fera grâce à des scènes inédites de Le Réveil de la Force et de Les derniers Jedi.l’actrice étant décédée en décembre 2016. Troisième surprise, plutôt attendue : c’est Mark Hamill, alias Luke Skywalker, qui narre la bande-annonce, et termine par une phrase assez inattendue « Personne ne disparaît vraiment« . On peut donc imaginer que le célèbre Jedi viendra à nouveau faire parler de lui, en spectre ou…en chair et en os ! La quatrième surprise est celle de ce plan ou Rey et ses amis font face aux vestiges d’un vaisseau qui semble être celui de…l’Étoile de la Mort ! Planète capable de détruire d’autres planètes, elle devrait avoir un rôle à jouer dans la suite du récit. 

Il reste cependant une cinquième et dernière surprise, et de taille…celle d’un rire diabolique à la fin de la bande-annonce, signe du retour d’un personnage que l’on croyait depuis longtemps disparus. L’Empereur, alias Dark Sidious, toujours incarné par Ian McDiarmid, sera bel et bien dans le film.

Image de prévisualisation YouTube

726.Across the Stars 2.0

A 86 ans, John Williams continue d’être inventif. Compositeur de renom, son nom reste associé à la musique des franchises Harry PotterIndiana JonesJurassic Park et bien entendu Star Wars.  Il a composé tout les thèmes majeurs de cette dernière franchise, et dernièrement s’est livré à un nouvel exercice : celui de réecrire l’un de ses morceaux.

Le thème phare de L’attaque des clones (2002), deuxième épisode de la Guerre des étoiles, n’est autre que Across the Stars. Ce titre illustre l’amour naissant entre Padmé Amidala et Anakin Skywalker. L’émotion qu’il véhicule est puissante, et teintée de nuance : après tout l’amour grandit. D’autant plus que celui-ci est interdit, et doit se faire dans le plus grand secret. Le violon est l’instrument principal de ce titre, accompagné par des flûtes traversières  et hautbois donnant au thème cette dimension aérienne si caractéristique, mais aussi son côté dramatique . La harpe apporte de la douceur et une certaine tristesse.

John Williams s’est ainsi amusé à proposé une réarrangement de Across the Stars, pour la violoniste allemande Anne-Sophie Mutter, qui a accepté de le jouer. Et le résultat est très beau, le thème original étant réellement transformé. Comme quoi il est possible de faire du neuf avec de l’ancien !

Image de prévisualisation YouTube

1234

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema