A crazy world


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Star wars.

848.Star Wars 9 s’offre une nouvelle vidéo avec de nouvelles images…

Image de prévisualisation YouTube

À l’occasion de la D23, en plus de l’affiche du film, une vidéo promotionnelle a dévoilé d’avantage d’images du futur Star Wars-épisode IX. Sorte d’hommage à la saga, celle-ci montre des scènes des précédents opus, commençant par l’épisode IV, et poursuit jusqu’à l’épisode VIII, avant d’offrir quelques moments inédits de L’ascension de Skywalker.

Narrée par Dark Sidious lui-même, la vidéo semble suggérer que le retour de l’Empereur sera d’avantage qu’un simple caméo. En vrac, la princesse Leia fait une apparition, C3PO dévoile des yeux rouges, le combat final entre Rey et Kylo Ren est dévoilé, et dans la dernière séquence, Rey semble disposer d’un sabre laser rouge. Encapuchonée, l’héroïne a tout d’une sith…passera-t-elle du côté obscur ? Simple coup marketing des studios ? Réponse en décembre prochain…


843.The Mandalorian : bande-annonce.

Chapeauté par le cinéaste John Favreau (qui a récemment ressuscité Le Roi Lion), la première série en live -en prise de vue réelle- de la saga Star Wars dévoile ses premières images. Se déroulant entre les épisodes VI et VII, soit après la chute de l’Empire mais avant l’émergence du Premier Ordre, The Mandalorian suivra les aventures d’un guerrier (incarné par Pedro Lucas). Le genre semble aller vers le western, aux regard de la vidéo, avec ses personnages, doigts sur la gâchette et se faisant face comme lors d’un duel.

Si il y a peu d’informations sur l’intrigue, la bande-annonce de la série montre le soin apporté aux décors et aux effets spéciaux. La présence du réalisateur allemand Werner Herzog au casting est surprenante. C’est d’ailleurs lui qui narre la vidéo. Celle de Nick Nolte l’es moins, car la saga Star Wars a toujours eu son lots de personnalités (Peter Cushing, Christopher Lee, Liam Neeson ou encore Laura Dern). Le spectacle sera de qualité, assurément !

Image de prévisualisation YouTube

Autre nouvelle également, Ewan McGregor reprendra son rôle d’Obi-Wan Kenobi pour une autre série télévisée Star Wars.


842.Première affiche pour Star Wars : épisode IX.

La Convention bisannuelle de la D23 (le fan-club officiel de Disney), qui a lieu du 23 au 25 août, a permis de livrer son lot d’informations sur le prochain épisode de la saga Star Wars, attendu pour le 18 décembre prochain. Et parmi celles-ci, une première affiche de cette Ascension de Skywalker, présentant le duel tant attendu entre les deux protagonistes principal de la trilogie (débutée en 2015 avec Le réveil de la Force), à savoir Rey et Ben Solo.

ij

En arrière plan de cette affiche, comme pour confirmer qu’il sera bel et bien de la partie, l’Empereur, alias Dark Sidious occupe tout l’espace. Reste à savoir comment son retour sera intégré à l’histoire. Si le personnage semblait mort au cours de l’épisode VI, rien ne dit qu’il n’a pas survécu. Si il est bien décédé, il pourrait toujours revenir sous forme de spectre (tel Yoda ou Obi-Wan Kenobi) ou d’hologramme (certaines rumeurs vont en ce sens).

Pour ce qui est de Carrie Fisher, l’interprète de la Princesse Leia -décédée en 2016-, elle sera bien présente dans le film, pour quelques scènes seulement, rush non utilisés de l’épisode VII.


830.Rogue One : A Star Wars Story.

a

Premier film dérivé de la saga Star WarsRogue One : A Star Wars Story se situe chronologiquement entre les épisodes III et IV, soit durant l’intermède de 19 ans où l’Empire règne en maître. Il s’agit du deuxième film Star Wars des Studios Disney, après le rachat de la licence et de Lucasfilm en 2012. Il est assez difficile de s’éloigner du canon principal, et le compléter en inventant de nouvelles histoires est compliqué. Le but a donc été de concevoir une histoire indépendante, présentant de nouveaux personnages, mais s’intégrant à l’ensemble.

Les origines de Rogue One

À l’origine, l’idée de réaliser ce film vint à John Knoll, superviseur des effets spéciaux de renom (un oscar pour Pirate des Caraïbes : le secret du coffre maudit) qui avait travaillé sur la prélogie Star Wars. Celui-ci avait toujours été intrigué par le texte d’entrée de l’épisode IV, qui affirmait que les plans de l’Étoile de la mort avaient été dérobés par des rebelles. Aussi, un jour, il rentra dans le bureau de la présidente de Lucasfilm, Kathleen Kennedy, et lui proposa un petit script avec ses premières idées.

Le film raconte donc le destin de Jyn Erso (Felicity Jones), fille de Galen Erso, un scientifique prisonnier de l’Empire et chargé de la construction de l’Étoile de la mort. Séparé de ce dernier très jeune et élevée par le vétéran de la guerre des clones Saw Gerrera (Forest Whitaker) jusqu’à ce qu’il l’abandonne, elle a du apprendre à se débrouiller seule et n’est rattachée à aucune cause. Ni l’alliance rebelle, ni l’Empire. Cependant, lorsque Galen transmet un message secret à Saw, qui vit reclus dans une véritable forteresse, l’Alliance rebelle demande à Jyn de lui parler afin d’être informé du contenu du message. Dans ce dernier, Galen tente de se repentir d’avoir créé une machine capable d’anéantir des planètes et espère se racheter en avouant avoir caché une faille indétectable dans le réacteur. Il révèle également que les plans de l’Étoile de la mort, qui permettront à l’Alliance rebelle de détruire cette arme de guerre sont cachés sur la planète Scarif, où sont stockés toutes les archives de l’Empire. Cependant, un bouclier infranchissable bloque l’accès à la planète. Malgré le refus de l’Alliance rebelle, Jyn embarque à bord de l’escadron Rogue One, mené par le capitaine Cassian Endor (Diego Luna) et son équipage pour voler les plans de l’Étoile de la mort.

Les héros

Héroïne du long-métrage, Jyn Erso est un femme au caractère fort. Elle ne se bat que pour elle-même au début du film, n’ayant plus aucune conviction pour quoi que se soit. Cependant, elle est convaincue que son père est innocent, le considérant comme un pion de l’Empire, et la perspective de le revoir sera un moteur pour elle dans sa mission.

Le capitaine Cassian Andor -qui aura bientôt droit à sa propre série télévisée- va superviser l’escadron Rogue One et mener à bien la mission qui lui sera demandé. C’est un homme calme, qui garde toujours son sang froid, et qui va se lier d’amitié avec Jyn. Chargé d’éliminé Galen, il finira par renoncer à ce geste, comprenant que ce dernier n’est pas le bourreau responsable de la création de l’Étoile de la mort.

Personnage humoristique du film, K2SO est un ancien robot impérial qui a été reprogrammé pour servir l’Alliance rebelle. Utilisant le sarcasme à de nombreuses reprises, il sera un allié fidèle pour Jyn et ses amis.

Même si le film ne comprend pas de Jedi, Chirrut Imwe, le moine aveugle, ancien gardien des Whills -ceux qui se chargeaient de conserver les cristaux Kyber, essence même des sabres lasers-, croit en la Force et l’utilise pour voir. Celle-ci lui permet de se battre et de prendre les bonnes décisions. Cependant, son ami le guerrier Baze Maldus, veille sur lui et le protège…Ce qui crée un quiproquo lorsque Imwe se bat quant à savoir si c’est réellement lui qui vient à bout de ses adversaires ou si c’est son garde du corps qui les tuent à coup de blaster…

Bien entendu, Rogue One offre également le grand retour du plus grand méchant de l’histoire du cinéma : Dark Vador. Et même si il n’apparaît que le temps de deux petites scènes, le seigneur noir des Sith montre toute l’étendue de ses pouvoirs et de sa toute puissance. Toujours doublé en VO par le vétéran James Earl Jones, il faut le voir tuer tout les soldats de l’Alliance rebelle grâce à la Force dans une séquence quasi-épique…

L’autre antagoniste de l’histoire est Orson Krennic (Ben Menelsohn, habitué aux rôle de méchants), le directeur de la sécurité de l’Empire. Personnage narcissique, il espère bien prendre du galon et faire le plus possible parler de lui. Responsable de la mort de Jyn, il n’hésite pas à exécuter tout contrevenant. Il aimerait qu’on lui attribue la paternité de l’Étoile de la Mort, s’attirant les foudres de Tarkin.

Autour du film

C’est Gareth Edwards qui fut choisi pour mettre en scène ce film. Cinéaste accompli (Monsters), il a tout de suite envisagé le long-métrage comme un film de guerre, sans Jedi. Cependant, le tournage ne se serait pas passé sans encombre puisque les dirigeants de Lucasfilm et Disney n’auraient pas apprécié la première mouture du film et aurait obligé Edwards a en retourné environ 40 % de son contenu, moyennant des réécritures de scénario par Christophe McQuarrie.

Le nom « Rogue One » provient de Star Wars-épisode IV, où lors de la bataille de Yavin, un nouvel escadron de soldat est formé : Rogue. Le One est en l’honneur de son chef, soit le leader. Mais c’est également une séparation : l’un des éléments d’un groupe s’en va seul faire front.

Dès le début, John Williams, compositeur historique de la saga Star Wars, refuse de signer la musique des films dérivés, préférant se focaliser sur le canon principal (les épisodes I à IX). Après avoir été choisi, Alexandre Desplat (La forme de l’eau) se désiste et Michael Giacchino  (Là-haut) le remplace. Celui-ci réinterprète quelques airs bien connus de Williams, leitmotiv conducteur de la saga, mais en signe également de nouveaux.

L’une des grandes surprise du film est bien entendu le retour de l’acteur Peter Cushing dans le rôle du Grand Moff Tarkin. Et pour cause : le comédien est décédé en 1994 ! L’astuce est que l’acteur Guy Henry a joué le rôle dans Rogue One, et que le visage de Cushing, recréé en 3D, lui a été greffé sur son propre faciès. Cette technique de performance capture offre un résultat assez bluffant, et a également été utilisé pour l’apparition de la jeune princesse Leia en fin de film.

Très réaliste, ce Star Wars dénote avec ses prédécesseurs par sa mise en scène et ses combats en corps-à-corps : c’est un film de guerre, et de nombreux combats ont lieu (dans la jungle de Scariff, sorte de « Viet Nam »). Les bombes exploses et les échanges de tirs sont nombreux. Le sens du sacrifice est à son comble dans cette mission suicide, visiblement inspirée de films comme Il faut sauver le soldat Ryan. De plus, les batailles se poursuivent dans l’espace et les X-wings volent comme des fusées, et de ces balets aériens se dégage une certaine fantaisie. Il faut voir les vaisseaux de l’Empire, immense Destroyer, être dévié de leur trajectoire et se fracasser l’un contre l’autre.

Tout comme Solo, autre spin-off qui sorti en 2018, Rogue One est un grand film de science-fiction. C’est un film de commande mais impressionne par son style, son intrigue, ses multiples rebondissements et sa fin crépusculaire. On y parle de sacrifice, d’honneur, mais également de vengeance (Jyn a vu sa mère mourir sous ses yeux, tuée au nom de l’Empire). George Lucas, créateur de la saga, a adoré le film…alors qu’il n’a pas du tout été impliqué dans celui-ci (notre note : 8,5/10).


785.Peter Mayhew est décédé.

z

Triste nouvelle pour les fans de la saga Star Wars : l’acteur Peter Mayhew, bien connu pour avoir incarné le personnage de Chewbacca, est décédé ce 30 avril, à l’âge de 74 ans. Né en 1944 à Londres, cet aide-soignant a été approché dans des castings en raison de sa très grande taille de 2,21 mètres ! George Lucas lui-même l’aurait vu à l’hôpital où il travaillait et aurait été impressionné par sa stature.

Auditionnant pour le personnage de Chewbacca, le wookie ami de Han Solo, Peter obtient le rôle que David Prowse, célèbre culturiste, aurait refusé. Ce dernier deviendra cependant l’interprète légendaire de Dark Vador. Peter Mayhew incarnera Chewbacca dans six films en tout (si l’on compte le téléfilm Au temps de la guerre des étoiles), juste avant de passer définitivement le relais à Joonas Suotamo, ancien basketteur, pour Les derniers Jedis en 2017. Revêtant un costume en poils de yak et de lapin, l’acteur devait mettre de nombreuses expressions à travers la gestuelle de son personnage. Cet habit était cependant difficile à porter, et les conditions de tournage de l’épisode IV, dans le désert furent vraiment rude pour Mayhew. La voix de Chewie était un enregistrement mélangeant des cris de lions, morses et blaireaux. L’homme aura aussi joué un Minotaure dans Sinbad et l’oeil du tigre en 1976.

Ne manquant pas un seul instant pour salué ses fans, Mayhew était un habitué des Conventions Star Wars et autres Comics Con. Ces dernières années, il souffrait de nombreux problèmes de santé (opération des genoux, pulmonie, …) . Ne pouvant plus marcher, il se déplaçait d’ailleurs en fauteuil roulant. Fatigué, il a finalement succombé à une crise cardiaque.


774.Star Wars-épisode IX : le titre et la bande-annonce dévoilés !

The Rise of Skywalker, c’est-à-dire « l’Ascension de Skywalwer », sera le titre officiel du prochain épisode de la saga Star Wars. Attendu pour le 18 décembre prochain, ce film mettra définitivement fin au cycle des 9 épisodes, la quatrième trilogie se concentrant sur une tout autre histoire que celle de la dynastie Skywalker.

Dévoilé ce 13 avril 2019, la bande-annonce de cet ultime opus contient quelques surprises de tailles. Si Rey semble s’imposer en digne héritière des Jedi (elle a notamment reconstruit le sabre laser de Luke, comme le montre la vidéo), Kylo Renn continue de se battre contre celle-ci. À priori, le Capitaine Phasma est morte dans l’épisode VIII. La première surprise dévoilée est le retour de Lando Calrissian, sous les traits de Billy Dee Williams, 36 ans après Le retour du Jedi. Toujours vêtu avec beaucoup de classe, il semble que l’homme pilotera à nouveau le Faucon Millenium, originellement à lui. Deuxième surprise, celle de revoir Carrie Fisher, alias la princesse Leia. Sa présence dans le film se fera grâce à des scènes inédites de Le Réveil de la Force et de Les derniers Jedi.l’actrice étant décédée en décembre 2016. Troisième surprise, plutôt attendue : c’est Mark Hamill, alias Luke Skywalker, qui narre la bande-annonce, et termine par une phrase assez inattendue « Personne ne disparaît vraiment« . On peut donc imaginer que le célèbre Jedi viendra à nouveau faire parler de lui, en spectre ou…en chair et en os ! La quatrième surprise est celle de ce plan ou Rey et ses amis font face aux vestiges d’un vaisseau qui semble être celui de…l’Étoile de la Mort ! Planète capable de détruire d’autres planètes, elle devrait avoir un rôle à jouer dans la suite du récit. 

Il reste cependant une cinquième et dernière surprise, et de taille…celle d’un rire diabolique à la fin de la bande-annonce, signe du retour d’un personnage que l’on croyait depuis longtemps disparus. L’Empereur, alias Dark Sidious, toujours incarné par Ian McDiarmid, sera bel et bien dans le film.

Image de prévisualisation YouTube

726.Across the Stars 2.0

A 86 ans, John Williams continue d’être inventif. Compositeur de renom, son nom reste associé à la musique des franchises Harry PotterIndiana JonesJurassic Park et bien entendu Star Wars.  Il a composé tout les thèmes majeurs de cette dernière franchise, et dernièrement s’est livré à un nouvel exercice : celui de réecrire l’un de ses morceaux.

Le thème phare de L’attaque des clones (2002), deuxième épisode de la Guerre des étoiles, n’est autre que Across the Stars. Ce titre illustre l’amour naissant entre Padmé Amidala et Anakin Skywalker. L’émotion qu’il véhicule est puissante, et teintée de nuance : après tout l’amour grandit. D’autant plus que celui-ci est interdit, et doit se faire dans le plus grand secret. Le violon est l’instrument principal de ce titre, accompagné par des flûtes traversières  et hautbois donnant au thème cette dimension aérienne si caractéristique, mais aussi son côté dramatique . La harpe apporte de la douceur et une certaine tristesse.

John Williams s’est ainsi amusé à proposé une réarrangement de Across the Stars, pour la violoniste allemande Anne-Sophie Mutter, qui a accepté de le jouer. Et le résultat est très beau, le thème original étant réellement transformé. Comme quoi il est possible de faire du neuf avec de l’ancien !

Image de prévisualisation YouTube

710.Star Wars : une saga de légende : partie 9.

Suite de la présentation des personnages marquants de la prélogie (épisodes I-III)

 Image de prévisualisation YouTube

36.Le chancelier Palpatine (épisodes I à III)

sq

Homme politique influent, Palpatine (Ian McDiarmid) est d’abord sénateur dans La menace fantôme. Il s’arrange pour que Padmé Amidala dépose une motion de méfiance à l’égard du Chancelier Valorum, de façon à pouvoir lui ravir le poste. Devenu Chancelier, il s’arrange pour avoir les pleins-pouvoirs, et apparaître comme un homme d’honneur, respectant les lois et le peuple. Les Jedi soupçonnent alors que le Sénat est contrôler par un seigneur noir des Sith, et décident de surveiller étroitement le chancelier…

La vérité est là : Palpatine est Dark Sidious , le seigneur noir des Sith, maître de Dark Maul et du Comte Dooku. À l’origine,il était l’élève de Dark Plegueis, un autre Sith, qu’il a lui-même assassiné durant son sommeil. Organisant lui-même le blocus de Naboo,  il parvient à se faire élire chancelier, mais perd Dark Maul, son apprenti. Néanmoins, il voit en Anakin Skywalker un successeur potentiel…

Durant la guerre des clones, il crée une armée pour défendre la République, contre les Séparatistes (mené par le Comte Dooku). C’est un faux coup d’État ! Le conflit dure durant trois ans, où il a le temps de préparer la transition entre la République et l’avènement d’un Empire qu’il dirigera en seigneur tout puissant. Les gens ont peur et voient en lui l’espoir que tout s’arrangera. Organisant ensuite son propre enlèvement à bord du vaisseau du général Grievous, Palpatine est délivré par Anakin, à qui il demande de tuer le Comte Dooku (alors que le seigneur Sith oeuvre pour lui !), pour se venger de ce qu’il lui a fait. Il  tente de faire basculer le jeune homme du côté obscur, en exacerbant ses émotions les plus noirs et ses peurs les plus secrètes, en le nommant représentant officiel du chancelier au Conseil Jedi…Anakin craint de perdre Padmé, alors Palpatine lui raconte une histoire à dormir debout selon laquelle il serait possible d’utiliser la Force afin de contrer la mort. Il révèle sa véritable identité à l’apprenti Jedi, et ses pouvoirs incroyables qui l’aideront à éviter la mort de Padmé. Et lorsque Windu l’affronte en duel, et arrive presque à le battre (lui renvoyant dans le visage ses effroyables éclairs bleu, qui vont le brûler), Anakin l’en empêche (il est le dernier espoir pour sauver sa femme) et accomplit l’acte qui fera de lui Dark Vador. Sidious devient l’Empereur et organise sa purge des Jedi. C’est le début d’un règne long de près de 19 ans, jusqu’à ce qu’ Un nouvel espoir arrive…

Palpatine est un être sournois et cruel, prêt à sacrifier ses propres élèves pour arriver à ce qu’il désire (il faut voir le dernier regard, plein de rancœur que Dooku lui adresse, avant qu’Anakin ne lui tranche la tête) ou pour acquérir un nouvel apprenti encore plus fort. Le côté obscur est très puissant en lui, et l’a envahi totalement (ses yeux sont d’ailleurs jaunes). Il a longtemps caché à la République qu’il savait utiliser la Force (on parle de dissimulation de la Force). Pour se battre, Palpatine recourt au sabre laser (rouge bien entendu) et à un usage répétitif de la Force, afin de perturber son adversaire.

Point focus sur…

pi

pio

Il faut savoir que l’Empereur fit sa première apparition dans le film L’Empire contre-attaque et était incarné, à l’origine, par…une femme ! En effet, l’actrice Marjorie Eaton (1901-1986) prêta ses traits (fort maquillée, avec des yeux de chimpanzés, et la voix doublée) pour donner vie au célèbre Seigneur noir des Sith, le temps d’une scène où le personnage apparaît, en hologramme, à Dark Vador. Mais Lucas retourna la scène, grâce à des reshoot, avec Ian McDiarmid.

37.Maître Yoda

za

Jedi le plus sage de tous, Yoda est déjà très vieux à l’époque de La menace fantôme (plus de 800 ans !). Il défend le côté clair de la Force et entretient une connexion très étroite avec celle-ci, ressentant la moindre de ses perturbations. Il siège au conseil Jedi (qu’il dirige avec Mace Windu), et forme les jeunes enfants destinés à être padawan d’autres chevaliers Jedi.

Lorsque le petit Anakin Skywalker lui est présenté, il s’oppose à sa formation, le jugeant trop vieux. De plus, il perçoit en plus des émotions trop fortes, due à son passé d’esclave, sa séparation avec sa mère et son envie de faire ses preuves…son avenir semble sombre. Qui-Gon insiste pourtant en affirmant qu’Anakin est l’élu, chargé de rétablir l’équilibre dans la Force, selon une ancienne prophétie. Le conseil est intransigeant et se demande même si celle-ci a été bien interprétée…Mais lorsque Qui-Gon décède, Yoda accepte que Obi-Wan le forme, sentant que le garçon a des pouvoirs très puissant qui pourraient servir la cause de la République.

Lors de L‘attaque des clones, il sent le côté obscur qui envahi Anakin, et perçoit la souffrance de ce dernier lors de la mort de sa mère. Mais il perçoit aussi une menace au sein même du Sénat, sans parvenir à identifier qu’il s’agit de Palpatine. Il dirige les opérations lors de la bataille de Géonosis, arrivant à la rescousse des Jedi avec l’armée de clones, bien que ne prenant pas part personnellement au conflit. Mais il se décide à partir pour le hangar dans lequel s’est dissimulé le Comte Dooku, afin de venir en aide à Obi-Wan et Anakin. Voyant le carnage qui a eu lieu, il se décide à affronter le Seigneur Sith, qui était en fait…son ancien padawan ! Prenant le dessus, Yoda est contraint de le laisser filer afin de sauver les deux autres Jedi, au sol.

La guerre des clones continue et fait rage durant trois ans. Yoda part sur Kashyyyk et doit faire face au clones, qui se retourne contre lui ! Il voit les Jedis se faire décimer…avec Obi-Wan, il part au Temple Jedi afin de comprendre ce qui s’est passé…il y retrouve tout les enfants padawan morts, et découvre que c’est l’oeuvre d’Anakin Skywalker, qui se fait désormais appelé Dark Vador ! Yoda confie le soin à Obi-Wan d’affronter son ancien apprenti, tandis que lui défiera Dark Sidious. Le combat est dantesque : comme Yoda l’emporte au sabre laser, Sidious recourt à ses pouvoirs télékinésiques (grâce à la Force) et fait tournoyer les sièges des sénateurs, qu’il lui envoie…le petit Jedi parvient à les éviter, et tente de le vaincre. Mais Sidious se montre plus fort, et Yoda se retrouve jeté sur le sol. Contraint de reconnaître son échec, il décide de fuir Coruscant et part en exil sur Dagobah….


709.Star Wars : une saga de légende : partie 8.

Suite de la présentation des personnages marquants de la prélogie

Image de prévisualisation YouTube

31.Mace Windu

pk

Mace Windu (Samuel L.Jackson) est un Jedi exceptionnel, très puissant (il est capable de percevoir les ruptures dans toute chose), et un maître au sabre laser. Il a d’ailleurs créée une technique de combat, baptisée Vaapad, consistant à faire appel aux sentiments dans le duel, ce qui peut risquer de tomber soi-même du côté obscur, si elle n’est pas réalisée correctement. Il est le seul Jedi a avoir un sabre de couleur violette (un souhait de l’acteur pour se démarquer des autres Jedi, avec un sabre vert ou bleu).

Envers Anakin, il se montre hostile, rejoignant la position de Maître Yoda. Lorsqu’il devient cependant le padawan d’Obi-Wan, qui souhaite honorer le souhait de son défunt maître, il l’accepte, sans jamais parvenir à lui faire confiance. Il permettra à Anakin, lors de La revanche des Sith de siéger au conseil, mais sans lui accorder le titre de chevalier Jedi, ce qui sera vécu comme une punition pour lui, un affront.

Lors de l’Attaque des clones, il fut là lors de la bataille de Geonosis, accompagnant 200 Jedis. In extremis, ils la remportèrent, grâce à l’armée de clones de la République. Mace Windu apprend que Dark Sidious contrôle le Sénat et se méfie donc du Chancelier Palpatine. Apprenant que ce dernier est le terrible seigneur noir des Sith de la bouche d’Anakin lui-même, il organise une embuscade, avec 3 Jedis, pour mettre fin à ses agissements. Palpatine révèle sa véritable nature et tue les acolytes de Windu, trop faibles pour se mesurer à lui. Mais face à Mace, Sidious échoue et se retrouve à terre. Le Jedi est trop puissant, et à une maîtrise parfaite du sabre laser…Mais l’arrivée d’Anakin change la donne, puisque Windu veut tuer Palpatine, sans lui donner l’occasion d’avoir un procès. Skywalker tranche la main du Jedi, qui ivre de douleur subit les éclairs de Sidious, qui le propulse dans le vide. Windu meurt, et la fin des Jedi débute…

32.Qui-Gon Jinn

pol

Tour-à-tour élève du Comte Dooku puis maître de Obi-Wan Kenobi, Qui-Gon Jinn (Liam Neeson) apparaît dans La menace fantôme. C’est un Jedi averti, qui fait preuve de sagesse, mais qui ne respecte pas toutes les décisions du conseil Jedi. Au début du film, il est envoyé avec son jeune apprenti pour régler le conflit avec la fédération du commerce.

C’est sur Tatooine que sa route croise celle du jeune Anakin Skywalker, dont il perçoit immédiatement le potentiel. Analysant son sang, le Jedi  constate que l’enfant à le plus haut taux de midi-chlorien jamais atteint ! Il pourrait donc bien être l’élu…celui chargé de ramener l’équilibre dans la force. Il lui fera confiance jusqu’au bout, allant jusqu’à parier son propre vaisseau dans une course de bolide dont il ne sait absolument pas si Anakin avait des chances de l’emporter. Parvenant à l’affranchir, Qui-Gon le mène devant le conseil Jedi qui refuse d’en faire un nouveau padawan, car il est trop vieux et semble obscur. Le Jedi conteste la décision et souhaite le former lui-même, affirmant que Obi-Wan est désormais prêt à recevoir le titre de Jedi. Mais la question est reportée, car Qui-Gon doit partir ramener Amidala sur Naboo. Là-bas, il affrontera Dark Maul avec Obi-Wan, mais y laissera sa vie…

Il semblerait qu’il ait ensuite fait corps avec la Force, et se manifeste sous forme de fantôme. Obi-Wan décide de communiquer avec lui.

33.Shmi Skywalker

kk

Mère d’Anakin, elle n’est qu’une simple esclave sur Tatooine, obligé de travailler pour Watto. Shi (Pernilla August) est tombée enceinte sans même avoir fait la connaissance d’un homme. Elle ne se l’explique pas. C’est son fils qui accueille Obi-Wan, Qui-Gon et Padmé chez eux, alors que leur vaisseau est en panne. D’abord méfiante, elle réalise qu’ils ne sont pas une menace et elle parvient à se confier à eux. Quand son fils est affranchi, Shmi est triste de le voir partir, mais pense que ce sera mieux ainsi, sa vie sera meilleure. Déchirée (mais restant forte pour masquer son chagrin), elle lui dit au revoir plutôt que adieux, espérant qu’ils se reverront un jour. En tant que mère, sa vie sans son fils sera très dure…

Les années passent, Shmi est vendue à Cliegg Lars, qui l’affranchi. Ils se marient et vivent très heureux. Mais un jour, alors qu’elle part cueillir des champignons, les hommes des sables l’enlèvent et la font prisonnière. Cliegg tente de la sauver mais échoue, et y laisse sa jambe. Torturée, affamée, elle aura à peine le temps de reconnaître Anakin, venue la sauver, et mourra dans ses bras.

34.Kit Fisto

poi

Jedi plus anecdotique (il ne prononce pas un seul mot), il est membre du conseil Jedi. C’est un extra-terrestre amphibien à la peau blanc-vert, affublé de dreadlocks (qui sont en fait ses tentacules). À l’origine, George Lucas l’avait envisagé pour être le grand méchant de L’attaque des clones, avant de donner cette tâche à Christopher Lee, en Comte Dooku.

Combattant hors pair lors de la guerre des clones, il mourra lors d’un duel avec Windu, face à Dark Sidious. Il sera le 3e à périr, les deux autres étant des Jedi qui n’avaient jamais combattu auparavant.

35.Jar-Jar Binks

jds

Personnage souvent décrié, Jar-Jar Binks est l’un des héros de La menace fantôme. Gungan de Naboo, il est sauvé par Qui-Gon Jinn et se voit obligé d’honorer sa dette, par ce dernier qui souhaite que quelqu’un les guide pour sortir de la cité sous-marine. Il provoquera toutefois plus de catastrophe qu’il ne parviendra à faire de grandes choses…il deviendra toutefois général, affrontera des droïdes sur Naboo, avec une chance folle. Dans l’Attaque des clones, contre toute attente, il devient délégué d’Amidala, avant de siéger à son tour au Sénat !!! Jar-Jar jouera un rôle crucial dans l’octroi des pleins pouvoirs au Chancelier Palpatine. Naïf et un peu idiot, le gungan parvient à être convaicu qu’Amidala était d’accord pour la création d’une armée de la République…

Incarné par Ahmed Best (à l’origine, Michael Jackson avait été envisagé pour le rôle), Jar-Jar est un personnage qui a été conçu grâce à des captures de mouvements de l’acteur (CGI). Il a reçu un Razzie Awards pour le rôle, tant le personnage a déplu. Il est considéré comme le pire de toute la saga, et un non sens pour beaucoup de fan, dans une franchise qui se prend à se point au sérieux. Il est idiot, peureux et ne provoque que des catastrophes. Jar-Jar a aussi inspiré des fan-theory, selon lesquelles il serait un…seigneur sith ! Il faut cependant savoir que Binks est inspirée par le Dingo de Disney. Le héros est un peu gaffeur, et lorgne quelque peu vers le comique burlesque de type Charlie Chaplin. Il a beaucoup plu aux enfants qui le trouvait drôle. Les adultes ne l’ont pas du tout apprécié…à ceux-là, Lucas a rétorqué qu’ils avaient du mal à admettre que Star Wars était en réalité destinés aux enfants ! 


662.Solo : A Star Wars Story.

ad

4e film Star Wars sous l’ère Disney, Solo : A Star Wars Story, est un film injustement décrié par la critique, et abandonné par les déçus de Star Wars : épisode VIII. Un film pourtant réussi, et avec de jolies surprises.

Si un personnage a incontestablement marqué Star Wars, c’est bien entendu Han Solo. Incarné à l’origine par Harrison Ford, ce gentil contrebandier n’est autre que l’amour de la Princesse Leia, et le père de Ben Solo. Charmeur, roi des combines foireuses et pilote hors pair, ce héros n’avait jamais vu son passé dévoilé…on savait juste qu’il venait de la planète Corellia, qu’il avait fait le Raid de Kessel en 12 parsecs (ce qui semblait être « son exploit ») et qu’il avait gagné le Faucon Millenium à Lando Calrissian, lors d’une partie de Sabacc. Jusqu’à ce spin-off, dont la réalisation a été compliquée : à l’origine, un duo de réalisateurs, Phil Lord et Chris Miller, avait été engagé, afin de donner un ton plus humoristique au film…mais après plus de 4 mois de tournages, ils ont étés licenciés par Kathleen Kennedy (la « papesse » de LucasFilms), officiellement pour « différents artistiques », et remplacés par Ron Howard (qui avait failli, en 1999, réaliser La menace fantôme). Des scènes complètes ont été retournées (selon certaines sources il s’agirait de 80 % du long-métrage), le film prenant un ton résolument différent de celui envisagé à l’origine.

sm

sm2

 

 

Lancelot.

Solo est un film de fan, pour les fans, les amoureux de Star Wars, les fins connaisseurs. Le nombre de clins d’œils et de références à la saga est légion. La scène d’ouverture du film ne s’ouvre pas par le traditionnel générique de John Williams, bien que ce dernier ait composé le thème principal de cet opus (The Adventures of Han). Il a laissé la baguette à John Powell (qui a surtout fait des musiques pour des longs métrages d’animation).

Le film débute avec Han Solo, déjà adulte, sous les traits de son nouvel interprète : Alden Ehrenreich. Certes, il ne ressemble pas comme deux gouttes d’eau à la version jeune de Harrison Ford, mais il ne choque pas dans le rôle : il a capté l’essence du personnage, ses mimiques et expressions (et notamment le fameux sourire en coin). Han est amoureux de la jeune Qi’Ra (jouée par la belle Emilia Clarke) et rêve de fuir Corellia, et d’échapper à l’organisation des Vers Blancs, dirigée par Lady Proxima, un mille-pattes géant. Il a énormément de dettes, et il pense que le vol du coaxium  (un carburant), pourrait lui permettre de redémarrer une nouvelle vie, ailleurs, avec elle. Mais rien ne se passe comme prévu, et le couple est séparé…Han parvient cependant à s’enfuir.

Afin de le retrouver, il s’engage dans l’armée de l’air de l’Empire intergalactique, avec l’ambition de devenir pilote. Un officier supérieur, lors de son recrutement, lui donnera le nom de Solo. Mais 3 ans après, il a été éjecté et est désormais un simple soldat de l’Empire, obligé de se battre dans des guerres dont il ne comprend pas le motif. Han se rend alors compte que son supérieur, Tobias Beckett (Woody Harrelson), est en réalité un contrebandier travaillant pour une mystérieuse organisation baptisée l’Aube écarlate. Il souhaite le rejoindre, lui et ses hommes afin de pouvoir cesser de servir l’Empire et rechercher Qi’Ra, mais celui-ci refuse. Menaçant de le dénoncer, Beckett le fait passer pour déserteur et Han est jeté dans une fosse où est prisonnière une créature, affamée par les stormtroopers. Il s’agit d’un Wookiee prénommé Chewbacca. La bête, dotée d’une force exceptionnelle, cherche d’abord à tuer Solo, mais se ravise lorsqu’elle se rend compte qu’il parle son langage ! Elle l’aide à se sortir de là et à retrouver Beckett. Ils finissent par le convaincre de les emmener à bord de son vaisseau et de rejoindre son équipe, formée par Val (Thandie Newton) et Rio Durant,  un Ardennien.

Mais Beckett est pleins de dettes et doit rendre des comptes à Dryden Vos, son supérieur à l’Aube écarlate . Il doit donc réaliser une opération périlleuse : voler un lot important de coaxium. Han et Chewie seront bien entendu de la partie…bien entendu, rien ne se passera comme prévu.

sz

po

 

 

Amourette.

Han Solo n’a pas connu que Leia ! Le film lève le voile sur son amour de jeunesse : Qi’Ra. La jolie brune et lui était inséparable, prêt à vivre d’incroyables aventures, aux confins de la galaxie. Quelle n’est d’ailleurs pas la surprise de Han de la retrouver, des années après l’avoir perdue, chez Dryden Vos, travaillant malheureusement pour l’Aube écarlate. Celle-ci est heureuse de le revoir, mais prisonnière de sa condition.

Toutefois, Dryden Vos, déçu de revoir Beckett revenir sans le coaxium, décide de leur donner une nouvelle chance, grâce à Qi’Ra…mais celle-ci devra partir avec eux, dans une expédition qui s’annonce être quasi-impossible : voler du coaxium brut sur Kessel, puis aller  rapidement sur Savareen, afin de le faire stabiliser, sans quoi il risque fort d’être inutilisable.

Mais pour aller jusque là, ils auront besoin d’un vaisseau…et Qi’Ra connait justement un homme qui en a un. Il s’agit de Lando Calrissian (Donald Glover), un riche trafiquant.  Han souhaite gagner son vaisseau et le défie au Sabacc, un jeu de carte, en le pariant en échange de son propre bâtiment (qu’il n’a pas, mais qu’importe puisque c’est du bluff). La partie démarre et tout les aliens concurrents se font battre l’un après l’autre (leur apparence est inspirée d’un tableau du Caravage). Alors qu’il était sensé gagné, Lando triche et remporte le duel…toutefois, les choses s’arrangent lorsque le petit groupe promet à Lando un généreux pourcentages sur le coaxium qu’ils déroberont. Ils partent donc tous à bord du Faucon Millenium…mais Calrissian en sera le pilote. Le vaisseau est dans une version antérieure à Un nouvel espoir, avec de nombreux changements dans son équipements (il comprend notamment une capsule de sauvetage, la coque est lisse,…).

Qi’Ra et Han vont se retrouver l’un et l’autre, bien que celle-ci se montrera parfois distante et hésitante, ne sachant pas trop que faire : se laisser dicter par son coeur et ses émotions, ou devoir écouter la raison et ses supérieurs hiérarchique ?

Droïdes.

Le copilote de Lando se nomme L3-37  (Phoebe Waller-Bridge, vraiment très drôle) et n’est autre qu’une droïde. Cette femme-robot est très intelligente et est surtout dotée d’un tempérament très fort. Elle dit tout ce qu’elle pense et milite pour la cause des robots : elle est persuadée que ceux-ci ont des droits et qu’il convient de les respecter ! Elle prône une égalité machine-être vivants, et se montre farouchement opposée aux combats de robot, pratique pourtant courante dans la galaxie. L3-37 a aussi dans sa mémoire une cartographie détaillée, permettant n’importe où et de prendre des chemins moins connus de l’Empire.

Solo : A Star Wars Story n’offre pas le traditionnel caméo R2D2 et C-3PO. Toutefois, Anthony Daniels, interprète de ce dernier, fait un petit caméo, dans le rôle de Tak, un marchand d’esclave.

l

Aube écarlate.

L’Aube écarlate est une organisation criminelle dirigée par Dryden Vos (Paul Bettany), le méchant du film. Celui-ci est un homme vivant dans le luxe et habitué à organiser de splendides réceptions, où il y a du beau monde. Il n’a pas l’habitude de se salir les mains, mais sait se battre : il tue tout ceux qui reviennent chez lui les mains vides…Mais Dryden n’est qu’un pion…car il obéit aux ordres de quelqu’un de bien plus puissant..

Enfys Nest, pirate, et sa bande combattent l’Aube écarlate. On croit d’abord qu’ils sont les véritables méchants du film, avant de se rendre compte que l’on a fait fausse route…Enfys est d’ailleurs une jeune adolescente, survitaminée, et n’ayant pas peur de mourir pour une cause qui la dépasse (ce qui n’est pas sans rappeller une certaines Alliance rebelle).

end

Caméo surprise.

Le véritable cerveau de l’Aube écarlate n’est autre qu’un personnage emblématique de la saga (qui n’a pourtant eu que quelques scènes seulement) : il s’agit du seigneur sith Dark Maul. Aussi surprenant cela soit-il, celui-ci a survécu aux événements de La Menace Fantôme et est donc toujours actif. Les possibilités d’histoires futures sont donc ouvertes ! 

Vous l’aurez compris : Solo est un film de fans, pour les fans.  Quel plaisir de revoir Han et son pote Chewie ! Lando Calrissian a droit a quelques moments mémorables également : on découvre que c’est un personnage avant tout motivé par l’appât du gain, prêt à accepter n’importe quel marché si cela s’avère financièrement intéressant ! Il est également pansexuel (il peut donc être attiré par des individus de n’importe quel genre ou sexe).

Il y a de nombreux clins d’oeil, allusions, ou easter eggs : ainsi, on peut voir l’armure de Boba Fett, chez Dryden Vos ;  L3 est l’origine de la base de donnée du Faucon Millenium ; Jabba le Hutt est mentionné dans le film ; Chewbacca révèle son âge ; les dés de Han Solo trouve enfin leur signification (l’attachement qu’il avait envers Qi’Ra et la chance qu’ils semblent symboliser) ; les armes de Dryden Vos ont 2 leurs deux extrémités rouges et rappellent le sabre de Dark Maul.

Le long-métrage est drôle, dynamique et bien ficelé. Les spin-offs de Star Wars offrent beaucoup plus de place pour la créativité et l’originalité (défaut souvent reprochés au Réveil de la Force). À cause de l’épisode VIII de la saga (Les derniers Jedis), il y a eu beaucoup de déçu (jamais un Star Wars n’a autant déplu…), et nombre d’entre eux ont tout simplement boycotté Solo…pourtant, ce film est une belle réussite. Le Festival de Cannes n’est décidément pas encore prêt pour Star Wars (notre note : 8,3/10).

cz


1234

Jean-Michel, jour après jour. |
Emmawatsonning |
Videopassion07 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la vie est belle !
| Freddyvsjason
| Ilmiocinema